Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HALOGÈNES

Éléments chimiques constituant le sous-groupe VII b de la classification périodique, les halogènes sont au nombre de cinq : le fluor (F), le chlore (Cl), le brome (Br), l' iode (I) et l' astate (At) ; précédant immédiatement chacun des gaz inertes – sauf l'hélium –, ils possèdent 7 électrons de valence et présentent un caractère électronégatif et oxydant très accusé lié à leur tendance à capter un électron pour saturer leurs orbitales de valence à 8 électrons, soit en formant des ions halogénures comme Cl, soit en établissant des liens de covalence.

L'identité des structures électroniques (ns2, np5, avec n = 2, 3, 4, 5 et 6 respectivement pour F, Cl, Br, I et At) et la forte électronégativité confèrent à cette famille chimique une grande homogénéité qui ne peut être comparée qu'à celle des gaz inertes et des métaux alcalins. À l'état élémentaire, les atomes sont associés en molécules diatomiques, fait qui explique la grande volatilité des halogènes. Corps simples très réactifs, ils sont susceptibles de former des composés avec presque tous les autres éléments.

Si l'on excepte l'astate – dont les isotopes sont tous radioactifs, ceux de plus longues demi-vies étant artificiels (210At, 8,1 h ; 211At, 7,2 h ; 209At, 5,4 h) et les isotopes naturels descendant de 235U ou de 238U, mais très furtivement (219At, 56 s ; 218At, 1,5 s ; 215At, 0,10 ms) –, la multitude de composés organiques ou minéraux auxquels les halogènes prennent part, leur relative diffusion dans l'écorce terrestre, leurs nombreuses applications à l'état simple ou combiné en font des éléments très importants.

On désigne par « pseudohalogènes » des groupements d'atomes de non-métaux, comme le cyanogène (CN)2 et le thiocyanogène (SCN)2, qui ont en commun avec les halogènes un grand nombre de propriétés, en particulier l'aptitude à former des molécules dimères et le caractère oxydant. De plus, les espèces réduites (CN et SCN) sont chimiquement très proches des ions halogénures ; l'ion cyanure CN possède au plus haut degré la propriété de former des complexes très stables avec les ions d'éléments de transition.

État naturel et isolement

Abondances dans la nature - crédits : Encyclopædia Universalis France

Abondances dans la nature

Très réactifs, les halogènes ne sont rencontrés dans la nature qu'à l'état combiné sous forme d'halogénures ou de sels complexes cristallisés ou dissous ; fluor et chlore sont particulièrement abondants dans l'écorce terrestre ; brome et iode sont plus rares (tabl. 1). Chlore, brome et iode, qui forment avec les éléments métalliques abondants des halogénures solubles, se sont concentrés dans les mers actuelles ou fossiles où ils constituent des gisements importants, tels ceux d'Alsace et de Stassfurt (Allemagne). En revanche, le fluor forme avec le calcium des composés peu solubles, ce qui explique sa teneur relativement faible dans l'eau de mer ; ses principaux minerais sont la fluorite (ou fluorine) CaF2, la fluorapatite Ca5(PO4)3F et la cryolite Na3AlF6.

Les corps simples résultent de l'oxydation des ions halogénures suivant la réaction :

industriellement, cette réaction est réalisée par voie électrolytique, pour le chlore à partir du chlorure de sodium dissous dans l'eau ou fondu, et pour le fluor par oxydation anodique du fluorure d'hydrogène anhydre additionné de fluorure de potassium.

Dans le cas des ions bromure Br, on utilise une oxydation chimique par le dichlore gazeux :

on traite de cette manière les eaux mères des chlorures alcalins, résidus de l'extraction des sels abondants dans les marais salants et les gisements salins, ou directement l'eau de mer naturelle ; le dibrome formé est entraîné sous forme de vapeur par un courant d'air ou de vapeur d'eau.

Les besoins mondiaux en iode – plusieurs milliers de tonnes par an – sont[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de chimie organique à la faculté des sciences de Marseille
  • : maître de conférences à la faculté des sciences du Mans

Classification

Pour citer cet article

Jacques METZGER et Robert de PAPE. HALOGÈNES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Médias

Abondances dans la nature - crédits : Encyclopædia Universalis France

Abondances dans la nature

Halogènes : propriétés physiques - crédits : Encyclopædia Universalis France

Halogènes : propriétés physiques

Clusters - crédits : Encyclopædia Universalis France

Clusters

Autres références

  • ALCÈNES ou OLÉFINES

    • Écrit par
    • 3 640 mots
    • 4 médias
    En solvant polaire et en l'absence d'initiateur de réactions radicalaires, le chlore, le brome et l'iode s'additionnent sur les alcènes. La molécule électrophile d'halogène forme avec l'alcène un complexe halogénonium que l'ion halogénure nucléophile attaque dans une stéréochimie ...
  • ALCYNES

    • Écrit par
    • 3 301 mots
    • 5 médias
    Le chlore, le brome et l'iode se fixent sur les alcynes en donnant le dihalogénoéthylénique trans. La réaction est toutefois plus lente qu'avec les alcènes, comme le montre l'addition du brome sur le penten-4 yne-1 :
    L'ajout d'une seconde molécule d'halogène peut se poursuivre dans...
  • ASTATE

    • Écrit par et
    • 564 mots

    Élément chimique de symbole At et de numéro atomique 85, l'astate (du grec astatos, instable) a autrefois été appelé ékaiode (car ses propriétés chimiques se rapprochent de celles de l'iode, l'halogène qui le précède dans le tableau périodique) et alabame. Les Anglo-Saxons le nomment...

  • ATMOSPHÈRE - Chimie

    • Écrit par
    • 3 553 mots
    • 5 médias
    La famille des halogènes n'a été introduite que tout récemment en chimie atmosphérique. Il s'agit du fluor, du chlore, du brome et de l'iode. On peut appliquer le cycle catalytique (6) avec un atome tel que le chlore, Cl, en présence de son monoxyde, ClO. On a, en effet :
  • Afficher les 14 références