Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FUNK

Le funk, issu de la soul music, émerge dans les années 1970. La basse y est prédominante. Sly and the Family Stone et George Clinton en sont les précurseurs.

Le funk, forme de musique noire syncopée qui s'inspire de la soul music, émerge donc dans les années 1970 : dans les années 1960, on utilisait plutôt l'adjectif funky*. Son caractère polymorphe a sans doute contribué à un rapprochement des communautés.

Les précurseurs de ce style sont le groupe américain Sly and the Family Stone – qui assimile l'énergie du rock – et le compositeur et chanteur américain George Clinton (avec ses groupes Funkadelik et Parliament), amateur de décibels et d'excentricités vestimentaires. Stevie Wonder atomise sa soul music en apportant un son plus rock et un beat* plus affirmé (Higher Ground, dans l'album Intervisions, 1973, et, surtout, l'album Songs in the Key of Life, 1975). Tous combinent les guitares saturées et l'utilisation du groove*, une certaine manière de faire vivre la pulsation binaire.

Curtis Mayfield impose ses textes à résonances politiques, sa voix de tête et ses orchestrations très cinématographiques (il compose la bande originale du film Superfly, de Gordon Parks Jr., 1972), où la pédale wa wa* dialogue avec des glissandos de cordes et des riffs* de cuivres.

Du côté du disco, le groupe américain Chic incarne une tendance plus policée qui s'appuie sur des lignes de basses et de guitares qui font référence.

En 1984, dans l'album Purple Rain, Prince reprend à son compte la voix de falsetto et les superpositions de lignes vocales du maître Curtis Mayfield pour explorer la veine de l'électro funk. Dans ce mélange de rock et de soul, la rythmique rock, complétée par des boîtes à rythmes, soutient des synthétiseurs hypnotiques. À l'époque, en l'absence d'ordinateur, la technique du rerecording permet au poly-instrumentiste de Minneapolis d'enregistrer la plupart des instruments lui-même.

Kool & The Gang (Jungle Boogie, 1974) et Earth, Wind & Fire (Let's Groove, 1980) ont obtenu des succès planétaires en empruntant à la pop ses refrains obsédants.

Le funk va évoluer : James Brown enrobe son funky drummer de sonorités plus synthétiques (dans ses albums avec le producteur Full Force), Michael Jackson ou Cameo ne composent qu'avec des machines et Defunkt met en avant les cuivres et l'improvisation.

Le funk a inspiré la gogo music de Detroit (groupe Trouble Funk) et le rock fusion (Fishbone ou Red Hot Chili Peppers).

— Eugène LLEDO

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : compositeur, auteur, musicologue et designer sonore

Classification

Pour citer cet article

Eugène LLEDO. FUNK [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • Candy, CAMEO

    • Écrit par
    • 712 mots

    À l'origine, au début des années 1970, Cameo est une sorte de big band de «black rock», selon la formule du créateur de ce groupe new-yorkais, Larry Blackmon, ancien batteur de jazz. À partir de 1974, le groupe suit les traces de Parliament puis de Funkadelic, les groupes de George Clinton,...

  • DISCO

    • Écrit par
    • 483 mots

    Musique de danse insouciante, le disco marque l'entrée de la musique populaire dans l'ère du producteur omniprésent. À partir de la fin des années 1970, les tubes au battement répétitif se multiplient.

    Au tournant des années 1980, des musiciens-producteurs européens recyclent la ...

  • DJ (disc-jockey)

    • Écrit par
    • 3 611 mots
    • 3 médias
    ...ambiances qu’ils créent. C’est le cas de Nicky Siano à The Gallery ou encore de David Mancuso qui anime non pas une discothèque mais bien son loft personnel. Le funk puis le disco à partir de 1973 seront les styles de prédilection de ces précurseurs, qui exploiteront largement les publications des labels Salsoul...
  • JAMES RICK (1948-2004)

    • Écrit par
    • 222 mots

    Chanteur, musicien, auteur-compositeur américain de funk et de rock. De son vrai nom James Johnson. Adolescent, il déserte la marine et rencontre au Canada en 1965 Neil Young, avec qui il forme un groupe avorté de rhythm'n'blues, The Mynah Birds. Revenu aux États Unis, il devient compositeur et producteur...

  • Afficher les 8 références