INFINI, mathématiques

Le mot « infini » désigne un concept à entrées multiples. Il s'ouvre d'abord sur l'ontologie et signifie alors, selon la tradition, « l'être tel qu'on n'en saurait concevoir de plus grand » (« ens quo majus concipi non potest »). Ce fut pour une grande part l'effort de la théologie chrétienne de tenter de montrer, à partir d'un certain moment (saint Anselme), que cet attribut convenait d'une manière adéquate et exclusive au Dieu, objet de la foi, révélé dans l'Écriture. Envisagé de l'autre bord de son champ sémantique, le même mot signifie cependant tout autre chose. On a reconnu très tôt, ainsi qu'en témoignent les fameux arguments de Zénon d'Élée, qu'un segment de droite est divisible « à l'infini ». Ici, l'expression « infini » ne désigne nullement un être, mais la simple possibilité de poursuivre un processus opératoire qui, en raison du domaine où il s'effectue et des lois qui le règlent, ne contient en lui-même aucun principe de limitation.

Le concept d'infini mathématique (dont on ne peut pas dire qu'il soit pleinement constitué avant G. Cantor) a été historiquement, et avec des fortunes diverses, élaboré entre ces deux bornes : la borne métaphysique d'une part, qui indiquait la portée maximale du concept ; la borne opératoire de l'autre, qui manifestait les contraintes auxquelles se heurtait sa constitution. On pourrait dire que la formation du concept d'infini mathématique a consisté à dégager ces contraintes, à les distinguer, à les classer, et à produire les moyens mathématiquement bien définis de nature à les dominer.

Au cours de ce mouvement, le concept d'infini mathématique a conquis son autonomie : il s'est séparé du concept ontologique, qui s'est alors trouvé renvoyé à un autre champ que celui des mathématiques, bien que sur certains points l'homogénéité du vocabulaire puisse encore prêter à confusion.

À prendre les choses en bloc, on pourra dans cette histoire marquer trois moments. La première phase, purement opératoire, se distingue par trois cara [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  INFINI, mathématiques  » est également traité dans :

ANALYSE NON STANDARD

  • Écrit par 
  • Jean-Michel SALANSKIS
  •  • 1 410 mots

Dans un premier temps, le sentiment qui prévalut fut que les méthodes de Robinson étaient « encore plus » infinitistes que celles habituellement utilisées à la suite de Georg Cantor, Ernst Zermelo (1871-1953), et Adolf Fraenkel (1891-1965) : que, pour obtenir les infinitésimaux, il fallait en substance faire tourner la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analyse-non-standard/#i_32901

ASYMPTOTIQUES CALCULS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT, 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 6 511 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Comparaison de la croissance des fonctions »  : […] L'étude de la manière dont des quantités tendent vers l'infini ou tendent vers zéro a constitué, à la naissance du calcul infinitésimal, au xviie siècle, la théorie des « infiniment grands » et de leurs inverses, les « infiniment petits », et a fait l'objet de polémiques passionnées, souvent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calculs-asymptotiques/#i_32901

BOLZANO BERNARD (1781-1848)

  • Écrit par 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 3 612 mots

Dans le chapitre « Le système de la « Grössenlehre » et les « Paradoxes de l'infini » »  : […] Les Paradoxes de l'infini (1851) se proposent d'établir une doctrine de l'infini à partir de concepts ensemblistes. Ils contiennent une pseudo-démonstration de l'existence des ensembles infinis dont s'inspirera Dedekind et le célèbre théorème selon lequel tout ensemble infini peut être appliqué bijectivement sur une de ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-bolzano/#i_32901

CALCUL INFINITÉSIMAL - Histoire

  • Écrit par 
  • René TATON
  •  • 11 509 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'influence de la scolastique »  : […] inspirées de Zénon et d'Aristote conduira à un approfondissement des conceptions d'infini, d'infiniment petit et de grandeur continue et à un pressentiment des notions de fonction, de représentation graphique, de vitesse, voire de série infinie. Ainsi, réapparaissent, en vue d'être appliquées à la mécanique et à une sorte de physique mathématique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-infinitesimal-histoire/#i_32901

CANTOR GEORG (1845-1918)

  • Écrit par 
  • Hourya BENIS-SINACEUR
  •  • 2 887 mots
  •  • 1 média

de l’homme ». D’Aristote à Descartes, en effet, on considère que l’infini ne peut être déterminé, c’est-à-dire qu’on ne peut lui assigner aucune quantité fixe. Bien plus, l’infini est inatteignable, car illimité. Pour Aristote, le mathématicien n’a d’ailleurs pas besoin de considérer des totalités infinies en acte, il lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cantor-georg-1845-1918/#i_32901

CONTINU & DISCRET

  • Écrit par 
  • Jean-Michel SALANSKIS
  •  • 7 679 mots

Dans le chapitre « Investissement philosophique de l'opposition »  : […] » d'un infini qualifié par les logiciens d'« intuitif », cependant que le concept d'infini (et ses sous-variétés du genre dénombrable, continu, etc.) reçoit du côté du langage formel une signification purement fonctionnelle ou syntaxique (un ensemble infini est un ensemble rendant valide une certaine formule lorsqu'on insère sa lettre à une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/continu-et-discret/#i_32901

DÉNOMBREMENT IDÉE DE

  • Écrit par 
  • Roger DAVAL
  •  • 2 392 mots

Dans le chapitre « Le dénombrable »  : […] Cela dit, comment caractériser les ensembles dénombrables ? Pour y parvenir, il nous faut passer par les notions d'égalité et d'équivalence, d'une part, par la distinction entre ensemble fini et ensemble infini, d'autre part, et mobiliser les opérations élémentaires sur les ensembles (l'inclusion essentiellement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/idee-de-denombrement/#i_32901

LIMITE NOTION DE

  • Écrit par 
  • Christian HOUZEL
  •  • 1 194 mots

La notion de limite fait son apparition dans un ouvrage du mathématicien anglais B. Robins intitulé A Discourse Concerning the Nature and Certainty of Sir Isaac Newton's Method of Fluxions and Prime and Ultimate Ratios (1735) ; c'est une réponse aux critiques formulées par le philosophe G. Berkeley à l'encontre du calcul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notion-de-limite/#i_32901

RÉALISME, mathématique

  • Écrit par 
  • Hourya BENIS-SINACEUR
  •  • 2 164 mots

Dans le chapitre « Le réalisme et l'infini »  : […] Historiquement, les interrogations sur la réalité des entités mathématiques sont principalement liées à la mathématisation de l'infini […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realisme-mathematique/#i_32901

VÉRITÉ, mathématique

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELAHAYE
  •  • 1 301 mots

Dans le chapitre « Intuitionnisme »  : […] sur le fini des entiers dont l'énumération, en devenir, n'est jamais opérée totalement. Il n'y a pas d'infini actuel pour un intuitionniste, et la suite des décimales du nombre π, par exemple, ne doit pas être considérée comme présente : c'est une potentialité. De cette posture méfiante vis-à-vis de l'infini, l'intuitionnisme déduit que les modes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verite-mathematique/#i_32901

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean Toussaint DESANTI, « INFINI, mathématiques », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/infini-mathematiques/