CONSEIL CONSTITUTIONNEL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parmi les institutions établies par la Constitution de 1958, le Conseil constitutionnel est un organe spécialisé qui a été conçu pour assurer principalement le contrôle de constitutionnalité, qu'exerçait en partie le Comité constitutionnel de 1946. De nature ambiguë, il est plutôt politique par sa composition tout en étant proche d'un organe juridictionnel par son statut et ses attributions.

Le Conseil constitutionnel comprend deux catégories de membres : les membres de droit, qui sont les anciens présidents de la République, et neuf membres nommés pour un seul mandat de neuf ans, désignés, trois par le président de la République, trois par le président de l'Assemblée nationale, trois par le président du Sénat, et renouvelés par tiers tous les trois ans. Le président du Conseil constitutionnel est désigné par le chef de l'État parmi les membres nommés ou de droit ; il a voix prépondérante en cas de partage. Les membres nommés sont tenus de prêter serment devant le président de la République (art. 3 de l'ordonnance du 7 nov. 1958). Leur fonction est incompatible avec celle de membre du gouvernement ou de parlementaire, mais, paradoxalement, ils sont éligibles au Parlement.

Dans l'ensemble, assez hétéroclite, des attributions du Conseil constitutionnel, la plus importante est le contrôle de constitutionnalité, qui peut se définir comme étant le contrôle de l'activité normative des pouvoirs publics et qui consacre la suprématie de la loi constitutionnelle. Son but est, d'une part, de vérifier la conformité à la Constitution des lois non encore promulguées et, d'autre part, de garantir le gouvernement contre toute mesure du Parlement empiétant sur son domaine réglementaire.

Le contrôle de la constitutionnalité est obligatoire quand il s'agit des lois organiques et des règlements intérieurs des deux assemblées qui composent le Parlement (art. 61, al. 1 de la Constitution) ; il est facultatif dans le cas des lois ordinaires (art. 61, al. 2) et des traités internationaux (art. 54). D'une façon générale, il ne porte que sur les lois d'origine parlementaire. À l'occasion de la loi adoptée par référendum le 28 octobre 1962, le Conseil constitutionnel s'est en effet déclaré incompétent pour vérifier la conformité des lois référendaires à la Constitution.

S'agissant de garantir la répartition des compétences entre le Parlement et le gouvernement telle qu'elle résulte des articles 34 et 37 de la Constitution, le contrôle fonctionne à sens unique pour prémunir le gouvernement contre un empiétement du Parlement sur son domaine normatif. Ainsi l'article 41 autorise-t-il le gouvernement à opposer l'irrecevabilité à toute proposition de loi ou à tout amendement qui déborderait le domaine législatif ou serait contraire à une délégation de pouvoirs l'autorisant à statuer par voie d'ordonnances en vertu de l'article 38. D'autre part, l'article 37, alinéa 2 prévoit que le gouvernement qui aurait laissé le Parlement légiférer sur des matières réglementaires et qui voudrait modifier par décret un texte de forme législative (art. 37 in fine) doit préalablement saisir le Conseil constitutionnel pour que celui-ci déclare que ce texte a bien, quant au fond, la nature réglementaire.

L'autorité du Conseil constitutionnel est très grande et ses décisions, qui ne sont susceptibles d'aucun recours, s'imposent aux pouvoirs publics et à toutes les autorités administratives et juridictionnelles (art. 62 in fine). Mais il faut souligner que le contrôle de constitutionnalité, strictement défini par la Constitution, n'autorise pas le Conseil à résoudre toutes les difficultés relatives à l'application de la Constitution. De plus, la saisine du Conseil, même élargie par les révisions constitutionnelles de 1974 et de 1992, reste restreinte. Seuls le président de la République, le Premier ministre, les présidents des deux assemblées, soixante députés ou soixante sénateurs peuvent engager la procédure de contrôle. Les citoyens ne peuvent exercer eux-mêmes le recours en inconstitutionnalité (un projet de révision constitutionnelle, abandonné en 1990, pr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : assistante en sciences juridiques à l'université de Paris-V-René-Descartes

