STOCKHAUSEN KARLHEINZ

Karlheinz Stockhausen

Karlheinz Stockhausen

Karlheinz Stockhausen

Le compositeur allemand Karlheinz Stockhausen en studio d'enregistrement en 1971. Il fut l'un des…

Stockhausen est l'homme du refus. Refus de l'héritage admis par esprit de routine, refus d'un confort intellectuel qui va de pair avec l'estime des hommes en place, refus de ses propres conquêtes qui doivent être dépassées avant même d'avoir acquis droit de cité. Là où d'autres cherchent fébrilement la sécurité, il n'admet que le « tout est possible ». Il note, avec un plaisir évident, qu'« il n'y a pas lieu de se leurrer sur le nombre et l'importance des problèmes encore non résolus » et constate, avec une satisfaction encore plus grande, « que rarement une génération de compositeurs a eu entre les mains les atouts de la nôtre, est née à un moment aussi favorable » car « les villes sont rasées, et on peut recommencer par le commencement, sans tenir compte de ruines ni de témoins restés debout d'une époque sans goût ».

Stockhausen préfère les ruines aux charpentes vacillantes. Il ne s'est jamais encombré des idées reçues et s'est passionnément engagé dans les voies périlleuses de l'aventure permanente. Aux avant-postes de la recherche contemporaine, il a indiqué grâce à des créations étonnantes une multiplicité d'approches du problème musical actuel. Il a stimulé toute une génération de musiciens qui ont tenté, non toujours sans essoufflement, de suivre cette course effrénée de l'invention, et semé le trouble dans l'esprit de ceux qui, ayant avec peine compris l'œuvre précédente, ne lui pardonnèrent pas sa fuite en avant. Mais, au-delà du trouble plus ou moins légitime que l'on peut ressentir, au-delà du risque assumé (car les voies de la recherche sont parfois des impasses), une œuvre existe : prodigieusement variée, détentrice d'un puissant pouvoir poétique, chargée d'un message humain qui dépasse singulièrement les procédés, souvent inouïs, d'une syntaxe nouvelle. Une œuvre essentielle dans le paysage musical de notre temps.

Une pensée créatrice

Karlheinz Stockhausen est né en 1928 à Altenberg (Allemagne). Son père, soldat, est porté disparu lors de la Seconde Guerre mondiale, sa mère est victime du programme d'euthanasie des nazis. Dès l'âge de six ans, il aborde le piano et appartient, de 1940 à 1945, à l'orchestre d'élèves de son collège. À partir de 1947, il suit les cours de philosophie, de musicologie et de philologie de l'université de Cologne et travaille à l'académie de musique de cette même ville. En 1951, il participe aux Cours d'été de Darmstadt en compagnie des jeunes pionniers de la nouvelle école et, comme ses camarades, il se rallie d'emblée au grand mouvement de la musique sérielle, né de l'enseignement de l'école de Vienne dont l'inspirateur est Arnold Schönberg et le maître privilégié Anton von Webern. C'est l'époque où il compose Kreuzspiel, pour hautbois, clarinette basse, piano et percussion, œuvre que le public de Darmstadt n'accepte pas sans protestation.

Fasciné par les Viennois, Stockhausen n'en est pas moins impressionné par les acquisitions rythmiques d'Olivier Messiaen ; c'est ainsi qu'il découvre le Mode de valeurs et d'intensités, contribution de Messiaen à la radicalité du message sériel qui conduira à la généralisation de la série aux différents paramètres de la composition musicale. Comme de nombreux compositeurs de sa génération, il suivra, pendant une brève période, les cours d'Olivier Messiaen au Conservatoire de Paris (1952-1953), et, toujours à Paris, il participera, mais très épisodiquement, aux travaux de Pierre Schaeffer, au studio de musique concrète de la Radio-Télévision française. Stockhausen compose alors quelques partitions qui révèlent la nécessité profonde d'un système sériel généralisé : Spiel, pour orchestre, les[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Claude SAMUEL : critique musical au Point et au Matin, directeur du centre Acanthes, Paris

Classification

Pour citer cet article

Claude SAMUEL, « STOCKHAUSEN KARLHEINZ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

Média

Karlheinz Stockhausen

Karlheinz Stockhausen

Karlheinz Stockhausen

Le compositeur allemand Karlheinz Stockhausen en studio d'enregistrement en 1971. Il fut l'un des…

Autres références

  • GESANG DER JÜNGLINGE (K. Stockhausen)

    • Écrit par Juliette GARRIGUES
    • 275 mots
    • 1 média

    À la fin de l'été de 1955, Karlheinz Stockhausen, qui avait rejeté quelques année auparavant la musique concrète en la qualifiant d'expérience sans issue, décide de tenter une première fusion entre sons concrets et sons électroniques avec Gesang der Jünglinge (« Chant des adolescents...

  • ACOUSMATIQUE MUSIQUE

    • Écrit par François BAYLE
    • 7 820 mots
    • 4 médias
    1970. Exposition universelle à Osaka. Auditorium sphérique de Karlheinz Stockhausen, matérialisant un projet décrit théoriquement douze ans auparavant.
  • ALÉATOIRE MUSIQUE

    • Écrit par Juliette GARRIGUES
    • 1 301 mots
    • 4 médias
    Stockhausen, qui cherchait à dépasser les principes stables de la tradition occidentale, expérimenta dans son Klavierstück XI (1957) la notion de processus ouvert générateur de l'œuvre : le compositeur propose un ensemble de dix-neuf séquences indépendantes de contenu déterminé pour ce qui est de...
  • ATONALITÉ

    • Écrit par Juliette GARRIGUES, Michel PHILIPPOT
    • 4 382 mots
    • 9 médias
    ...interprètes pouvaient improviser librement à partir d'une règle du jeu donnée par le compositeur. L'exemple le plus fameux fut le Klavierstück XI de Stockhausen, composé en 1956. Par ailleurs, avec Varèse, qui souhaitait remplacer le mot « musique » par l'expression « sons organisés », et ensuite sous...
  • BANCQUART ALAIN (1934-2022)

    • Écrit par Alain FÉRON
    • 1 741 mots
    Stockhausen, enfin, parce que les Klavierstück confirmèrent Bancquart dans la justesse de ses réflexions. Dans ces pages, le compositeur allemand explore non plus les unités de temps communes aux pulsations mais les divisions de ces unités. Cette intuition (que Stockhausen ne radicalisera point), c'est...
  • Afficher les 20 références

Voir aussi