FAMILLESociologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La famille est devenue en France une catégorie de l'action politique parce que se sont constitués un discours sur la famille et une théorie des structures familiales largement partagés dès la première moitié du xixe siècle aussi bien par Louis de Bonald et Joseph de Maistre d'un côté que par Charles Fourier et Pierre Joseph Proudhon de l'autre, et, dans la seconde moitié, par Frédéric Le Play et ses disciples comme par Émile Durkheim et les penseurs républicains. En ce siècle de tous les désordres économiques, politiques et sociaux, la problématique familiale est devenue celle de l'intégration sociale qui trouve chez Durkheim son expression la plus achevée. La théorie de l'intégration de la famille et par la famille est ainsi devenue politiquement crédible, comme l'attestent la place que la famille occupe à la fin du xixe siècle dans les sciences sociales naissantes (démographie, anthropologie, psychologie, psychanalyse, sociologie), le mouvement politique qui fera de la morale familiale son emblème et son fondement, le familialisme, ou encore l'invention du travail social dont le point d'application est la famille.

En effet, un des premiers objets étudiés par les sociologues fut la famille. Le Play et son école ont fait d'elle l'objet même de leur sociologie. Le premier cours que Durkheim donne à l'Université, en 1888, lui est consacré. Il n'est pas un auteur d'importance dans cette discipline, français ou étranger, qui, à cette époque, ne s'y soit intéressé. Les raisons en sont multiples mais l'une est majeure : l'enjeu à la fois politique et social que représentait la famille, sa définition et sa fonction, à un moment où, avec le développement de l'urbanisation et de l'industrialisation, les structures communautaires traditionnelles tendaient à se fragiliser et à se défaire.

Ainsi peut-on rappeler qu'Alexis de Tocqueville démontre à plusieurs reprises que les changements qu'il observe dans la famille aux États-Unis mais aussi en France sont liés à la « révolution sociale et politique » qui a lieu dans ces deux pays : un État démocratique fondé sur l'égalisation croissante des conditions de vie et l'essor d'une économie de marché ne sont pas, selon lui, sans effets sur la structure et la vie familiales. Pour Auguste Comte, la famille constitue « le véritable élément sociologique », la cellule élémentaire qui permet d'étudier la manière dont les hommes sont liés les uns aux autres, ainsi que la « base évidente de la société » sans laquelle il n'y a pas d'ordre social possible. Comme en témoignent les œuvres de ces précurseurs de la sociologie, ce dont il est question à propos de la famille, c'est de l'ordre social.

Alexis de Tocqueville (1805-1859)

Photographie : Alexis de Tocqueville (1805-1859)

Théodore Chassériau, Alexis Charles Henri Clérel de Tocqueville. 1850. Huile sur toile. 163 cm X 130 cm. Musée national du Château et des Trianons, Versailles. 

Crédits : A. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

Auguste Comte

Photographie : Auguste Comte

Le philosophe français Auguste Comte (1798-1857) est le fondateur du positivisme, ou philosophie positive, expression qu'il emploie, selon Littré, par opposition à philosophie théologique et à philosophie métaphysique. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

La famille et la naissance de la sociologie

Les discours sur la famille se multiplient dans la seconde moitié du xixe siècle, aussi bien dans les domaines scientifiques, religieux, philosophiques, politiques que médicaux. À cet égard, les écrits de Durkheim sont exemplaires. Ils constituent inséparablement des éléments de connaissance de la famille de son temps et une représentation normative de ce qu'elle doit être : apport scientifique concernant l'évolution des fonctions de la famille en relation avec l'autonomisation et la croissance corrélative du rôle de l'État ; représentation de la famille dans la fraction des classes sociales les plus proches du pôle intellectuel, celles qui devaient leur ascension au développement de l'État républicain.

La famille « conjugale », celle de son temps, réduite aux parents et aux enfants à élever, et l'État moderne résultent, selon Durkheim, d'un même degré de « la division du travail social », travail de division et de segmentation que la société effectue sur elle-même. À la différence des sociétés « politico-domestiques » antérieures, la coexistence d'univers sociaux qui s'autonomisent les uns par rapport aux autres est dorénavant assurée par l'État. Cette prééminence de l'État n'émane pas d'une volonté politique mais de la nouvelle forme de « solidarité », qui lie les individus les uns aux autres, solidarité dont l'État procède et qu'il a pour fonction d'organiser.

