KAYSERI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom moderne de Kayseri désigne l'ancienne capitale de la Cappadoce, baptisée Qaysariyya (Césarée) sous Tibère. Placée au carrefour des routes reliant les ports de la mer Noire et de l'Égée aux pays de l'Euphrate, elle est située à 1 071 mètres d'altitude au cœur de l'Anatolie, sur un plateau fertile au nord de l'Erciyas Dag, l'antique mont Argée. La ville compte plus d'un million d'habitants (2000).

Turquie : carte administrative

Carte : Turquie : carte administrative

Carte administrative de la Turquie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Reconstruite sous Pompée, Kayseri devint une cité romaine pour trois siècles. Après la défaite de Valérien à Édesse en 260, elle fut occupée par les Perses de Shāpūr. Au ive siècle, Kayseri, patrie de saint Basile, est un des centres les plus célèbres du christianisme primitif d'Asie. Intégrée au thème des Arméniaques après la réforme de l'Empire par Héraclius, la ville subit à plusieurs reprises les attaques des Perses. Aux viie et viiie siècles, Kayseri fut harcelée par des raids arabo-musulmans ; trois siècles plus tard, l'Islam s'établit en Cappadoce. C'est vers 1067 qu'y apparurent les premières bandes seldjoukides. Le sultan Alp Arslān entre en 1070 à Kayseri et la rattache au sultanat de Rūm. Les croisés l'occupèrent quelque temps en 1097. De 1335 à 1380, Kayseri est la capitale de la dynastie uyghure des Eretnides, puis le cadi Burhān ad-Dīn la gouverne jusqu'à ce que le sultan Bayazid s'en empare en 1397 ; ensuite, elle passe aux mains d'un gouverneur soutenu par les Ak Koyunlu. Profitant du succès mongol à Ankara en 1402, les Karamānides annexent la province de Kayseri, qui sera l'enjeu de fréquents conflits. En 1475, Mehmet Fatih prend la ville, dont le prince devient son vassal. Le sultan Sélim rattache définitivement Kayseri à l'Empire ottoman. Depuis 1923, elle est la capitale d'un vilayet de la République turque.

On a trouvé à Kayseri des traces de présence hittite (début du Ier millénaire). Les monuments hellénistiques et romains ont presque entièrement disparu. L'église et le couvent construits par saint Basile constituèrent le noyau de la ville byzantine, dotée d'une enceinte (peut-être sous Justinien) et à laquelle se superposa la ville musulmane, qui se développa à partir du xiiie siècle. Au nord de la place se trouve la citadelle (Kale) élevée sur des fondations byzantines. De plan irrégulier, elle est construite en blocs de lave avec dix-neuf tours carrées ; chacune des deux portes est précédée d'une barbacane à passage coudé. Œuvre des Seldjoukides, elle fut remaniée par les Danishmendides et restaurée à l'époque ottomane.

On distingue à Kayseri trois groupes de mosquées : celui de la période danishmendide avec l'Ulu Cami, la Grande Mosquée, celui de la période seldjoukide avec le Külük Camii et la mosquée de Huvant Hatun, enfin celui de l'époque ottomane avec le Fatih Camii et le Kurshunlu Cami. La Grande Mosquée était au début du xiie siècle le plus vaste sanctuaire de la cité ; quatre rangées de supports, piliers ou colonnes remployées, y déterminent cinq nefs et neuf travées. Le Külük Camii, construit en 1210, est l'un des plus anciens oratoires de la ville ; le plan de la salle de prière est classique : cinq nefs recouvertes de berceaux brisés. Le Huyant Camii date de 1237 ; ses murs sont consolidés à l'extérieur par des contreforts, à l'intérieur sept rangées de neuf piliers déterminent les nefs. On notera que les mosquées médiévales ont un plan type : une vaste salle de prière rectangulaire, partagée en un certain nombre de nefs ; il y a toujours une coupole devant le mihrab et une autre au centre de la salle recouvrant un espace originellement à ciel ouvert. À l'époque ottomane, le plan est différent : le sanctuaire comporte une cour, sur laquelle s'ouvre un portique, et une salle de prière carrée avec coupole sur quatre pendentifs.

Des fort nombreuses madrasas de Kayseri, on retiendra la madrasa de Huvant (peu après 1237), la madrasa Sahibiyé (1268), ainsi que la madrasa Hatuniyé (1431). Toutes sont conçues selon le plan habituel de la madrasa à cour. Par un haut portail, à voussure décorée de stalactites, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  KAYSERI  » est également traité dans :

CAPPADOCE

  • Écrit par 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 363 mots
  •  • 2 médias

Région de Turquie, la Cappadoce s'étend, à l'est de la steppe centre-anatolienne, du Kizil-Irmak à l'Euphrate. Les voies qui, à travers le Taurus, conduisent vers la Cilicie et le Croissant fertile y rejoignent celles qui contournent, au nord et au sud, les étendues répulsives du plateau central. Ce carrefour a constitué le fondement d'une construction politique autonome, l'État indépendant de Ca […] Lire la suite

Les derniers événements

10-20 décembre 2016 Turquie. Attentats kurdes à Istanbul et Kayseri.

Le 17, un attentat à la voiture piégée, revendiqué le 20 par les TAK, tue quatorze soldats à Kayseri, dans le centre du pays. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nikita ELISSÉEFF, « KAYSERI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kayseri/