JAZZ ROCK ou JAZZ FUSION

Apparu à la fin des années 1960, le jazz-rock naît du croisement entre l'énergie du rock, le climat du funk et l'approche harmonique du jazz. Miles Davis en est le précurseur.

À la fin des années 1960 et au début des années 1970, le rêve hippie se désagrège : concert désastreux des Rolling Stones à Altamont, près de San Francisco (1969), séparation des Beatles (1970), disparition de grandes figures comme Jimi Hendrix (1970) ou Jim Morrison, chanteur et parolier des Doors (1971)...

Les groupes Lifetime du batteur prodige Tony Williams, Blood, Sweat and Tears, dans lequel sont passés les frères Michael et Randy Brecker, ou Soft Machine introduisent dans la musique improvisée des éléments empruntés au langage de la pop music, parmi lesquels l'utilisation d'instruments amplifiés.

Mais le véritable point de départ du jazz-rock, ou jazz fusion, est l'album de Miles Davis Bitches Brew (1969). Le contexte est propice à une ouverture du jazz sur des voix plus éclectiques et électriques. Le jazz-rock accorde une importance grandissante à la rythmique binaire au détriment du swing, avec, par exemple, le batteur Steve Gadd ou Herbie Hancock (Headhunters, 1973), ce qui lui permet de conquérir un nouveau public avec, à la clé, des ventes d'albums jamais atteintes par le jazz.

L'esthétique de cette nouvelle voix met en valeur les solos, avec un goût prononcé pour la vélocité (John McLaughlin) mais aussi pour des changements de climat, avec le passage d'arrangements très « écrits » à des phases d'improvisations collectives (Chick Corea). L'apport de nouveaux timbres est systématique : piano électromécanique de la marque Fender Rhodes, synthétiseurs, qui ne sont au départ que monophoniques, clavinet, instruments « ethniques » (Weather Report), pléthore de pédales d'effets, comme la pédale wa wa* sur la trompette de Miles Davis. L'enregistrement multipiste permet plus de précision et la production se rapproche de celle des disques de rock par l'utilisation fréquente du rerecording* (Return to Forever, de Chick Corea, ou Steps Ahead). La basse électrique s'émancipe grâce à l'apport de virtuoses comme Stanley Clarke (technique du slap*) ou Jaco Pastorius (basse sans frette), qui enrichit le jeu de l'instrument : approche contrapuntique, notes mortes et glissandos expressifs, « répétition-mutation » sur les patterns* d'accompagnement... Les conceptions harmoniques s'élargissent avec de nombreuses extensions d'accords, ou se resserrent en référence à la modalité du funk.

Cette période a laissé des traces durables dans la mosaïque postmoderne du jazz actuel.

—  Eugène LLEDO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  JAZZ ROCK ou JAZZ FUSION  » est également traité dans :

37th Chamber, PINE (Courtney)

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 340 mots

Britannique d'origine jamaïcaine, Courtney Pine est l'homme de toutes les rencontres et de toutes les fusions. Né à Londres le 18 mars 1964, ce saxophoniste ténor et soprano commence par jouer dans des groupes de reggae et de funk, puis fait ses premières incursions dans le jazz au sein de différents collectifs. Dans les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/37th-chamber-pine-courtney/#i_25753

BRECKER MICHAEL (1919-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 982 mots

de son frère Randy, dans de petites formations qui se produisent dans sa ville natale. En 1969, à dix-huit ans, il suit à New York Randy, qui commence alors une active carrière de musicien de studio. C'est avec lui, Billy Cobham (batterie) et John Abercrombie (guitare) qu'il y forme Dreams (1969-1973), un groupe qui préfigure la fusion jazz-rock […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-brecker/#i_25753

BYRD DONALD (1932-2013)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 934 mots
  •  • 1 média

certains de ses étudiants, le groupe éponyme des Black Byrds. Le succès de cette formation, qui mêle les influences jazz rock et jazz fusion à des souvenirs de blues et de gospel, se maintiendra jusqu'au début des années 1980. Il dirige alors à nouveau de petits combos où l'on relève les noms d'Herbie Hancock, Jackie McLean, Stanley Turrentine, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/donald-byrd/#i_25753

DAVIS MILES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 006 mots

1969 Miles Davis popularise le jazz-rock avec les albums In a Silent Way (Wayne Shorter, John McLaughlin, Herbie Hancock, Chick Corea, Joe Zawinul, Dave Holland et Tony Williams) et Bitches Brew (Wayne Shorter, Bennie Maupin, Chick Corea, Joe Zawinul, John McLaughlin, Dave Holland et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/davis-reperes-chronologiques/#i_25753

DEJOHNETTE JACK (1942-    )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 800 mots

Hancock, Eric Gale, Hubert Laws, Ron Carter et Frank Foster. Il crée en 1975 le groupe de jazz-rock Compost, avec lequel il effectue de nombreuses tournées. Débute alors une étroite association avec Keith Jarrett qui durera plus de dix ans, avec un répertoire essentiellement constitué de standards du jazz. Parallèlement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jack-dejohnette/#i_25753

DUKE GEORGE (1946-2013)

