INFINI, mathématiques

Cantor et le « transfini »

Les ensembles infinis de Dedekind

En 1870, Georg Cantor commence sa carrière mathématique en s'attaquant, après B. Riemann et H. Hankel, à l'étude des critères de convergence des séries de Fourier. Depuis longtemps déjà, l'infini mathématique avait cessé d'être une source d'inquiétudes métaphysiques : A. Cauchy, B. Bolzano et K. Weierstrass l'avaient pour ainsi dire réduit à l'état domestique. Le pas décisif avait été accompli ici par Weierstrass. En arithmétisant (pour les besoins de la théorie des fonctions analytiques) le champ de l'analyse, ce dernier avait produit, en dehors de tout appel à l'intuition géométrique, le système d'objets sur lequel pouvaient être définis rigoureusement les concepts de suite infinie, de limite et de convergence : le système des nombres réels. Dans ce système, archimédien, le concept inquiétant de « grandeur infinitésimale » était éliminé. Par là se trouvaient justifiées les précautions formulées jadis par d'Alembert et Lagrange, mais aussi les méthodes pratiquées par Cauchy dans sa recherche de stricts critères de convergence. L'essentiel tenait ici au sens qu'avait pris, dans la pratique mathématique de Weierstrass, l'expression « rigoureusement ». Le système avait été produit en une suite d'enchaînements démonstratifs, obtenus par extension et complétion à partir du seul concept de nombre entier et organisés en un système déductif cohérent. Ainsi le prédicat « infini » subissait un nouveau déplacement. Il n'était plus importé dans les mathématiques. Il exigeait au contraire d'être défini dans les formes requises par l'appareil logique mis en œuvre et d'être saisi lui-même comme prédicat spécifique du champ d'objets que l'extension produisait. Sur ce point, un éclaircissement capital devait être apporté par R. Dedekind, lorsque, au début de la décennie 1870, il avait proposé, comme définition des ensembles infinis, la propriété qui, d'après Bolzano, constituait un des paradoxes de l'infini : la possibilité d'établir une correspondance biunivoque entre les éléments d'un ensemble et ceux de l'un de ses vrais sous-ensembles (cf. Richard Dedekind). Défin[...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  INFINI, mathématiques  » est également traité dans :

ANALYSE NON STANDARD

  • Écrit par 
  • Jean-Michel SALANSKIS
  •  • 1 410 mots

Dans un premier temps, le sentiment qui prévalut fut que les méthodes de Robinson étaient « encore plus » infinitistes que celles habituellement utilisées à la suite de Georg Cantor, Ernst Zermelo (1871-1953), et Adolf Fraenkel (1891-1965) : que, pour obtenir les infinitésimaux, il fallait en substance faire tourner la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analyse-non-standard/#i_32901

ASYMPTOTIQUES CALCULS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT, 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 6 511 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Comparaison de la croissance des fonctions »  : […] L'étude de la manière dont des quantités tendent vers l'infini ou tendent vers zéro a constitué, à la naissance du calcul infinitésimal, au xviie siècle, la théorie des « infiniment grands » et de leurs inverses, les « infiniment petits », et a fait l'objet de polémiques passionnées, souvent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calculs-asymptotiques/#i_32901

BOLZANO BERNARD (1781-1848)

  • Écrit par 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 3 612 mots

Dans le chapitre « Le système de la « Grössenlehre » et les « Paradoxes de l'infini » »  : […] Les Paradoxes de l'infini (1851) se proposent d'établir une doctrine de l'infini à partir de concepts ensemblistes. Ils contiennent une pseudo-démonstration de l'existence des ensembles infinis dont s'inspirera Dedekind et le célèbre théorème selon lequel tout ensemble infini peut être appliqué bijectivement sur une de ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-bolzano/#i_32901

CALCUL INFINITÉSIMAL - Histoire

  • Écrit par 
  • René TATON
  •  • 11 509 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'influence de la scolastique »  : […] inspirées de Zénon et d'Aristote conduira à un approfondissement des conceptions d'infini, d'infiniment petit et de grandeur continue et à un pressentiment des notions de fonction, de représentation graphique, de vitesse, voire de série infinie. Ainsi, réapparaissent, en vue d'être appliquées à la mécanique et à une sorte de physique mathématique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-infinitesimal-histoire/#i_32901

CANTOR GEORG (1845-1918)

  • Écrit par 
  • Hourya BENIS-SINACEUR
  •  • 2 887 mots
  •  • 1 média

de l’homme ». D’Aristote à Descartes, en effet, on considère que l’infini ne peut être déterminé, c’est-à-dire qu’on ne peut lui assigner aucune quantité fixe. Bien plus, l’infini est inatteignable, car illimité. Pour Aristote, le mathématicien n’a d’ailleurs pas besoin de considérer des totalités infinies en acte, il lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cantor-georg-1845-1918/#i_32901

CONTINU & DISCRET

  • Écrit par 
  • Jean-Michel SALANSKIS
  •  • 7 679 mots

Dans le chapitre « Investissement philosophique de l'opposition »  : […] » d'un infini qualifié par les logiciens d'« intuitif », cependant que le concept d'infini (et ses sous-variétés du genre dénombrable, continu, etc.) reçoit du côté du langage formel une signification purement fonctionnelle ou syntaxique (un ensemble infini est un ensemble rendant valide une certaine formule lorsqu'on insère sa lettre à une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/continu-et-discret/#i_32901

DÉNOMBREMENT IDÉE DE

  • Écrit par 
  • Roger DAVAL
  •  • 2 392 mots

Dans le chapitre « Le dénombrable »  : […] Cela dit, comment caractériser les ensembles dénombrables ? Pour y parvenir, il nous faut passer par les notions d'égalité et d'équivalence, d'une part, par la distinction entre ensemble fini et ensemble infini, d'autre part, et mobiliser les opérations élémentaires sur les ensembles (l'inclusion essentiellement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/idee-de-denombrement/#i_32901

LIMITE NOTION DE

  • Écrit par 
  • Christian HOUZEL
  •  • 1 194 mots

La notion de limite fait son apparition dans un ouvrage du mathématicien anglais B. Robins intitulé A Discourse Concerning the Nature and Certainty of Sir Isaac Newton's Method of Fluxions and Prime and Ultimate Ratios (1735) ; c'est une réponse aux critiques formulées par le philosophe G. Berkeley à l'encontre du calcul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notion-de-limite/#i_32901

RÉALISME, mathématique

  • Écrit par 
  • Hourya BENIS-SINACEUR
  •  • 2 164 mots

Dans le chapitre « Le réalisme et l'infini »  : […] Historiquement, les interrogations sur la réalité des entités mathématiques sont principalement liées à la mathématisation de l'infini […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realisme-mathematique/#i_32901

VÉRITÉ, mathématique

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELAHAYE
  •  • 1 301 mots

Dans le chapitre « Intuitionnisme »  : […] sur le fini des entiers dont l'énumération, en devenir, n'est jamais opérée totalement. Il n'y a pas d'infini actuel pour un intuitionniste, et la suite des décimales du nombre π, par exemple, ne doit pas être considérée comme présente : c'est une potentialité. De cette posture méfiante vis-à-vis de l'infini, l'intuitionnisme déduit que les modes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verite-mathematique/#i_32901

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean Toussaint DESANTI, « INFINI, mathématiques », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/infini-mathematiques/