LIBERTÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le deuxième discours : la liberté sensée

De la liberté arbitraire au champ de la politique

Un texte de Hegel, important et difficile, met tout de suite en place le second niveau du problème : « Le domaine du droit est le spirituel en général ; sur ce terrain, sa base propre, son point de départ sont la volonté qui est libre ; si bien que la liberté constitue sa substance et sa destination et que le système du droit est l'empire de la liberté réalisée, le monde de l'esprit produit comme seconde nature à partir de lui-même » (Principes de la philosophie du droit, § 4). Ce texte parle de la liberté réalisée et de son empire, qu'il appelle le système du droit : par ce mot, Hegel entend l'ensemble des institutions – juridiques, morales, économiques et politiques – par le moyen desquelles la liberté cesse d'être un sentiment intérieur, le sentiment de pouvoir faire ou ne pas faire, pour devenir une réalité, une œuvre, ce que le texte appelle « seconde nature ». L'analyse antérieure n'a donc pas épuisé le problème de la liberté ; l'action intentionnelle, à laquelle on a identifié l'action libre, peut être absurde ou sensée ; elle peut se retrancher en elle-même ou produire au dehors des œuvres et des institutions.

Que faut-il donc ajouter à la précédente analyse pour changer de niveau ? Il faut d'abord introduire l'affrontement de deux volontés ; or les notions d'intention, de projet, de motif, d'agent volontaire et responsable mettent seulement en rapport un sujet libre avec son propre corps et, autour de lui, sa situation globale. L'exemple juridique du contrat (par lequel Hegel commence sa Philosophie du droit) montre excellemment que la liberté arbitraire devient liberté sensée lorsque deux vouloirs, s'affrontant à propos des choses, par exemple pour se les approprier, échangent leurs positions, se reconnaissent mutuellement et engendrent un vouloir commun ; en s'engageant ainsi l'une par rapport à l'autre, les deux volontés se lient et ainsi deviennent libres, en un sens nouveau, qui n'est plus le pouvoir de faire n'importe quoi, mais le pouvoir de se rendre indépendant de ses propres désirs et de reconnaître une norme.

Deuxième trait : il manquait à l'analyse précédente la considération d'une règle, d'une norme, d'une valeur, bref d'un principe d'ordre (quel qu'il soit) qui donne un caractère objectif à une liberté jusque-là enfermée dans son point de vue subjectif.

Troisième trait : action doublée, action normée, l'action libre fait encore paraître une dimension de la raison que la tradition philosophique a appelée raison pratique ; entendons par là une raison qui a des effets dans le monde, une raison qui s'applique à produire une réalité selon la liberté ; or une liberté qui a traversé la problématique du contrat et de l'universalisation par la loi accède à un projet de réalisation ou d'effectuation dont l'échelle est autrement plus vaste que le corps propre : son théâtre est le monde de la culture ; c'est dans des œuvres, et pas seulement dans des mouvements, voire des gestes et des conduites, qu'elle veut s'inscrire. C'est l'histoire des hommes qu'elle veut infléchir ; bref, elle veut « changer le monde ».

Ces trois concepts nouveaux dessinent déjà le nouveau champ du deuxième discours de la liberté : doublement du vouloir, action normée, réalisation ou effectuation dans une œuvre. Ajoutons-y un dernier trait : c'est dans le champ de cette problématique de l'action sensée que peut se déployer une philosophie politique. Une philosophie politique se distingue d'une science politique en ce qu'elle a pour fil directeur un concept de réalisation de la liberté. La théorie de l'État ressortit à la théorie de la liberté, dans la mesure exacte où s'y articulent le rapport de volonté à volonté, le rapport de l'arbitraire à la règle, le rapport de l'intention à l'œuvre. Il s'y ajoute un nouveau rapport qui se présente d'abord comme une question : comment faire pour que la liberté de l'individu se reconnaisse non seulement dans une autre liberté singulière comme la sienne, mais dans un pouvoir de décider à l'échelle de la communauté entière ? Cette question est celle de Rousseau dans le Contrat social. Co [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-X, professeur à l'université de Chicago

