IMMUNOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La réactivité nocive

Jusqu'en 1902, tous les phénomènes immunologiques observés étaient considérés comme faisant partie d'un mécanisme général de défense de l'organisme. Mais, cette année-là, Richet et Portier ont observé un fait inattendu en étudiant l'action toxique d'extraits des tentacules de Actinaria. Une seconde injection de ces extraits n'induisait pas une augmentation de la protection d'un animal, mais au contraire provoquait un choc violent, parfois mortel. Ils ont désigné ce phénomène par anaphylaxie. L'apparition d'une nécrose locale chez un animal déjà immunisé par une injection antérieure du même antigène a été décrite en 1903 par Arthus (phénomène d'Arthus). En 1905, von Pirquet et Schick ont observé une réaction immédiate provoquée par une réinjection du sérum antistreptococcique. Ils l'ont nommée « réaction d'hypersensibilité » et ont admis qu'elle était due à la présence d'anticorps antisérum. En étudiant des réactions analogues avec la tuberculine, von Pirquet a établi l'épreuve de scarification cutanée comme moyen de diagnostic. En 1906, il a proposé le terme « allergie » pour désigner une modification de la réactivité immunitaire. Maintenant, ce terme est employé pour désigner tous les phénomènes de sensibilisation, tandis que le terme plus adéquat d'anaphylaxie n'est utilisé que pour désigner le choc anaphylactique. La contraction d'un muscle lisse d'un animal sensibilisé par une injection de l'antigène qui a été utilisé pour la sensibilisation a été montrée par Schultz et Dale (réaction de Schultz-Dale).

Charles Richet

Photographie : Charles Richet

Photographie

Le physiologiste français Charles Richet (1850-1935) découvre, avec Paul Portier (1866-1962), l'anaphylaxie, découverte qui lui vaut le prix Nobel de médecine en 1913. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Le rhume des foins a été décrit en 1830 par Blackley. On admettait qu'il s'agissait de constituants toxiques dans le pollen. Des essais de désensibilisation ont été proposés par Besredka, en 1907, et par Noon et Freeman, en 1911. Quelque temps après, on a envisagé qu'il s'agissait d'une hypersensibilité et, en 1921, Prausnitz et Küstner ont prouvé l'exactitude de cette supposition. On appelle réaction de Prausnitz-Kustner l'épreuve de transfert passif d'une réaction cutanée de sensibilisation à la substanc [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Invention de la vaccination

Invention de la vaccination
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Louis Pasteur

Louis Pasteur
Crédits : Wellcome Collection ; CC-BY

photographie

Ilia Metchnikov

Ilia Metchnikov
Crédits : Bibliothèque nationale de France

photographie

Emil von Behring

Emil von Behring
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

  • : membre titulaire de l'Académie nationale de pharmacie, professeur honoraire à l'Institut Pasteur, Paris, directeur de recherche honoraire au C.N.R.S., professeur à l'Institut Pasteur de Lille
  • : membre de l'Académie de médecine, directeur honoraire de l'Institut de recherche sur le cancer du C.N.R.S, Villejuif, professeur honoraire à l'Institut Pasteur

Classification

Autres références

«  IMMUNOLOGIE  » est également traité dans :

DÉFENSES IMMUNITAIRES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 597 mots

50 Définition de la réaction inflammatoire par le médecin gallo-romain Aulus Cornelius Celsus.1798 Démonstration de la possibilité de vaccination contre la variole par Jenner.1881 Louis Pasteur i […] Lire la suite

ALLERGIE & HYPERSENSIBILITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard HALPERN, 
  • Georges HALPERN, 
  • Salah MECHERI, 
  • Jean-Pierre REVILLARD
  •  • 12 542 mots
  •  • 2 médias

La notion d'allergie a trait au phénomène paradoxal de la nocivité de certaines réactions immunitaires. La paternité de ce concept (apparu en 1906) revient au médecin viennois Clemens von Pirquet. Il cherchait notamment à expliquer par cette « réactivité altérée » (traduction des termes grecs réunis dans le mot allergie) les aléas d'une immuno-thérapie, alors à ses débuts. À Paris, Émile Roux, di […] Lire la suite

