Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

JUSTICE Justice constitutionnelle

Dans tous les pays qui se sont dotés d'une Constitution écrite – ce qui est de loin le cas le plus fréquent –, celle-ci est considérée comme la norme nationale suprême. En cas de conflit, elle doit donc prévaloir sur toute règle de valeur inférieure, quel qu'en soit l'auteur. Pour s'assurer qu'il en soit ainsi, un contrôle est généralement prévu : tantôt il est exercé par les tribunaux ordinaires qui ont le pouvoir de refuser l'application d'une loi contraire à la Constitution, tantôt il est confié à une juridiction spéciale, comme le Conseil constitutionnel français ; mais même dans le premier cas, il existe au sommet de la hiérarchie judiciaire une cour dont la jurisprudence fait autorité en la matière : il en est notamment ainsi aux États-Unis.

La mission qui est attribuée à ces cours leur confère un rôle éminent dans la vie juridique, mais aussi politique et sociale du pays. C'est ce qui explique qu'aux États-Unis les nominations prononcées ou envisagées par les présidents Ronald Reagan et George W. Bush aient suscité des débats très vifs au sein du Congrès et même de l'opinion publique : le choix de juges réputés pour leurs opinions très conservatrices pouvait en effet infléchir durablement la jurisprudence de la cour et avoir des incidences sur des aspects importants de la politique nationale. Dans tous les pays, d'ailleurs, les tendances que révèle la composition de la cour sont considérées comme un élément important de l'équilibre institutionnel ; à deux siècles de distance, on redécouvre ainsi la pertinence de cette opinion de Diderot : « Il est beaucoup plus important d'avoir de bons juges que de bonnes lois. »

Le problème du contrôle

Les réticences originelles

Aux États-Unis, le contrôle a été instauré dans les années qui suivirent la mise en application de la Constitution de 1787, mais cet exemple est demeuré longtemps isolé. En effet, la plupart des démocraties qui ont vu le jour après les révolutions du xviiie et du xixe siècle ont bâti leurs institutions sur le dogme de la souveraineté parlementaire. Comme l'affirme en France l'article 6 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen adoptée en 1789, « la loi est l'expression de la volonté générale ». Comment concevoir dès lors qu'elle puisse être mise en échec par un organe quelconque qui, de ce fait, se placerait au-dessus du Parlement, émanation directe de la nation souveraine ? En voulant soumettre l'assemblée représentative à un gardien de la Constitution ne risquerait-on pas de lui donner un maître ?

À cette objection de principe s'ajoutait la difficulté pratique de définir le statut d'un tel organe. Ou bien, en effet, ses membres eussent été élus, mais alors ils ne constituaient qu'une chambre législative supplémentaire n'offrant pas plus de garanties de respect de la Constitution que le Parlement lui-même ; ou bien il était composé de magistrats désignés en fonction de leur compétence, mais ceux-ci n'avaient pas alors de légitimité démocratique et risquaient de s'opposer, au nom d'un légalisme étroit, à des réformes souhaitées par l'opinion publique et votées par ses représentants.

Ces réticences à l'égard du contrôle sont demeurées vivaces jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, et, aujourd'hui encore, elles n'ont pas perdu toute influence. Elles se sont au demeurant trouvées confortées par l'exemple de la Cour suprême des États-Unis, qui jusqu'en 1937 avait défendu contre vents et marées les principes sacro-saints du libéralisme économique, ce qui la conduisit à s'opposer au « New Deal » du président Roosevelt.

Mais les idées ont évolué. En Europe occidentale, presque tous les pays se sont ralliés au contrôle de constitutionnalité[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite à l'université Paris-Sud
  • : inspecteur général honoraire de l'administration de l'Éducation nationale de la Recherche

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Séance du Conseil constitutionnel, 2007 - crédits : Conseil constitutionnel

Séance du Conseil constitutionnel, 2007

Autres références

  • JUSTICE (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 431 mots

    Bien que les enfants aient aisément recours à l’idée de justice en qualifiant souvent spontanément d’« injustes » tous les interdits qui font obstacle à leurs désirs, la notion de justice est l’une des plus complexes et des plus ambiguës qui soient.

    Deux raisons principales expliquent...

  • ALTERMONDIALISME

    • Écrit par Christophe AGUITON, Universalis, Isabelle SOMMIER
    • 6 805 mots
    • 1 média
    Dans le monde anglo-saxon, en revanche, s’est développée à partir de 2003, pour finir par s’imposer, l'expression« mouvement pour la justice globale » qui met l'accent sur deux de ses caractéristiques et innovations supposées : d'une part, sa dimension transnationale ; d'autre part, son cadrage...
  • ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

    • Écrit par Pierre AUBENQUE
    • 11 137 mots
    • 8 médias
    ...rapport à l'infini, mais l'infini est principe pour tout le reste, qu'il « enveloppe et gouverne ». Ce « gouvernement » s'exerce dans le sens de la «  justice », c'est-à-dire de l'équilibre (ou « isonomie ») entre éléments antagonistes qui, soumis à une loi commune, tournent à l'avantage du Tout ce qui...
  • ARGENTINE

    • Écrit par Jacques BRASSEUL, Universalis, Romain GAIGNARD, Roland LABARRE, Luis MIOTTI, Carlos QUENAN, Jérémy RUBENSTEIN, Sébastien VELUT
    • 37 033 mots
    • 18 médias
    Mais il ne se contente pas de mesures symboliques :tout l'arsenal juridique qui protégeait les crimes commis durant la dictature est démantelé. Il décide d'une profonde réforme de la Cour suprême. La nomination des juges est désormais soumise au débat public. En outre, tous les juges en poste à son...
  • ARISTOTE (env. 385-322 av. J.-C.)

    • Écrit par Pierre AUBENQUE
    • 23 786 mots
    • 2 médias
    Le livre V est consacré tout entier à la vertu de justice. Cette vertu, qui consiste à donner à chacun son dû, peut être, dans la tradition platonicienne, définie par référence à un ordre mathématique : ainsi la justice distributive (à chacun selon son mérite) s'exprime-t-elle dans une proportion....
  • Afficher les 44 références

Voir aussi