Classification

Autres références

«  LIBERTÉ  » est également traité dans :

LIBERTÉ (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 519 mots

Dans l’Antiquité, des adolescents d’Athènes ou de Rome qui auraient été soumis à l’épreuve de philosophie du baccalauréat, et qui auraient dû disserter sur un sujet portant sur la liberté, auraient pu se contenter d’écrire ces quelques lignes : « Être libre, c’est ne pas être enchaîné. Est libre tout homme qui n’es […] Lire la suite

ABSOLU

  • Écrit par 
  • Claude BRUAIRE
  •  • 4 206 mots

Dans le chapitre « Absolu et humanisme »  : […] La négation de Dieu est donc le principe d'une renaissance du discours, d'une reconquête de soi. L'homme, assuré de son existence, inséré dans la réalité de son monde et de son histoire, revenu de l'aliénation religieuse, est redonné à lui-même. La « mort de Dieu » signifie la naissance de l'homme. Mais l'humanisme ne s'érige en doctrine et en système exclusif qu'en souscrivant à la même concepti […] Lire la suite

ALIÉNATION

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 998 mots

Dans le chapitre « Le mot français »  : […] Il faut tenir compte d'un fait majeur : le terme français « aliénation » est, d'une part, un mot appartenant au fonds français, d'autre part, la traduction approchée d'un groupe de mots allemands qui véhiculent une tout autre tradition de pensée. Il importe donc d'isoler d'abord la fibre de sens qui est de notre fonds et de chercher le principe de limitation propre à cette tradition. La chose est […] Lire la suite

ANARCHISME

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Jean MAITRON, 
  • Robert PARIS
  • , Universalis
  •  • 13 336 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La liberté »  : […] L'anarchisme s'efforce en outre d'inscrire l'autonomie personnelle dans un cadre social ; il est ainsi amené à rejeter toute liberté purement individuelle. Chacune des libertés individuelles se suffisant à elle-même et tirant son origine d'elle-même, la liberté de chacun ne peut, en effet, se manifester qu'en niant celle de tous les autres ; elle constitue la base de cette morale aristocratique d […] Lire la suite

ANGOISSE EXISTENTIELLE

  • Écrit par 
  • Jean BRUN
  •  • 2 548 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Péché et liberté »  : […] Si l'angoisse naît d'une interrogation sur le primordial , elle peut se déployer vers le terminal où l'action se trouve impliquée. Nul mieux que Kierkegaard, à qui de nombreux philosophes contemporains doivent beaucoup, n'a analysé les présupposés de cette implication. La perspective chrétienne du philosophe danois ne se contente pas d'un dogmatisme étroit s'appuyant sur des récits. Au premier de […] Lire la suite

AUGUSTIN saint (354-430)

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 8 944 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'homme et la liberté »  : […] Cette question, primordiale, fut posée à Augustin par le pélagianisme. Les tenants de cette doctrine – qu'il faut considérer comme l'une des tendances fondamentales de l'esprit humain – professaient que l'homme seul est l'artisan de sa destinée terrestre et spirituelle. Les pélagiens insistaient avec vigueur sur la responsabilité du libre arbitre de l'homme, s'appropriant ainsi l'héritage lointai […] Lire la suite

AUTONOMIE

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 4 121 mots

Dans le chapitre « Autonomie et liberté stoïcienne »  : […] Indépendance de toute régulation et de toute contrainte venant de l'extérieur, suffisance de besoins satisfaits sans que la cité ou l'individu ait à se constituer dans la dépendance de qui que ce soit, achèvement et perfection, tels sont les sens principaux attachés à la notion d'autonomie par la réflexion classique. Mais c'est sans doute chez les stoïciens – bien que le terme d'autonomie ne figu […] Lire la suite

BAÏUS MICHEL DE BAY dit (1513-1589)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 700 mots

Né à Meslin, dans le Hainaut, Michel de Bay, dit Baïus, doit sa célébrité à la polémique qu'il engagea sur la question de la grâce et de la prédestination. La controverse allait, après sa mort, connaître un éclatant rebondissement avec la querelle du jansénisme. Étudiant à l'université de Louvain, président, en 1541, du collège de Standonck, docteur en théologie en 1550, successeur de Hasselius, B […] Lire la suite

