Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CONSEIL CONSTITUTIONNEL

Parmi les institutions établies par la Constitution de 1958, le Conseil constitutionnel est un organe spécialisé qui a été conçu pour assurer principalement le contrôle de constitutionnalité, qu'exerçait en partie le Comité constitutionnel de 1946. De nature ambiguë, il est plutôt politique par sa composition tout en étant proche d'un organe juridictionnel par son statut et ses attributions.

Le Conseil constitutionnel comprend deux catégories de membres : les membres de droit, qui sont les anciens présidents de la République, et neuf membres nommés pour un seul mandat de neuf ans, désignés, trois par le président de la République, trois par le président de l'Assemblée nationale, trois par le président du Sénat, et renouvelés par tiers tous les trois ans. Le président du Conseil constitutionnel est désigné par le chef de l'État parmi les membres nommés ou de droit ; il a voix prépondérante en cas de partage. Les membres nommés sont tenus de prêter serment devant le président de la République (art. 3 de l'ordonnance du 7 nov. 1958). Leur fonction est incompatible avec celle de membre du gouvernement ou de parlementaire, mais, paradoxalement, ils sont éligibles au Parlement.

Dans l'ensemble, assez hétéroclite, des attributions du Conseil constitutionnel, la plus importante est le contrôle de constitutionnalité, qui peut se définir comme étant le contrôle de l'activité normative des pouvoirs publics et qui consacre la suprématie de la loi constitutionnelle. Son but est, d'une part, de vérifier la conformité à la Constitution des lois non encore promulguées et, d'autre part, de garantir le gouvernement contre toute mesure du Parlement empiétant sur son domaine réglementaire.

Le contrôle de la constitutionnalité est obligatoire quand il s'agit des lois organiques et des règlements intérieurs des deux assemblées qui composent le Parlement (art. 61, al. 1 de la Constitution) ; il est facultatif dans le cas des lois ordinaires (art. 61, al. 2) et des traités internationaux (art. 54). D'une façon générale, il ne porte que sur les lois d'origine parlementaire. À l'occasion de la loi adoptée par référendum le 28 octobre 1962, le Conseil constitutionnel s'est en effet déclaré incompétent pour vérifier la conformité des lois référendaires à la Constitution.

S'agissant de garantir la répartition des compétences entre le Parlement et le gouvernement telle qu'elle résulte des articles 34 et 37 de la Constitution, le contrôle fonctionne à sens unique pour prémunir le gouvernement contre un empiétement du Parlement sur son domaine normatif. Ainsi l'article 41 autorise-t-il le gouvernement à opposer l'irrecevabilité à toute proposition de loi ou à tout amendement qui déborderait le domaine législatif ou serait contraire à une délégation de pouvoirs l'autorisant à statuer par voie d'ordonnances en vertu de l'article 38. D'autre part, l'article 37, alinéa 2 prévoit que le gouvernement qui aurait laissé le Parlement légiférer sur des matières réglementaires et qui voudrait modifier par décret un texte de forme législative (art. 37 in fine) doit préalablement saisir le Conseil constitutionnel pour que celui-ci déclare que ce texte a bien, quant au fond, la nature réglementaire.

L'autorité du Conseil constitutionnel est très grande et ses décisions, qui ne sont susceptibles d'aucun recours, s'imposent aux pouvoirs publics et à toutes les autorités administratives et juridictionnelles (art. 62 in fine). Mais il faut souligner que le contrôle de constitutionnalité, strictement défini par la Constitution, n'autorise pas le Conseil à résoudre toutes les difficultés relatives à l'application de la Constitution. De plus, la saisine du Conseil, même élargie par les révisions constitutionnelles de 1974 et de[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : assistante en sciences juridiques à l'université de Paris-V-René-Descartes

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ARTICLE 16 (Constitution française de 1958)

    • Écrit par Annie GRUBER
    • 1 028 mots

    Dans la Constitution française du 4 octobre 1958, l'article 16 autorise, en cas de nécessité, le président de la République à exercer une dictature temporaire, au sens romain du terme. Il introduit dans la Constitution un régime d'exception prévu pour faire face à une crise institutionnelle...

  • ASSEMBLÉE NATIONALE (France - Ve République)

    • Écrit par Arnaud LE PILLOUER
    • 5 795 mots
    • 2 médias
    ...décidé de soumettre les règlements des chambres (ainsi que leurs éventuelles modifications) à un contrôle de constitutionnalité systématique de la part du Conseil constitutionnel. C’est ainsi que ce dernier n’avait pas hésité, dès 1959, à invalider une disposition du règlement de l’Assemblée nationale, par...
  • BADINTER ROBERT (1928- )

    • Écrit par Laurent WILLEMEZ
    • 1 374 mots
    • 1 média
    En février 1986, à quelques semaines de la défaite de la gauche, le président Mitterrand nomme Robert Badinter à laprésidence du Conseil constitutionnel. Malgré les polémiques qui entourent sa nomination, considérée par la droite et par un certain nombre de constitutionnalistes comme un acte politique...
  • CEDH (Cour européenne des droits de l'homme)

    • Écrit par Thomas HOCHMANN
    • 3 516 mots
    • 1 média
    ...par une Cour constitutionnelle qui tranche des litiges concrets et développe une méthode détaillée pour contrôler le respect des droits de l’homme. Le Conseil constitutionnel français joue un rôle bien plus limité, ce qui a contribué à l’influence déterminante de la Cour européenne des droits de l’homme...
  • Afficher les 29 références

Voir aussi