Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ALCÈNES ou OLÉFINES

Les alcènes, encore appelés carbures éthyléniques ou oléfines, sont des hydrocarbures de formule générale CnH2n. Ils appartiennent à la série aliphatique car ils ont un squelette carboné non cyclique. Ils comportent une insaturation, c'est-à-dire que deux atomes de carbone adjacents, dans l'hybridation sp2, échangent entre eux deux liaisons et, en outre, ne sont reliés chacun qu'à deux autres atomes (tri-coordination des atomes de carbone sp2). On ne les trouve pas dans la nature. Le plus anciennement connu est l' éthylène C2H4, obtenu par chauffage à 160 0C d'un mélange d'alcool éthylique et d'acide sulfurique concentré. L'éthylène a été caractérisé après qu'il eut été découvert dans le gaz des hauts fourneaux. Sa principale source est aujourd'hui le vapocraquage des pétroles où il est accompagné de ses premiers homologues : le propène ou propylène, les butènes -1 et -2 cis et trans, le méthyl-2 propène ou isobutène et le butadiène -1,3 dont il est séparé par distillation fractionnée.

L'éthylène, en Europe, remplace depuis trente-cinq ans l'acétylène comme matière première hydrocarbonée pour la chimie. Ses nombreuses réactions d'addition le placent au centre d'un ensemble de fabrications de gros tonnage d'intermédiaires fonctionnels : hydratation en éthanol, oxydation en époxyéthane (oxyde d'éthylène), source de glycol, d'éthanolamines, d'éthers et d'esters du glycol, oxydation en éthanal (acétaldéhyde), chloration et déshydrochloration en chlorure de vinyle, addition du benzène puis déshydrogénation en styrène, polymérisation en polyéthylènes. Le propylène et les butènes sont également transformés en produits intermédiaires fonctionnels. Leurs polymérisation et copolymérisation conduisent à des macromolécules douées de propriétés pratiques remarquables.

Formule générale, structure et isomérie

De formule générale CnH2n, l'alcène contient deux hydrogènes de moins que l'alcane de même chaîne. Cela résulte de la présence, dans son enchaînement carboné, de deux atomes de carbone adjacents, hybrides sp2, tricoordinés et qui échangent entre eux deux liaisons. Aux isoméries de structure qu'ils ont en commun avec les alcanes, les alcènes présentent deux autres modes d'isomérie : l'isomérie de position caractérisée par la place de la double liaison dans la chaîne et une stéréo-isomérie géométrique résultant de la rigidité du squelette au niveau de cette double liaison, qui entraîne la possibilité d'existence de deux enchaînements appelés cis et trans ou mieux Z pour zusammen et E pour entgegen lorsque les deux atomes de carbone doublement liés portent des substituants différents.

Éthylène - crédits : Encyclopædia Universalis France

Éthylène

La structure électronique de la double liaison de l'éthylène est décrite par deux orbitales moléculaires de symétries σ et π qui résultent du recouvrement longitudinal important des fonctions hybrides sp2 et de celui, latéral, des orbitales 2pz. Le plan nodal ou d'antisymétrie de la fonction contient les deux atomes de carbone et les quatre autres atomes auxquels ils sont liés.

Cette structure électronique impose la coplanéité des six noyaux atomiques et la rigidité du squelette des liaison σ qui les unissent car il y a parallélisme des axes de révolution des deux orbitales 2pz dont le recouvrement maximal assure le partage du doublet π. Cet aspect géométrique se retrouve pour toutes les doubles liaisons homo- et hétéronucléaires et justifie l'existence d'une isomérie géométrique. Elle implique également une fragilité (polarisabilité) relative de la liaison π qui expliquera la réactivité particulière des alcènes dans les réactions d'addition ioniques et radicalaires. Elle est enfin à l'origine de l'importante anisotropie magnétique observée notamment en résonance magnétique nucléaire (R.M.N.)[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de chimie organique à la faculté des sciences de Marseille

Classification

Pour citer cet article

Jacques METZGER. ALCÈNES ou OLÉFINES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Éthylène - crédits : Encyclopædia Universalis France

Éthylène

Réactions 1 à 3 - crédits : Encyclopædia Universalis France

Réactions 1 à 3

Réactions 4 à 9 - crédits : Encyclopædia Universalis France

Réactions 4 à 9

Autres références

  • ALCOOLS

    • Écrit par
    • 5 832 mots
    • 8 médias
    L'hydrolyse des esters sulfuriques d'alkyle, obtenus par addition de l'acide sur un alcène, est une réaction de ce type.
  • ALCYNES

    • Écrit par
    • 3 301 mots
    • 5 médias
    Ces dérivés sont facilement obtenus par addition d'un halogène Cl2 ou Br2 à un alcène. Sous l'action de la potasse alcoolique, à température modérée, une première déshydrohalogénation a lieu, conduisant à un halogénure vinylique. La seconde est beaucoup plus difficile et nécessite des conditions...
  • AMINES

    • Écrit par
    • 3 232 mots
    • 4 médias
    Addition sur les alcènes : l'aminomercuration de ces dérivés résulte de l'action d'une amine primaire ou secondaire et d'acétate mercurique. Le composé acétomercurique obtenu peut être réduit par NaBH4 et on obtient le produit d'addition de l'amine sur l'alcène (réaction).
  • CARBOXYLIQUES ACIDES

    • Écrit par
    • 5 503 mots
    • 6 médias
    Deux procédés industriels mettent en œuvre l'addition, sur des oléfines, de CO + H2O :
  • Afficher les 14 références