LEPTINE

De multiples travaux tendent à relier diverses formes d'obésité chez l'homme avec des mutations génétiques. La piste la plus sérieuse est celle de la leptine. Le gène ob, qui code pour cette protéine, est exprimé seulement dans le tissu adipeux blanc. La leptine serait sécrétée par ce tissu et freinerait le comportement alimentaire par un relais hypothalamique. Son absence serait responsable des anomalies métaboliques que l'on observe chez des souris mutantes pour ce gène (obésité, hyperinsulinémie, hyperglycémie, hypothermie). Chez le rat, la production de leptine par le tissu adipeux s'effondre en quelques heures de jeûne ou au cours du diabète expérimental et revient à la normale en quelques heures aussi, après reprise de l'alimentation ou administration d'insuline. Ce type de régulation hormonale aussi strict indique clairement que la leptine agirait comme un signal de satiété.

Par ailleurs, l'administration de leptine aux souris génétiquement obèses entraîne une perte de poids très impressionnante. La leptine agit aussi sur les animaux sains qui peuvent perdre 12 p. 100 de leur poids corporel et toute leur graisse en quatre jours. Enfin, l'administration intracérébrale est plus efficace que l'administration intrapéritonéale, observation qui va à l'appui d'un site récepteur central.

Mais qu'en est-il chez l'homme ? Les résultats obtenus sont surprenants : le produit du gène ob est très augmenté chez tous les obèses. Cette augmentation est proportionnelle à la masse corporelle totale. Elle est plus marquée chez les sujets de sexe féminin, ce qui indique que la leptine est soumise à un niveau supplémentaire de régulation hormonale. De plus, aucune mutation n'est observée dans la région où réside la mutation qui rend obèse la souris. Il apparaît donc clairement que l'obésité n'est pas due à une synthèse diminuée de leptine ni à la production d'une leptine anormale. On est donc contraint d'envisager une série d'autres mécanismes pour expliquer les résultats observés. Le mécanisme le plus simple serait que l'hypothalamus ait une sensibilité [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  LEPTINE  » est également traité dans :

ALIMENTATION (Aliments) - Prise alimentaire

  • Écrit par 
  • Jacques LE MAGNEN, 
  • Jean-Louis SCHLIENGER
  •  • 4 269 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les signaux hormonaux métaboliques »  : […] La leptine est une hormone secrétée au prorata de la masse du tissu adipeux. Produite par le tissu adipeux, elle renseigne le cerveau sur l'importance des réserves adipeuses. Elle agit au niveau de l'hypothalamus et induit indirectement une diminution de la prise alimentaire et une augmentation des dépenses énergétiques. Son déficit génétique chez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alimentation-aliments-prise-alimentaire/#i_8508

GHRÉLINE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHARVET
  •  • 502 mots

Au niveau hypothalamique, la ghréline a donc l'effet inverse de celui de la leptine. Celle-ci, produite par les adipocytes, sert à déclencher la sensation de satiété […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ghreline/#i_8508

HISTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élodie BOUCHERON, 
  • Dominique CHRIQUI, 
  • Anne GUIVARC'H, 
  • Jacques POIRIER
  •  • 5 323 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Exemples en histologie animale »  : […] identifié et cloné, et, dans la majorité des cas, les adipocytes des sujets obèses synthétisent en abondance de la leptine. La leptine se comporte comme une hormone de la satiété, agissant en régulant l'appétit en fonction de la masse de tissu adipeux, par un rétro-contrôle hypothalamique. Des protéines du complément, des cytokines, ainsi que de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histologie/#i_8508

OBÉSITÉ

  • Écrit par 
  • Arnaud BASDEVANT, 
  • Cécile CIANGURA
  •  • 5 939 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Risques encourus »  : […] la femme non obèse. Mais la contrepartie est un risque accru de cancers de l'endomètre. Grâce à la leptine, le tissu adipeux informe l'appareil reproducteur du niveau des réserves énergétiques : en l'absence de réserves suffisantes pour mener à bien le développement fœtal, il n'y a pas d'ovulation. Le tissu adipeux produit aussi des cytokines, des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/obesite/#i_8508

OS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CAMUS, 
  • Armand de RICQLÈS
  • , Universalis
  •  • 15 855 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Tissu osseux et nutrition »  : […] Les cellules adipeuses produisent une hormone, la leptine, qui est anorexigène, mais aussi inhibitrice de l'ostéogenèse via un relais dans le cerveau végétatif (hypothalamus). L'équipe de Gérard Karsenty, qui a mis ce phénomène en évidence au Baylor College de Houston (Cell., 2000-2002), a poursuivi ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/os/#i_8508

Pour citer l’article

Jacques HANOUNE, « LEPTINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leptine/