BALIBAR ÉTIENNE (1942- )

  • Écrit par 
  • Patrice MANIGLIER
  •  • 1 059 mots
  •  • 1 média

Étienne Balibar est une des plus grandes figures internationales de ce qu'on a parfois appelé « post-marxisme ». Après avoir connu très tôt la notoriété par sa contribution à l'ouvrage dirigé par Louis Althusser Lire le Capital (1965), qui permit à toute une génération d'apprendre à concilier la référence politique au marxisme avec la modernité intellectuelle alors incarnée par le structuralisme […] Lire la suite

BERDIAEV NICOLAS (1874-1948)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Marie-Madeleine DAVY
  •  • 2 300 mots

Dans le chapitre « Une philosophie religieuse »  : […] Berdiaev a tenté de réaliser une intégration chrétienne de la révolte moderne, surtout celle de Marx et de Nietzsche. Sa pensée s'enracine dans la tradition orthodoxe, marquée par l' apocatastase origéniste, la gnose anthropocosmique de Grégoire de Nysse, la libre réalisation spirituelle d'un Syméon le Nouveau Théologien. En Russie, de Khomiakov à Soloviev, cette tradition s'était éveillée à sa v […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

16 mai - 21 juin 2022 France. Autorisation controversée du burkini à Grenoble.

Le conseil municipal affirme que la loi de décembre 1905 sur la laïcité garantit la liberté de porter des signes religieux dans l’espace public. En août 2016, le Conseil d’État avait censuré plusieurs arrêtés municipaux qui interdisaient le port du burkini sur les plages. Le 23, le préfet de l’Isère dépose un « déféré laïcité » devant le tribunal administratif contre la délibération du conseil municipal « dont l’objectif manifeste est de céder [à des] revendications communautaristes à visées religieuses » en violation de la loi de 1905 et de celle d’août 2021 « confortant le respect des principes de la République ». […] Lire la suite

5 mai 2022 Canada – Algérie. Retour d'un Québécois d'origine algérienne retenu en Algérie.

Arrêté en février à Constantine, en Algérie, et accusé d’« atteinte à la sécurité et à l’unité nationale » en raison de son engagement en faveur du Hirak, emprisonné puis remis en liberté provisoire en mars, Lazhar Zouaïmia, Canadien d’origine algérienne, est autorisé à regagner Montréal dans l’attente de son procès. Plusieurs autres Québécois d’origine algérienne sont empêchés de quitter l’Algérie dans le cadre de ce qu’ils assimilent à une campagne d’intimidation. […] Lire la suite

14-25 avril 2022 États-Unis. Rachat de Twitter par Elon Musk.

Celui-ci se présente comme un « absolutiste de la liberté d’expression », très réticent à l’égard de la modération des tweets. Son rachat du réseau social crée la polémique au sein du monde politique.  […] Lire la suite

24 avril 2022 Slovénie. Élections législatives.

Le nouveau Mouvement pour la liberté (GS, centre gauche, écologiste) de Robert Golob remporte les élections législatives avec 34,5 % des suffrages et 41 sièges sur 90. Le Parti démocratique slovène (SDS, droite) du président du gouvernement Janez Janša arrive en deuxième position avec 23,5 % des voix et 27 élus. À la suite de la démission de Marjan Šarec (liste de Marjan Šarec, LMS, centre gauche) en janvier 2020, causée par l’éclatement de sa coalition minoritaire, Janez Janša avait été nommé président du gouvernement à la tête d’une coalition regroupant le SDS, le Parti du centre moderne (SMC, centre gauche), le Parti démocrate des retraités slovènes (DeSUS, centre) et Nouvelle Slovénie (NSi, centre droit). […] Lire la suite

20-21 avril 2022 Brésil. Condamnation d'un député pour attaques répétées contre la démocratie.

Le 21, le président Jair Bolsonaro le gracie, « au nom de la liberté d’expression ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul RICŒUR, « LIBERTÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/liberte/