  • Écrit par 
  • John LITWEILER
  •  • 492 mots

Al Jarreau, le trompettiste Dizzy Gillespie et le violoniste français Jean-Luc Ponty, avec lequel il s’associe pour enregistrer un des premiers albums de jazz fusion intitulé The Jean-Luc Ponty Experience with the George Duke Trio. Cette collaboration lui vaut d’être repéré en 1969 par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-duke/#i_25753

GUITARE BASSE

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 1 264 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Œuvres majeures »  : […] Stanley Clarke, contrebassiste de formation, suit cette voie de la basse percussive dans le jazz rock des années 1970, imité en cela par Marcus Miller, arrangeur des derniers albums de Miles Davis. Jaco Pastorius réinvente la basse dénuée de frettes, apportant son lumineux touché, sa technique de virtuose et son placement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guitare-basse/#i_25753

HANCOCK HERBIE (1940-    )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 909 mots

Dans les années 1970, après avoir participé aux premières expériences de jazz-rock de Miles Davis, Hancock commence à diriger des groupes de fusion et à jouer sur des claviers électroniques, allant du piano électrique aux synthétiseurs. Les succès de jazz funk – comme Chameleon, extrait de l'album Headhunters […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/herbie-hancock/#i_25753

JAZZ

  • Écrit par 
  • Philippe CARLES, 
  • Jean-Louis CHAUTEMPS, 
  • Michel-Claude JALARD, 
  • Eugène LLEDO
  • , Universalis
  •  • 10 996 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre «  Après la révolution »  : […] consommation de la musique. Il convient ici de remarquer que, parmi les meilleurs représentants de ce que l'on a pu appeler le « jazz-rock », plusieurs ont, à un moment de leur carrière, fait partie de l'orchestre de Miles Davis : le pianiste Joe Zawinul et le saxophoniste Wayne Shorter, coleaders du groupe Weather Report, les pianistes Chick […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jazz/#i_25753

KÜHN JOACHIM (1944-    )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 263 mots

Jean-Luc Ponty Experience (Open Strings, 1971) et devient, aux claviers électroniques, un des protagonistes du jazz-rock européen, aux côtés de Philip Catherine, Zbigniew Seifert et Aldo Romano. Parallèlement, mais sur un instrument plus classique, il forme avec Jean-François Jenny-Clark et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joachim-kuhn/#i_25753

MCLAUGHLIN JOHN (1942-    )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 550 mots

Virtuose de la guitare et chef d'orchestre britannique, né le 4 janvier 1942 dans le Yorkshire, John McLaughlin est devenu, grâce à ses solos extrêmement bruyants, énergiques et éclectiques, l'un des musiciens de jazz-rock les plus populaires et influents […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-mclaughlin/#i_25753

PALMER ROBERT (1949-2003)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 153 mots

et de pop. Passionné par le rhythm'n'blues, Robert Palmer participe en 1971 au projet de fusion jazz-rock entrepris par le groupe Vinegar Joe. En 1974, il enregistre à La Nouvelle-Orléans son premier album, d'inspiration très funky, Sneakin' Sally Through the Alley. En 1977, il s'établit à Nassau (Bahamas), où il enregistre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-palmer/#i_25753

PONTY JEAN-LUC (1942-    )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 021 mots

métissage très personnel de musique classique et de jazz, devenu un des protagonistes du jazz-rock aux États-Unis, Jean-Luc Ponty se produit à partir de 1986 avec de nombreux orchestres symphoniques américains. Il s'entoure de musiciens d'Afrique de l'Ouest et grave avec eux Tchokola (1991). Il forme, avec le guitariste Al Di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-luc-ponty/#i_25753

POP MUSIC

  • Écrit par 
  • Paul ALESSANDRINI, 
  • Gérard JOURD'HUI, 
  • Philippe JUGÉ, 
  • Christian LEBRUN
  •  • 7 700 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les années 1970 »  : […] heavy metal en anglais), le rock progressiste (progressive rock) et ses grandes fresques néo-classiques et symphoniques, le jazz-rock et la fusion de deux genres jusqu'alors ignorants l'un de l'autre, et dont Miles Davis fut l'initiateur. Tant bien que mal, les héros des années 1960 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pop-music/#i_25753

Rampage, MILLER (Marcus)

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 359 mots

Le bassiste, chanteur, multi-instrumentiste, compositeur et arrangeur américain Marcus Miller (né le 14 janvier 1959 à Brooklyn) va connaître la notoriété au sein du groupe de Miles Davis en 1981 et 1982, avec lequel il enregistre We Want Miles (1981), The Man with the Horn (1981) et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rampage-miller-marcus/#i_25753

SHORTER WAYNE (1933-    )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 580 mots

Saxophoniste de jazz et compositeur afro-américain, né le 25 août 1933, à Newark, dans le New Jersey, Wayne Shorter est l'un des musiciens les plus influents du hard bop et du jazz modal ainsi que l'un des pionniers de la fusion jazz-rock […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wayne-shorter/#i_25753

Pour citer l’article

Eugène LLEDO, « JAZZ ROCK ou JAZZ FUSION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jazz-rock-jazz-fusion/