INTÉRÊT, sciences humaines et sociales

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Psychanalyse et philosophie

Une chose, remarquons-le, est la genèse d'une philosophie de l'intérêt, à laquelle il appartiendra de décider par elle-même si elle est d'ordre structural ou transcendantal, autre chose la restitution historique de son avènement. De ce dernier point de vue, la philosophie de l'intérêt prend origine de la révision critique à laquelle Kant a soumis le courant utilitaire développé au cours du xviiie siècle en vue de la réconciliation entre l'intérêt « égoïste » et l'intérêt « désintéressé ». Les termes du problème sont maintenus. Mais l'élaboration kantienne a pour originalité d'en inverser la relation, sur le fondement d'une universalité au sujet de laquelle il s'agit de savoir comment et à quel titre l'intérêt du moi s'y ordonne. Le problème est ouvert par la Critique de la raison pure, dans la troisième section de l'« Antinomie de la raison pure » – « De l'intérêt de la raison dans ce conflit avec elle-même » ; et l'on sait que Kant y envisage, du côté du dogmatisme : un certain « intérêt pratique » auquel « prend part de bon cœur tout homme sensé qui comprend son véritable avantage » ; un « intérêt spéculatif », pour autant que la thèse a l'avantage de nous permettre « d'embrasser a priori la chaîne entière des conditions » ; en troisième lieu, « l'avantage de la popularité ». Les mêmes critères se trouvent appliqués du point de vue de l'empirisme. Aucune de ces indications, cependant, ne permet d'anticiper sur la portée des commentaires que consacrent à l'intérêt les Fondements de la métaphysique des mœurs ou la Critique de la raison pratique, sur le versant éthique, et la Critique du jugement, sur le versant esthétique.

Dans le premier de ces registres, est posé d'abord un concept général de l'intérêt. Par distinction de l'inclination (Neigung), l'intérêt traduit la dépendance d'une volonté « qui peut être anticipée par rapport aux principes de la raison ». Ensuite intervient une dichotomie, l'intérêt « pratiqu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  INTÉRÊT, sciences humaines et sociales  » est également traité dans :

INTÉRÊT (sociologie)

  • Écrit par 
  • François VATIN
  •  • 1 333 mots

Les usages les plus anciens du mot « intérêt » en français, attestés dès le xiiie siècle, sont d’ordre financier (profit du prêt d'argent) ou juridico-économique (dommages et intérêts). Ce n’est qu’au xvie siècle, que réapparaît le sens large issu du latin : « Ce qui importe, ce qui convient en quelque ma […] Lire la suite

ABSTENTIONNISME

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 6 285 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les explications sociologiques »  : […] C'est en privilégiant ce type de variation que certains auteurs ont mis l'accent sur des explications plus sociologiques. Le constat de corrélations entre les probabilités de voter et l'âge, la situation familiale et le statut professionnel a conduit Alain Lancelot à soutenir que la participation électorale dépend de « l'intégration sociale » et l'abstention d'une « faiblesse » de cette intégrati […] Lire la suite

ACTION COLLECTIVE

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 471 mots

Dans le chapitre « Penser les conditions de l'action collective »  : […] L'inspiration psychosociologique qui souffle sur l'ensemble de ces développements théoriques a également animé les recherches sur les conditions structurelles préalables à la formation de l'action collective. En rupture avec les schémas évolutionnistes opposant communauté et société, et avec la thèse de l'avènement d'une société de masse selon laquelle la mobilisation se réduirait à la propagande […] Lire la suite

ACTION RATIONNELLE

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 2 633 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Chicago, foyer intellectuel de la théorie du choix rationnel »  : […] Pendant de longues décennies, les économistes ont gardé le monopole de l'explication des actions à l'aide d'une telle théorie. Le cas paradigmatique est l'analyse du consommateur, que les économistes appréhendent comme un être capable d'ajuster de façon optimale ses préférences aux contraintes (le budget dont il dispose) qui sont les siennes. Sous l'impulsion de Gary Becker, professeur à l'univer […] Lire la suite

FAMILLE - Sociologie

  • Écrit par 
  • Rémi LENOIR
  •  • 5 316 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La famille et la naissance de la sociologie »  : […] Les discours sur la famille se multiplient dans la seconde moitié du xix e  siècle, aussi bien dans les domaines scientifiques, religieux, philosophiques, politiques que médicaux. À cet égard, les écrits de Durkheim sont exemplaires. Ils constituent inséparablement des éléments de connaissance de la famille de son temps et une représentation normative de ce qu'elle doit être : apport scientifiqu […] Lire la suite

GROUPE DE PRESSION

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 6 973 mots

Dans le chapitre « Les groupes et l'intérêt général »  : […] En dernière analyse on est amené à s'interroger sur l'action des groupes de pression en fonction de l'intérêt général. À première vue, elle apparaît comme néfaste, puisqu'elle fait peser sur l'État, gardien, en principe, de l'intérêt général, le poids d'intérêts particuliers. Mais il faut examiner de plus près ce que signifie l'intérêt général. On peut l'envisager d'un point de vue formel ou du p […] Lire la suite

HIRSCHMAN ALBERT OTTO (1915-2012)

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 1 444 mots

Albert Otto Hirschman naît le 7 avril 1915 dans une famille juive non pratiquante de la moyenne bourgeoisie berlinoise. Le jeune homme est élève au lycée français et adhère à l'âge de seize ans aux jeunesses sociales-démocrates. Étudiant à Berlin durant l'année 1932-1933, la mort de son père et l'arrivée d'Hitler au pouvoir l'incitent au départ. Il poursuit alors ses études en France (École des […] Lire la suite

INSTITUTION

  • Écrit par 
  • Delphine DULONG
  •  • 1 610 mots

Dans le chapitre « Les ressorts de l'obéissance aux règles institutionnelles »  : […] Comment expliquer que les acteurs obéissent à l'ordre institutionnel ? Là encore, trois sortes de réponses sont apportées. Pour les premiers sociologues à s'être posé cette question, les ressorts de l'obéissance sont de nature normative. Talcott Parsons mettait ainsi l'accent sur l'intériorisation, l'engagement et la diffusion des valeurs dans les institutions de sorte que, pour lui, ce serait l […] Lire la suite

LANCEUR D'ALERTE

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe FOEGLE
  •  • 3 319 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Lanceurs d'alerte et conflit de loyautés »  : […] À l’origine du lancement d'alerte, il y a toujours un dilemme professionnel, un conflit entre la loyauté à l'employeur, privé ou public, aux valeurs défendues par ce dernier, et la fidélité à des valeurs considérées comme plus élevées, celles de la société tout entière. Cette tension est doublement constitutive de la notion légale de lanceur d'alerte. Elle justifie la mise en place d'une protectio […] Lire la suite

LIBIDO

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 11 318 mots

Dans le chapitre « Vers une typologie des variations individuelles »  : […] À mesure que s'étend le domaine de la libido paraît cependant se restreindre son contenu. Prenant pour thème initial l'expérience commune de l'appétit sexuel, nous avons en effet assisté à la construction de ce concept par vagues successives, chacun des temps de son élaboration traduisant un renforcement de la dépendance de la libido vis-à-vis de la pulsion. En un premier temps, sous la perspectiv […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre KAUFMANN, « INTÉRÊT, sciences humaines et sociales », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/interet-sciences-humaines/