Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HANCOCK HERBIE (1940- )

Pianiste, claviériste, chanteur, compositeur, comédien et parolier américain, Herbie Hancock est un artiste prolifique qui « a traversé de nombreux styles en sachant préserver ce qui est l'apanage des plus grands : sa sonorité. [...] Sa grande qualité est de savoir „faire simple“ en créant des climats à partir de très peu de notes » (Pascale Barthel et Christian Gauffre). Il a rencontré le succès en tant que pianiste de jazz au style incisif et provocateur sur le plan harmonique, avant de connaître une immense popularité comme leader de groupes de funk et de jazz-rock.

Herbert Jeffrey Hancock, né le 12 avril 1940 à Chicago, dans une famille très musicienne, commence à étudier le piano à l'âge de sept ans. Enfant prodige, il interprète dès l'âge de onze ans le premier mouvement du Cinquième Concerto pour piano, K 175, de Mozart avec l'Orchestre symphonique de Chicago. Il forme son premier groupe alors qu'il est encore au lycée. Dès 1960, alors qu'il prépare un diplôme d'ingénieur au Grinnell College (Iowa), le trompettiste Donald Byrd lui demande de rejoindre sa formation ; Herbie Hancock le suit à New York en 1961. Ses talents d'accompagnateur et les solos qu'il offre aux groupes de be-bop amènent la firme Blue Note à lui faire enregistrer son premier album comme leader, Takin' Off (1963), qui contient un morceau qui va connaître un succès considérable, et devenir un standard du jazz moderne, Watermelon Man. En mai 1963, il rejoint le quintette de Miles Davis, au sein duquel il restera jusqu'en 1968, participant aux albums MyFunny Valentine (1964), E.S.P. (1965), Miles in the Sky (1968). Le quintette de Miles Davis permet à Herbie Hancock de développer des concepts rythmiques et harmoniques audacieux qu'il développera dans ses propres albums, notamment EmpyreanIsles (1964, qui comporte Cantaloupe Island) et Maiden Voyage (1965, qui comporte Dolphin Dance et le morceau éponyme Maiden Voyage). Durant cette période, il enregistre comme sideman aux côtés de Blue Mitchell, Lee Morgan (Cornbread, 1965), Bob Brookmeyer (Bob Brookmeyer and Friends, 1964), Stanley Turrentine, Sonny Rollins, Charles Tolliver (Paper Man, 1968), Jackie McLean, Woody Shaw, Wayne Shorter (Speak No Evil, 1964 ; The All Seeing Eye, 1965), Tony Williams...

Dans les années 1970, après avoir participé aux premières expériences de jazz-rock de Miles Davis, Hancock commence à diriger des groupes de fusion et à jouer sur des claviers électroniques, allant du piano électrique aux synthétiseurs. Les succès de jazz funk – comme Chameleon, extrait de l'album Headhunters (1973), qui connaît des ventes record – sont caractérisés par des couleurs sonores et des rythmes fascinants, s'appuyant sur la juxtaposition de lignes musicales réalisées au synthétiseur. Hancock enregistre ensuite plusieurs titres à succès, parmi lesquels You BetYour Love (de l'album FeetsDon't Fail Me Now, 1979) et Rockit (de l'album Future Shock, 1983). Parallèlement, il compose du jazz-rock – et, parfois, du jazz, tout simplement – pour des publicités, des programmes télévisés ou des films comme Blow-up, de Michelangelo Antonioni (1966), DeathWish(Un justicier dans la ville de Michael Winner, 1974), ou encore 'Round Midnight (Autour de minuit, de Bertrand Tavernier, 1986), film pour lequel il remporte un oscar. À partir du milieu des années 1970, Herbie Hancock joue du piano acoustique dans des « jazz projects » et se produit en duo avec Chick Corea (An Eveningwith Herbie Hancock and Chick Corea, 1978). Il se produit également dans des combos avec les anciens partenaires de Miles Davis et des trompettistes de la stature de Freddie Hubbard ou de Wynton Marsalis. À la tête de son quintette V.S.O.P. (Very Special One-time-only Performance), qui rassemble Hancock, Freddie Hubbard, Wayne Shorter, Ron Carter et Tony[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi