IODE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Isotopes radioactifs et thyroïde

Ce même isotope 129I est une signature des déchets nucléaires. Les sources les mieux documentées sont les usines de retraitement de La Hague (Manche) et de Sellafield (nord-ouest de l'Angleterre). La forme moléculaire prépondérante dans les rejets de cet isotope est l'iodure de méthyle CH3I. Dans l'ancienne Union soviétique, les fleuves Ob et Ienisseï, qui drainent d'anciens sites d'essais nucléaires en Sibérie, charrient des flux de 129I, inférieurs certes à 300 grammes par an, mais supérieurs d'un ordre de grandeur aux quantités que l'on trouve ailleurs sur la planète (Rhin, Rhône ou Mississippi).

L'isotope 131I, un émetteur bêta de demi-vie 8,0207 jours, est utilisé en radiothérapie de tumeurs cancéreuses et autres affections de la glande thyroïde. 123I (demi-vie 13,22 heures) et 125I (demi-vie 59,40 jours) servent à l'imagerie nucléaire des reins et de la thyroïde, ainsi qu'à suivre l'assimilation d'iode par la thyroïde. Leur administration se fait sous la forme d'iodures de sodium (NaI) ou de potassium (KI), ou encore d'iodate de potassium (KIO3).

En effet, lorsque l'organisme est exposé à de l'iode radioactif, la glande thyroïde l'absorbe tout comme s'il s'agissait d'iode non radioactif. Cela augmente, bien entendu, la probabilité d'un cancer de la thyroïde. Cette éventualité est d'autant plus grande qu'il s'agit d'isotopes à courte durée de vie, tels que 131I, aux flux radioactifs plus intenses. On peut s'en prémunir, dans une certaine mesure, en absorbant de l'iode non radioactif, ce qui sature la glande thyroïde. C'est la raison pour laquelle les personnes exposées – personnels des usines nucléaires, populations victimes d'accidents nucléaires – se voient distribuer des pastilles d'iodure de potassium KI. Comme 131I est de courte durée de vie, il suffit de poursuivre ce traitement pendant une quinzaine de jours seulement.


Médias de l’article

Iode : propriétés physiques

Iode : propriétés physiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Hormones thyroïdiennes : formules chimiques

Hormones thyroïdiennes : formules chimiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'École polytechnique et à l'université de Liège (Belgique)

Classification


Autres références

«  IODE  » est également traité dans :

ALIMENTATION (Économie et politique alimentaires) - Malnutrition dans le monde

  • Écrit par 
  • Laurence ROUDART
  •  • 7 247 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les carences en micronutriments »  : […] Pour le bon état physique et mental d’un être humain, dix-neuf micronutriments (vitamines ou éléments minéraux) sont nécessaires. Les carences en micronutriments affectent plus de 2 milliards de personnes, soit un tiers de la population mondiale. Comme ces carences n’induisent pas, ou induisent peu, de symptômes visibles, on parle à leur propos de « faim cachée ». Pour autant, elles ont de graves […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alimentation-economie-et-politique-alimentaires-malnutrition-dans-le-monde/#i_3140

ANTISEPSIE ET ASEPSIE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 585 mots
  •  • 1 média

Classiquement, l’histoire de la chirurgie est scandée par deux dates : l’année 1846, au cours de laquelle l’anesthésie à l’éther est utilisée pour la première fois ; l’année 1867, au cours de laquelle le chirurgien britannique Joseph Lister (1827-1912) décrit le succès d’une méthode, l’antisepsie, permettant de combattre les infections postopératoires, qui grèvent lourdement le bilan de la chirur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antisepsie-et-asepsie/#i_3140

CATALYSE

  • Écrit par 
  • Henri Jean-Marie DOU, 
  • Jean-Eugène GERMAIN
  •  • 8 404 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Mécanisme »  : […] On peut assez souvent, dans les cas simples, séparer la réaction catalytique en deux parties, la première consommant le catalyseur et la deuxième le régénérant. C'est même là un moyen général de « fabriquer » des réactions catalytiques. Ainsi, vers 600  0 C, la vapeur d' iode s'empare de l'hydrogène des alcanes pour former de l'acide iodhydrique et des alcènes ou des hydrocarbures dérivés du benzè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catalyse/#i_3140

HALOGÈNES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER, 
  • Robert de PAPE
  •  • 6 660 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Dérivés halogénés »  : […] Les dérivés halogénés résultent du remplacement, par des halogènes F, Cl, Br, I, d'un ou de plusieurs atomes d'hydrogène des hydrocarbures. Ils se rencontrent rarement à l'état naturel : présence d'iode dans la tyroxine, présence de chlore dans l'antibiotique chloromycétine. Le brome, en revanche, existe dans un certain nombre d'organismes marins : le dibromo-6,6′-indigo extrait de certains moll […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/halogenes/#i_3140

IODHYDRIQUE ACIDE

  • Écrit par 
  • Bernard CARTON
  •  • 252 mots

Formule brute : HI Masse moléculaire : 127,91 g Point d'ébullition : — 34 0 C Point de fusion : — 50,8 0 C Température critique : 150,5 0 C. Gaz incolore, d'odeur piquante fumant à l'air, se condensant en un liquide incolore, l'iodure d'hydrogène est très soluble dans l'eau, qui, à la température ambiante, dissout 400 volumes de gaz par volume d'eau (acide iodhydrique). Cette solution se solidifie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acide-iodhydrique/#i_3140

NUCLÉAIRE MÉDECINE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BARAT, 
  • Dominique DUCASSOU, 
  • Nathalie VALLI
  •  • 5 878 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Applications thérapeutiques »  : […] Les applications thérapeutiques de la médecine nucléaire portent exclusivement sur l'utilisation des radioéléments en sources non scellées. Sont donc exclues de ce domaine thérapeutique la cobalthérapie et la curithérapie, dans lesquelles le radioélément est enfermé dans une enveloppe étanche. L'action thérapeutique est liée à l'effet destructeur du rayonnement émis par le radioélément sur les c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-nucleaire/#i_3140

NUTRITION

  • Écrit par 
  • René HELLER, 
  • Raymond JACQUOT, 
  • Alexis MOYSE, 
  • Marc PASCAUD
  •  • 13 665 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Carences minérales »  : […] Les carences minérales concernent essentiellement les nombreux métaux à fonction structurale (calcium) et à fonction métabolique comme le fer et les oligo-éléments, mais aussi l'iode et le fluor. Les plus à craindre sont les carences en fer (anémies), en zinc, et en magnésium. La carence en iode est révélée physiquement par le goitre, hypertrophie compensatrice de la glande thyroïde. Dans les cas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nutrition/#i_3140

OLIGOÉLÉMENTS

  • Écrit par 
  • Jean LAVOLLAY
  •  • 3 577 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Notion d'oligoélément »  : […] Les progrès de l'analyse chimique conduisirent à la mise en évidence de nombreux autres éléments et à leur détermination quantitative. La question s'est donc posée de savoir quels étaient ceux dont l'existence dans tous les organismes, végétaux et animaux, permettrait de les envisager comme des constituants normaux. Dès 1937, Gabriel Bertrand considérait comme démontré qu'en plus des onze élément […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oligoelements/#i_3140

PHÉBUS P.F.

  • Écrit par 
  • Michel SCHWARZ
  •  • 2 880 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les objectifs du programme Phébus P.F. »  : […] Le programme Phébus P.F. fut lancé à la fin des années 1980 par l'I.P.S.N. en partenariat avec la Commission européenne et Électricité de France (E.D.F.). Cette collaboration internationale s'est rapidement étendue aux États-Unis, au Canada, au Japon, à la Corée du Sud et à la Suisse. Le programme est doté d'un budget d'environ 1 milliard de francs, financé à hauteur de 30 p. 100 par l'I.P.S.N., […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phebus-p-f/#i_3140

POLLUTION

  • Écrit par 
  • François RAMADE
  •  • 20 844 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Conséquences radioécologiques »  : […] La pollution nucléaire se traduit par une augmentation de la quantité d'irradiation à laquelle l'homme est en moyenne soumis dans son environnement par exposition externe ou interne (respiration, alimentation). Cette pollution ajoute en effet son action à celle de l'irradiation naturelle (rayons cosmiques, « vents » solaires, radioactivité de l'air, des roches, etc.) à laquelle tous les êtres viv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pollution/#i_3140

TCHERNOBYL

  • Écrit par 
  • François-Xavier COGNÉ, 
  • Roland MASSE
  •  • 6 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Cancers de la thyroïde »  : […] Les conséquences les plus importantes relatives à la population générale sont dues l'irradiation de la thyroïde par l'iode 131 ( 131 I). Ce radioélément, à demi-vie beaucoup plus courte (8 jours) que le 137 Cs, a été rejeté en quantités considérables (1,8 × 10 18 Bq) et a aujourd'hui complètement disparu. L'iode, par inhalation (lors du passage du nuage radioactif) et surtout par ingestion (de pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tchernobyl/#i_3140

THYROÏDE

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT
  •  • 5 293 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Exploration fonctionnelle »  : […] L' exploration biologique de la fonction thyroïdienne dispose de nombreuses méthodes, couramment utilisées en clinique. Les mesures du métabolisme basal , de la cholestérolémie , du temps de décontraction musculaire après percussion du tendon d'Achille ( achilléogramme ) rendent possible l'appréciation de l'action périphérique des hormones thyroïdiennes. Les dosages concernant les hormones thyroïd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thyroide/#i_3140

THYROXINE ou TÉTRAIODOTHYRONINE (T4)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 555 mots
  •  • 1 média

La thyroxine est la principale hormone produite par la glande thyroïde. Son dosage permet la détection de l'hypothyroïdie et de l'hyperthyroïdie. C'est Edward C. Kendall , un biochimiste américain qui, de 1910 à 1914, a réussi à isoler chimiquement la thyroxine et à en décrire les signes cliniques, l'absence ou l'insuffisance quantitative de cette hormone étant à l'origine de pathologies telles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thyroxine-tetraiodothyronine-t4/#i_3140

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LASZLO, « IODE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/iode/