ANIMAUX MODÈLES, biologie

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN, 
  • Emmanuelle SIDOT
  •  • 9 540 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Une certaine irréductibilité biologique humaine  »  : […] On peut enfin se demander pourquoi les résultats sont si souvent discordants entre l'homme et « l'animal modèle de », et ce que cela signifie en termes d'identité et de différence. Un élément de réponse se trouve dans l'accumulation des différences entre les deux génomes. Tout organisme est issu de l'assemblage de molécules relativement ubiquitaires entre espèces. Ces assemblages assurent les mêm […] Lire la suite

ANTICORPS ET IMMUNITÉ HUMORALE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 202 mots

En 1888, à Paris, Émile Roux et Alexandre Yersin démontraient que le pouvoir pathogène du bacille diphtérique était dû à une toxine plutôt qu'à la bactérie elle-même. Cette observation fut rapidement étendue au cas du tétanos. Il fallut deux ans à Emil Von Behring à Berlin et à ses collègues Kitasato et Wernicke, à partir de 1890, pour montrer que le sang de sujets immunisés contre la diphtérie ou […] Lire la suite

ANTICORPS MONOCLONAUX

  • Écrit par 
  • Michel MAUGRAS, 
  • Jean-Luc TEILLAUD
  •  • 2 135 mots

Les anticorps, ou immunoglobines, sont des protéines sécrétées par une famille de cellules, les lymphocytes , dont la principale propriété est de reconnaître le « non-soi ». Les substances chimiques reconnues comme étrangères, qu'elles soient des associations de molécules ou des molécules, sont appelées antigènes. L'anticorps identifiera l'antigène grâce à la complémentarité entre une partie de l […] Lire la suite

ANTIGÈNES

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF
  •  • 7 370 mots
  •  • 5 médias

Dans son acception la plus générale, le terme antigène désigne toute espèce moléculaire d'origine biologique ou synthétique qui, au contact de cellules appropriées du système immunitaire d'un organisme animal donné, appelé hôte ou receveur, est reconnue par ces cellules et provoque un processus impliquant leur activation, connue sous le nom de réaction immunitaire , caractérisée par la synthèse […] Lire la suite

ASTHME

  • Écrit par 
  • Philippe GODARD, 
  • François-Bernard MICHEL
  •  • 5 848 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les facteurs immuno-allergiques »  : […] L' atopie est, comme on l'a vu, l'aptitude qu'a un organisme à se sensibiliser à un allergène de l'environnement, ce qui signe la présence chez le sujet de lymphocytes producteurs de l'IgE qui reconnaît cet allergène. Cela se manifeste par un test cutané positif à un de ces allergènes, mais n'indique pas qu'il y a des symptômes, en particulier pour ce qui nous intéresse ici, de la rhinite ou de l' […] Lire la suite

AUTO-IMMUNITAIRES MALADIES ou AUTO-IMMUNES MALADIES

  • Écrit par 
  • Guy-André VOISIN
  •  • 2 600 mots

Une maladie auto-immunitaire est, par définition, entraînée par une réaction du système immunitaire contre certains constituants de son propre organisme. Le système immunitaire n'a qu'une fonction : protéger et faciliter la survie de l'individu et de l'espèce dans un environnement souvent hostile. Mais cette fonction est à deux tranchants car elle s'exerce d'une part, en éliminant ou en neutralis […] Lire la suite

BEHRING EMIL ADOLF VON (1854-1917)

  • Écrit par 
  • Pierrette KOURILSKY
  •  • 484 mots
  •  • 1 média

Médecin et bactériologiste allemand, l'un des fondateurs de la sérothérapie. Né à Hansdorf (Prusse-Orientale), von Behring s'inscrit en 1874 à l'École de médecine militaire de Berlin et il obtient son doctorat de médecine en 1878. Deux ans plus tard, il est médecin militaire à Posen, puis médecin d'état-major à Bonn (1887). Il est nommé à l'Académie militaire de médecine de Berlin, puis professeu […] Lire la suite

BENACERRAF BARUJ (1920-2011)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 509 mots

Anatomopathologiste et immunologiste américain d'origine vénézuélienne, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1980 (conjointement à George Snell et Jean Dausset), pour la découverte de gènes régulant les réponses immunitaires et pour la mise en évidence du rôle de certains de ces gènes dans les maladies auto-immunes. Baruj Benacerraf est né le 29 octobre 1920 à Caracas (Venezuela). Il arrive à […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Joseph ALOUF, Pierre GRABAR, « IMMUNOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/immunologie/