GHRÉLINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La ghréline est une hormone naturelle isolée de l'estomac de certains mammifères, dont l'homme, par l'équipe japonaise de Kosima (Nature, no 402, pp. 656-660, 1999).

Lorsqu'on l'injecte par voie intraveineuse ou dans le ventricule cérébral, ce peptide relâche l'hormone de croissance, growth hormone, ou GH (d'où le GH de ghréline). La ghréline a ainsi rapidement montré son effet principal sur la stimulation de l'appétit.

Sécrétée par des cellules spécifiques de l'estomac peu avant le repas et à son tout début, elle déclenche la faim, provoquant la prise de nourriture. Cette action est relayée par le noyau arqué de la base du cerveau qui est également capable de produire de la ghréline.

La ghréline agit directement sur une population de neurones contenant les neurotransmetteurs peptidiques appelés neuropeptide Y (NPY) et agouti related peptide dont le rôle orexigène est bien connu : ils stimulent l'appétit.

De plus, la ghréline bloque d'autres peptides inhibant la prise de nourriture, essentiellement la pro-opio-mélanocortine (POMC).

Au niveau hypothalamique, la ghréline a donc l'effet inverse de celui de la leptine. Celle-ci, produite par les adipocytes, sert à déclencher la sensation de satiété.

Lorsque l'estomac se remplit, la production de ghréline diminue. À noter qu'il existe un pic spontané de ghréline vers 1 heure du matin pouvant induire chez les insomniaques une prise alimentaire nocturne.

Son rôle est confirmé dans deux situations pathologiques :

– d'une part, dans le syndrome de Willi-Prader, où l'on note une corrélation troublante entre l'hyperphagie avec absence de satiété (et son corollaire, l'obésité) et un taux sanguin de ghréline près de cinq fois supérieur à la normale ;

– d'autre part, et à l'inverse, l'anastomose gastro-jéjunale proposée chez certains sujets obèses fait baisser le taux plasmatique de ghréline ; celui-ci ne s'élève pas au début des repas, faute de contact direct avec les cellules à ghréline de la paroi stomacale, et l'hormone, d'abord stimulée de façon continu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : endocrino-pédiatre, C.H.U. Timone (Marseille), ancien chef de clinique pédiatrique, ancien chef de service pédiatrie C.H.G. d'Hyères

Classification


Autres références

«  GHRÉLINE  » est également traité dans :

ALIMENTATION (Aliments) - Prise alimentaire

  • Écrit par 
  • Jacques LE MAGNEN, 
  • Jean-Louis SCHLIENGER
  •  • 4 268 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Hormone agissant sur la faim »  : […] À ce jour, la ghréline, dont l'action se fait par l'intermédiaire de récepteurs hypothalamiques est la seule hormone périphérique à stimuler la faim et à augmenter la prise alimentaire. Elle est sécrétée par l'estomac à la fin de la phase post-ingestive puis retourne à l'état basal de 60 à 120 minutes après le début du repas. Elle peut être stimulée par un réflexe céphalique lors de la présentati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alimentation-aliments-prise-alimentaire/#i_36423

OBÉSITÉ

  • Écrit par 
  • Arnaud BASDEVANT, 
  • Cécile CIANGURA
  •  • 5 939 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le déséquilibre énergétique »  : […] La quasi-totalité des réserves énergétiques de l'organisme est représentée par les réserves lipidiques, c'est-à-dire par la masse grasse contenue dans les cellules (adipocytes) du tissu graisseux (adipeux). La réserve énergétique est l'objet d'une régulation. Le niveau des réserves est maintenu autour d'une valeur de référence, propre à chaque individu, par des mécanismes complexes (cellulaires, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/obesite/#i_36423

Pour citer l’article

Jean-Pierre CHARVET, « GHRÉLINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ghreline/