Classification

Autres références

«  CONSEIL CONSTITUTIONNEL  » est également traité dans :

ARTICLE 16 (Constitution française de 1958)

  • Écrit par 
  • Annie GRUBER
  •  • 1 023 mots

Dans la Constitution française du 4 octobre 1958, l'article 16 autorise, en cas de nécessité, le président de la République à exercer une dictature temporaire, au sens romain du terme. Il introduit dans la Constitution un régime d'exception prévu pour faire face à une crise institutionnelle particulièrement grave. Il dispose en effet, dans son premier paragraphe : « Lorsque les institutions de la […] Lire la suite

BADINTER ROBERT (1928- )

  • Écrit par 
  • Laurent WILLEMEZ
  •  • 1 374 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un réformateur »  : […] François Mitterrand élu, il est nommé ministre de la Justice après le 10 mai 1981, fonction qu'il occupe jusqu'à la défaite de la gauche aux élections législatives de 1986. S'entourant, pour son cabinet, de nombreux magistrats issus du Syndicat de la magistrature, il déploie pendant les six années de son ministère un réformisme tous azimuts et qui est loin de se réduire à l'abolition de la peine d […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 841 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'adoption de la nouvelle Constitution »  : […] Les députés doivent donc accepter de remettre le pouvoir constituant au général, dans des conditions d'ailleurs non conformes aux textes puisque, pour modifier la Constitution de 1946, le processus était normalement très long et difficile. Les députés, craignant une dérive vers un régime autoritaire comme en 1940, vont mettre des conditions pour encadrer le processus de refonte des institutions. […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 6 876 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les réformes du président »  : […] Le nouveau président nomme un Premier ministre gaulliste, mais entouré par de nombreuses personnalités du groupe des Républicains indépendants ou proches de lui. Il veut manifestement incarner pleinement la fonction présidentielle et conduire le pays en gouvernant au centre, ce qui doit se voir par des réformes rapides. Il veut incarner une certaine rupture avec ses prédécesseurs, la logique gisca […] Lire la suite

CONSTITUTION DE LA Ve RÉPUBLIQUE (France)

  • Écrit par 
  • Arnaud LE PILLOUER
  •  • 3 429 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une présidence de la République marquée par de Gaulle »  : […] Dès sa prise de fonction, le général de Gaulle a imprimé sa marque aux nouvelles institutions : contrairement à la lettre de la Constitution, c'est au président qu'il est revenu de nommer mais aussi de congédier le Premier ministre, de fixer les grandes orientations de la politique nationale, et d'intervenir directement dans les domaines de son choix (et pas seulement les affaires militaires et d […] Lire la suite

DÉMOCRATIE

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 10 278 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les protagonistes des jeux politiques »  : […] Les hommes politiques n'ont jamais eu et ont de moins en moins le monopole des questions politiques. Les sondeurs ou les journalistes interfèrent en permanence dans les « jeux » politiques. Quand une polémique se développe sur un sujet donné, des spécialistes des problèmes évoqués interviennent aussi dans les débats. L'introduction de considérations juridiques dans l'activité politique est ainsi, […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Le droit français

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HALPÉRIN
  •  • 7 138 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les sources de renouvellement  »  : […] Avec un stock évalué à un peu plus de 8 000 lois en vigueur, le droit français est renouvelé chaque année par une moyenne d'une centaine de lois. Si le nombre de ces textes n'est pas lui-même en nette augmentation pendant la dernière décennie, la longueur moyenne de chaque loi a indubitablement connu une croissance qui alimente les dénonciations répétées de « l'inflation législative ». Quelques te […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - Les langues régionales

  • Écrit par 
  • Jean SIBILLE
  •  • 3 695 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Quel statut juridique ? »  : […] Outre les textes cités plus haut, relatifs à l'enseignement, plusieurs textes juridiques contiennent des dispositions concernant les langues régionales en général, ou telle ou telle langue en particulier (loi 84-52 sur l'enseignement supérieur, cahiers des charges de Radio-France, France 3 et R.F.O., décrets concernant l'aide de l'État au secteur cinématographique, lois portant statut de la Corse, […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2010