Aussi, selon Durkheim, la « morale domestique » est devenue peu à peu une dimension de la morale d'État. La famille ne peut plus être le foyer de la vie morale, la morale, qui correspond à l'essor de la différenciation sociale, devenant une réglementation générale, impersonnelle et stable. La famille qu'il incombe à l'État de reconnaître est une institution nécessaire au maintien du bonheur individuel et social, les deux étant indissociables : l'État doit donc protéger le mariage et la famille dans la mesure où les « intérêts sociaux » y sont directement engagés. Pour Durkheim, la conduite des conjoints est, en effet, subordonnée à l'intérêt de la société que garantit l'État. Ainsi, la famille n'est pas une forme universelle qui serait au fondement de l'ordre social. C'est au contraire l'ordre social qui est à son principe. Et seul l'État peut opposer au particularisme de chaque famille le sens de l'intérêt général et les nécessités de l'équilibre social. À la différence de la vision familialiste de son temps, que celle-ci s'appuie sur les travaux politico-démographiques ou sur des considérations politico-religieuses, la famille participe, selon Durkheim, d'un ordre social transcendant que l'État symbolise et organise.

Comme la plupart des fondateurs de la sociologie, Durkheim ne sépare pas l'étude de la famille de l'histoire des structures socio-politiques dans lesquelles les fonctions de la famille varient très fortement. Cette histoire sociale des structures familiales lui permet de rompre à la fois avec les conceptions naturalistes ou spiritualistes de la famille (la « famille biologique », la « famille éternelle »), largement dominantes de son temps, et de poser les bases de l'analyse sociologique de la famille : « la famille ne doit pas ses vertus à l'unité de descendance, écrit-il, c'est tout simplement un groupe d'individus qui se trouvent avoir été rapprochés les uns des autres, au sein de la société politique, par une communauté plus particulièrement étroite d'idées, de sentiments et d'intérêts ». Et de préciser : « en voyant dans l'organisation de la famille l'expression logiquement nécessaire de sentiments humains inhérents à toute conscience, on renverse l'ordre réel des faits ; tout au contraire, c'est l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Alexis de Tocqueville (1805-1859)

Alexis de Tocqueville (1805-1859)
Crédits : A. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Auguste Comte

Auguste Comte
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I, directeur du Centre de sociologie européenne

Classification

Autres références

«  FAMILLE  » est également traité dans :

FAMILLE - Les sociétés humaines et la famille

  • Écrit par 
  • Françoise HÉRITIER
  •  • 7 468 mots

Tout le monde sait ou croit savoir ce qu'est la famille. Elle est inscrite si fortement dans la pratique quotidienne, elle est d'une expérience si intime et si « familière » qu'elle apparaît de façon implicite comme une institution allant de soi, un « donné » naturel et, par une forme d'extension somme toute logique, comme un fait social universel. La catégorie de donné naturel et celle de fait un […] Lire la suite

FAMILLE - Le droit de la famille

  • Écrit par 
  • Catherine LABRUSSE-RIOU
  • , Universalis
  •  • 6 941 mots

Résultant de l'union des sexes et de la procréation, la famille est un ensemble organisé d'individus reliés entre eux par l'alliance et/ou la parenté. Cet enracinement biologique et temporel de la sexualité et de la génération d'où naît la famille concerne cependant des personnes humaines qui, à la différence des autres espèces vivantes, cherchent à donne […] Lire la suite

FAMILLE - Économie de la famille

  • Écrit par 
  • Catherine SOFER
  •  • 5 322 mots
  •  • 2 médias

Le concept de famille désigne des groupes d'individus différents selon les lieux et les époques. Les économistes, traditionnellement, s'intéressaient plutôt au « ménage », qui est défini, au sens statistique, comme l'ensemble des occupants d'une résidence principale, qu'ils aient ou non des liens de parenté. Même si, le plus souvent, ménage et famille co […] Lire la suite

