Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ATONALITÉ

C'est dans les premières années du xxe siècle, et surtout à partir de 1912 (année de la première audition du Pierrot lunaire d'Arnold Schönberg), que l'on commença à parler de musique « atonale » et, par extension, de ce qui devait être considéré, à tort, comme une technique – ou un ensemble de techniques – de composition musicale, et qui fut nommé « atonalité ».

En réalité, le mot atonalité ne s'applique à aucun style musical déterminé, mais il englobe tous les styles musicaux dans lesquels les règles du système tonal classique ne sont plus appliquées. Il existe donc à l'époque moderne, à partir du début du xxe siècle, quantité d'écoles musicales qui, à un titre ou à un autre, peuvent être qualifiées d'atonales. Le terme, toutefois, ne s'applique pas aux musiques qui existaient avant le système tonal et qui, par conséquent, n'y obéissaient pas encore. Jamais, par exemple, une musique modale (construite à partir d'un mode différent de celui de nos gammes classiques, majeures ou mineures) ne fut appelée atonale.

L'atonalité semble donc être moins liée à la disparition de la tonalité ou de la modalité qu'à celle d'un de leurs caractères communs : en effet, dans ces systèmes, un rôle particulier, prédominant, est accordé à l'une des notes de la gamme ou du mode, cette note apparaissant, sous le nom de « tonique », comme une sorte de pôle d'attraction. Une musique pourra donc être dite atonale lorsqu'elle ne contiendra ni ton, ni mode, ni aucune note ayant un rôle privilégié par rapport aux autres notes.

Dans la musique occidentale, les gammes des divers tons ou modes sont constituées par une suite de sept sons (par exemple : ut, , mi, fa, sol, la, si, pour la gamme appartenant au ton d'ut majeur). Mais l'évolution de cette musique s'est faite dans le sens d'un enrichissement progressif dont le résultat est la coexistence successive de plusieurs tonalités dans une même œuvre musicale (polytonalité). Chacun de ces changements de tonalité, à l'intérieur de la même œuvre, est une « modulation ». De plus, sans que la tonalité ait été changée, il arrivait fréquemment qu'il soit fait usage de notes et d'accords appartenant à une autre tonalité. Progressivement, on en est donc venu à utiliser, à l'intérieur d'un système dans lequel les sept degrés de la gamme classique continuaient à jouer le rôle d'une charpente invisible, les douze notes de la gamme chromatique. Cette évolution devient sensible à partir de la fin de l'époque romantique (chez Liszt, Wagner ou Mahler, par exemple).

En 1923, Schönberg, dans la valse qui constitue la dernière de ses Cinq Pièces pour piano op. 23, pratiqua l'utilisation systématique des douze sons de la gamme chromatique. Le système qu'il imagina à cette occasion fut appelé « dodécaphonique ».

Mais il répugnait à Schönberg d'entendre dire de sa musique qu'elle était atonale. Il préférait, quant à lui, l'expression de « pantonalité », considérant que sa musique n'était pas privée de cette sorte de pôle d'attraction dont la tonique fait fonction dans le système tonal et qu'il s'y présentait une coexistence simultanée de toutes les tonalités. Pour assurer la cohérence de l'œuvre, Schönberg avait eu l'idée de présenter les douze notes de la gamme chromatique sans omission ni répétition en fixant l'ordre de leur apparition. La matière première de la composition musicale devient alors une « série » de douze sons. Et on parle volontiers de « technique des douze sons » (Zwölftontechnik) ou de « technique sérielle » (Reihentechnik).

On aurait tort, cependant, de confondre musique sérielle et musique atonale ainsi que musique dodécaphonique. Il existe,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : musicologue, analyste, cheffe de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)
  • : professeur de composition au Conservatoire national supérieur de musique de Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Cadences parfaites : exemples en ut majeur - crédits : Encyclopædia Universalis France

Cadences parfaites : exemples en ut majeur

Cadences parfaites - crédits : Encyclopædia Universalis France

Cadences parfaites

Liszt : Accord final de «Nuages gris» - crédits : Encyclopædia Universalis France

Liszt : Accord final de «Nuages gris»

Autres références

  • BASSE, musique

    • Écrit par Henry BARRAUD
    • 3 508 mots
    • 1 média
    C'est avec les premières recherches de la musique atonale que cette fonction commence à lui être délibérément contestée, pour en arriver à perdre toute raison d'être, au sein du système dodécaphonique mis au point par Schönberg après la guerre de 1914-1918 et poussé jusqu'à ses dernières conséquences...
  • BRIDGE FRANK (1879-1941)

    • Écrit par Alain FÉRON
    • 940 mots

    Chambriste et chef d'orchestre remarquables, Frank Bridge est aussi le plus grand et le plus important compositeur britannique de musique de chambre.

    Frank Bridge naît le 26 février 1879 à Brighton (Sussex). Son père, professeur de violon, encourage ses dons précoces pour la musique. À partir...

  • CHROMATISME, musique

    • Écrit par Alain FÉRON
    • 929 mots

    En musique, le terme « chromatisme » recouvre deux acceptions. La plus simple indique l'altération d'un demi-ton – vers le grave ou vers l'aigu – d'un degré diatonique ; dans ce cas, le chromatisme implique l'adoption d'une échelle de référence, l'échelle heptatonique naturelle, dernier stade du diatonisme....

  • FOUILLAUD PATRICE (1949- )

    • Écrit par Alain FÉRON
    • 844 mots

    Prix des jeunes compositeurs de la S.A.C.E.M. en 1985, le Français Patrice Fouillaud, né le 28 mars 1949 à Limoges, étudie la flûte au Conservatoire de sa ville natale, puis se perfectionne en composition à l'Accademia musicale Chigiana de Sienne (1979), auprès de Franco Donatoni, puis...

  • Afficher les 14 références

Voir aussi