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 575 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une politique continue de réformes au risque de la contestation »  : […] Certaines réformes, qui ont suscité de forts débats en 2009, ont été abandonnées ou différées. Il en va ainsi de la taxe carbone, dont le projet de loi la présentant avait été censuré par le Conseil constitutionnel à la fin de 2009 et à laquelle Nicolas Sarkozy, après avoir dans un premier temps indiqué que le projet serait de nouveau présenté au Parlement, a finalement renoncé. La nouvelle minis […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2009

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 702 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La poursuite des réformes et leur contestation »  : […] Malgré de nombreuses interrogations sur le maintien de la politique de rupture qui avait été au centre de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy, la crise l'ayant conduit à laisser filer le déficit budgétaire (déficit de 141 milliards d'euros à la fin de 2009, soit 8,2 p. 100 du P.I.B. ; déficit de 31 milliards pour la Sécurité sociale ; projet de loi de finances 2010 intégrant un déficit de 1 […] Lire la suite

Les derniers événements

12-31 octobre 2022 France. Adoption du projet de loi de finances par la procédure de l'article 49-3.

Le 25 également, le Conseil constitutionnel juge que le projet de référendum d’initiative partagée (RIP) déposé par la NUPES sur la taxation temporaire des grandes entreprises ayant bénéficié d’une conjoncture exceptionnelle ne remplit pas les conditions pour être mis en œuvre. Il considère que ce sujet n’a pas trait à la politique économique du gouvernement, mais relève d’une loi de finances, dont l’adoption constitue une prérogative exclusive du Parlement. […] Lire la suite

5-17 mars 2022 France. Départ du gouvernement de la ministre Jacqueline Gourault et de la secrétaire d'État Nathalie Élimas.

Le 5, l’Élysée annonce le départ du gouvernement de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales Jacqueline Gourault, nommée au Conseil constitutionnel en février, qui est remplacée par Joël Giraud, jusque-là secrétaire d’État chargé de la Ruralité. L’Élysée annonce également le départ de la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale, chargée de l’Éducation prioritaire, Nathalie Élimas. […] Lire la suite

2-7 mars 2022 France. Validation des candidatures à l'élection présidentielle d'avril.

Le 7, le Conseil constitutionnel présente la liste des douze candidats retenus en vue de l’élection présidentielle : Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), Anne Hidalgo (PS), Yannick Jadot (EE-LV), Jean Lassalle (Résistons !), Marine Le Pen (RN), Emmanuel Macron (LRM), Jean-Luc Mélenchon (LFI), Valérie Pécresse (LR), Philippe Poutou (Nouveau Parti anticapitaliste), Fabien Roussel (PCF) et Éric Zemmour (Reconquête !). […] Lire la suite

23 février 2022 France. Nomination de trois nouveaux membres du Conseil constitutionnel.

Le Parlement valide les nominations de trois nouveaux membres du Conseil constitutionnel. Présentée par le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand (LRM), Véronique Malbec, directrice de cabinet du garde des Sceaux, est toutefois questionnée par certains membres de la commission des lois du Palais-Bourbon sur son rôle, en tant qu’ancienne procureure générale de la cour d’appel de Brest, dans le classement sans suite de l’affaire des Mutuelles de Bretagne dans laquelle Richard Ferrand était impliqué. […] Lire la suite

2-25 janvier 2022 France. Adoption de la loi sur le passe vaccinal.

Le 21, le Conseil constitutionnel valide la loi sur le passe vaccinal, en ne censurant que la disposition, jugée contraire à l’esprit de la Constitution, qui aurait permis d’exiger la présentation d’un test négatif ou d’un justificatif de vaccination à l’entrée des rassemblements politiques durant la campagne présidentielle. Le 24, le passe vaccinal entre en application. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Annie GRUBER, « CONSEIL CONSTITUTIONNEL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/conseil-constitutionnel/