FAMILLE - Évolution contemporaine

  • Écrit par 
  • Abel JEANNIÈRE, 
  • François de SINGLY
  •  • 9 788 mots

La mise en question, par l'ethnologie, de l'universalité de nos structures de parenté traditionnelles, ainsi que la révolution introduite par la psychanalyse dans la compréhension de la sexualité sont deux facteurs qui influent largement sur la transformation des relations familiales. On se bornera ici à analyser l'impact de l'histoire immédiate et la radicalité du changement de perspective qu'ent […] Lire la suite

FAMILLE - Le statut de l'enfant dans la famille contemporaine

  • Écrit par 
  • François de SINGLY
  •  • 4 281 mots
  •  • 1 média

L'enfant a-t-il pris dans la famille, comme dans le reste de la société, une place qui ne serait pas la sienne ? À en croire le titre d'un ouvrage récent – L'Enfant chef de famille (2003) – de Daniel Marcelli, pédopsychiatre reconnu, on pourrait le craindre puisqu'il serait devenu « roi ». Il est vrai que le père, en France, a perdu une p […] Lire la suite

FAMILLE - Les enjeux de la parentalité

  • Écrit par 
  • Daniel BORRILLO
  •  • 6 680 mots
  •  • 1 média

La famille est une construction sociale. Les diverses formes qu'elle a adoptées tout au long de l'histoire nous obligeraient, par souci de précision, à utiliser le terme au pluriel – familles plutôt que famille – ou même à parler d'« agencement familial », pour nous référer aussi, avec plus de justesse, aux nouvelles formes de cohabitation contemporaines. La famille, au singulier, en tant que modè […] Lire la suite

ADOLESCENCE

  • Écrit par 
  • Mihalyi CSIKSZENTMIHALYI, 
  • Universalis
  •  • 2 658 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Éloignement des adultes »  : […] En dehors du temps strictement scolaire, certaines études ont montré que les adolescents passent en moyenne trois heures et demie par jour sans leurs parents ou sans la présence d'autres adultes. En outre, pendant les rares heures où leurs parents sont présents, pour peu que ces derniers restent rivés devant le poste de télévision, les adolescents s'éclipseront pour étudier, jouer, écouter de la […] Lire la suite

ADOPTION

  • Écrit par 
  • Pierre MURAT
  •  • 8 874 mots

Dans le chapitre « L'adoptabilité »  : […] L'adoption est aujourd'hui essentiellement conçue comme une institution de remplacement de la famille par le sang : les législations partent du postulat que la famille d'origine est le lieu normal – et normalement le meilleur – du développement de l'enfant, en conséquence de quoi la priorité dans le rattachement de l'enfant est donnée à la famille d'origine. En posant que l'enfant a « dans la mes […] Lire la suite

ASSYRIE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 9 704 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La famille »  : […] La famille est de type patriarcal. Son chef possède sur la femme et les enfants une forte autorité ; il exerce même sur eux une véritable juridiction domestique pour les méfaits qui le lèsent dans son honneur ou ses biens (adultère de la femme, inconduite de la fille, vol commis par l'épouse). On ignore si les fils sont soumis à la puissance paternelle durant toute la vie du père ; il semble qu'i […] Lire la suite

BABYLONE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 7 320 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La famille et le droit privé »  : […] La famille babylonienne est fondée sur un mariage qui n'est pas rigoureusement monogamique. En principe, l'homme n'a qu'une épouse en titre, procréatrice de fils qui assureront le culte des ancêtres et continueront l'exploitation du domaine familial. Néanmoins, non seulement les rapports sexuels du maître avec les concubines esclaves sont licites, mais encore les enfants issus de ces relations so […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6-14 janvier 1983 France. Polémiques autour des projets de réforme de l'enseignement

famille de disciplines » ainsi qu'à la psychologie, à la sociologie et à la communication. Les syndicats enseignants expriment une satisfaction quasi générale mais l'opposition dénonce violemment ce projet dont Alain Savary annoncera, le 1er février, qu'il a décidé de retenir plusieurs propositions. Le 6 également, le ministre présente un avant-projet […] Lire la suite

Pour citer l’article

Rémi LENOIR, « FAMILLE - Sociologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/famille-sociologie/