Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

COUPOLE

On désigne par « coupole » tout système de couverture d'un espace circulaire ou proche de ce plan, ayant un volume hémisphérique ou conique. Toutefois, l'aspect familier des dômes n'a pu faire son apparition qu'avec l'invention des voûtes clavées, de la maçonnerie liée au mortier et, enfin, de l'élaboration des charpentes.

Les premiers exemples de salles circulaires couvertes par une coupole font appel, comme toutes les voûtes primitives, à la technique de l'encorbellement, procédé consistant à donner à chaque assise une légère saillie par rapport à l'assise inférieure. Afin d'assurer l'équilibre, on ne saurait donner trop d'importance à cette saillie, ce qui explique le grand encombrement en hauteur des encorbellements. Les couvertures de ce type ont été en usage dans toutes les parties du monde ignorant la voûte clavée, aussi les trouve-t-on dans l'architecture précolombienne comme dans celle de l'Inde ou dans les constructions de la protohistoire européenne. Les réalisations les plus grandioses dues à cette technique sont sans conteste les tombes mycéniennes édifiées au ~ xive siècle. Au tombeau dit d'Agamemnon ou Trésor d'Atrée, on peut admirer une tholos couverte par une ogive d'un diamètre de base de 14,50 m pour une hauteur de 13,20 m.

Panthéon, Rome - crédits : Mapicss/ Fotosearch LBRF/ Age Fotostock

Panthéon, Rome

Si les Grecs et les Romains maîtrisaient parfaitement, dès le ~ iiie siècle, les arcs et les voûtes clavées, il fallut attendre l'invention par les seconds de la maçonnerie concrète, c'est-à-dire liée au mortier de chaux, pour voir s'élever les premières grandes coupoles. En effet, la taille des multiples voussoirs à faces de joint rayonnantes constituant une coupole, représentait une tâche considérable et délicate ; aussi les Romains vont lui préférer la mise en œuvre de matériaux standard, comme le petit appareil et la brique, ne nécessitant aucun ajustement précis, la liaison étant effectuée par le mortier. Au iie siècle de notre ère les architectes romains étaient suffisamment maîtres de leur technique pour élever la coupole du Panthéon de Rome. Ce temple, reconstruit par Hadrien entre 118 et 125, reçut alors une coupole de 43,40 m de diamètre intérieur, la plus vaste coupole et la plus grande portée qui fut jamais réalisée jusqu'à la construction de la coupole en charpente de bois de la Halle aux blés à Paris, élevée en 1765-1768, avec une portée de 44 m. Dans le plan vertical, la coupole du Panthéon se divise en trois zones distinguées par l'emploi de matériaux divers : tout d'abord le tambour et la naissance, construits en brique ; puis les reins, constitués d'assises alternées de tuf et de brique ; enfin la partie supérieure, terminée par un oculus de 9 m de diamètre, réalisée en maçonnerie de tuf et de scories volcaniques.

Le monde byzantin reprend la technique romaine et multiplie à son tour les coupoles, essentiellement au-dessus des sanctuaires. C'est au nom de Justinien que sont associées deux des plus célèbres églises à coupole : Saint-Vital de Ravenne et Sainte-Sophie de Constantinople. La première fut élevée à partir de 526 pour célébrer la reconquête de Ravenne par l'empereur. La coupole qui la surmonte, d'un diamètre intérieur de 16,70 m, se caractérise par sa grande légèreté grâce à l'emploi d'une technique qui était fort répandue en Afrique du Nord, consistant à bâtir les voûtes à l'aide de tubes de céramique s'emboîtant les uns dans les autres.

Le monde musulman, conquérant des empires byzantins et perses, va poursuivre en l'adaptant à ses édifices de culte, l'édification de coupoles. Dès 688 on commence à Jérusalem la construction du Kublet es-Sakhra, ou dôme du Rocher, directement inspiré par le dôme du Saint-Sépulcre élevé dans cette même cité au [...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : responsable du bureau de Paris à l'Institut de recherche sur l'architecture antique

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Panthéon, Rome - crédits : Mapicss/ Fotosearch LBRF/ Age Fotostock

Panthéon, Rome

Shah i-Zinda - crédits :  Bridgeman Images

Shah i-Zinda

Mosquée du sultan Ahmed I<sup>er</sup> - crédits : Louis Grandadam/ Getty Images

Mosquée du sultan Ahmed Ier

Autres références

  • ANGOULÊME, histoire de l'art

    • Écrit par Pierre DUBOURG-NOVES
    • 920 mots
    • 1 média

    Angoulême, érigée en civitas à la fin du iiie siècle ou au début du ive, conserve de cette époque les restes d'un soubassement de rempart aux parements en gros appareil régulier. Le blocage intérieur, constitué de vestiges de monuments (colonnes, blocs sculptés, inscriptions...),...

  • ANTHÉMIOS DE TRALLES (2e moitié Ve s.-env. 534)

    • Écrit par Jean-Pierre SODINI
    • 794 mots
    • 1 média

    Architecte lydien né à Tralles dans la seconde moitié du ve siècle, Anthémios appartenait à une famille extrêmement cultivée. L'historien Agathias nous apprend que son père était un médecin réputé et que ses frères furent respectivement maître de rhétorique (Métrodore, qui s'installa à...

  • ANTIQUITÉ - L'Antiquité tardive

    • Écrit par Noël DUVAL
    • 4 261 mots
    • 3 médias
    ...Balkans et du Moyen-Orient, des plans cruciformes (deux cas à Milan, Saint-Laurent d'Aoste, Santa Croce de Ravenne, Saints-Apôtres de Constantinople). La coupole, introduite d'abord occasionnellement dans une basilique, par exemple en Grèce, dominera dans les constructions audacieuses des ingénieurs du ...
  • ARMÉNIE

    • Écrit par Jean-Pierre ALEM, Françoise ARDILLIER-CARRAS, Christophe CHICLET, Sirarpie DER NERSESSIAN, Universalis, Kegham FENERDJIAN, Marguerite LEUWERS-HALADJIAN, Kegham TOROSSIAN
    • 23 765 mots
    • 13 médias
    ...qui présente plus d'analogies avec le type anatolien qu'avec le type syrien, les Arméniens ont employé de très bonne heure l'édifice à plan central et à coupole, dont les antécédents sont à rechercher parmi les mausolées de la basse Antiquité. C'est ce que viennent de révéler les fouilles récentes à Etchmiadzine...
  • Afficher les 41 références

Voir aussi