Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HISTAMINE

L'histamine, tout comme l'adrénaline, l'acétylcholine, la 5-hydroxytryptamine, appartient à une série de substances pharmacologiques emmagasinées dans les cellules vivantes et dotées à la fois d'une puissante activité et d'une grande toxicité. L'histamine possède certainement dans les conditions normales, une fonction régulatrice de la vasomotricité ; mais ses effets se manifestent plus particulièrement au cours de certains processus pathologiques, et, notamment, lors des troubles graves qui caractérisent le choc allergique.

Découverte d'abord dans l' ergot de seigle, qui contient d'autres poisons tels les dérivés de l'acide lysergique (L.S.D.) utilisés aujourd'hui en thérapeutique humaine, elle a été synthétisée par A. Windaus et W. Vogt en 1907. Le grand physiologiste anglais H. H. Dale a montré les puissants effets qu'elle exerce sur la microcirculation, les muscles lisses et les sécrétions digestives. Vers 1920, C. H. Best, H. H. Dale et leurs collaborateurs ont mis en évidence et localisé cette amine biogène dans les tissus animaux et humains, ce qui est en faveur de sa fonction physiologique réelle.

La découverte, à quarante ans d'intervalle, des antihistaminiques de synthèse (dont on sait maintenant qu'ils portent sur les récepteurs H1) et des antagonistes des récepteurs H2, s'est accompagnée d'un nombre considérable de travaux de recherche. Deux chapitres importants de la pharmacologie ont été ainsi fondés ; l'effet thérapeutique qui en a suivi est véritablement considérable.

Histamine

Répartition tissulaire

Mastocyte : réaction anaphylactique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Mastocyte : réaction anaphylactique

Chez les Mammifères, l'histamine n'est pas élaborée par un organe particulier ; elle est présente dans tous les tissus en plus ou moins grande quantité. Sa teneur élevée dans les tissus de revêtement cutanéomuqueux, qui sont les plus exposés aux traumatismes, aux infections et aux agressions en général, ainsi que ses puissants effets sur la microcirculation, apportent des arguments en faveur de l'intervention de ce médiateur chimique dans l'organisation de la réaction inflammatoire (cf. inflammation). Des travaux plus récents indiquent que l'histamine se trouve concentrée dans les mastocytes, cellules tissulaires d'une morphologie très particulière et bourrées de granulations métachromatophiles ; disséminées dans l'ensemble du tissu conjonctif, elles se localisent de préférence autour des petits vaisseaux et des organes à muscles lisses. Or, ce sont précisément ces structures qui sont électivement sensibles à l'histamine.

Au cours de la réaction allergique, les mastocytes subissent des modifications morphologiques frappantes : la cellule expulse avec violence les granulations qui vont se disperser autour d'elle. Ces granulations contiennent de l'héparine et probablement aussi de l'histamine, de la 5-hydroxytryptamine et d'autres substances qui interviennent dans la réaction allergique.

Origine et forme biochimique

L'histamine, ou β-imidazoléthylamine, résulte de la décarboxylation d'un précurseur naturel, l'histidine (aminoacide présent dans presque tous les constituants protidiques des Vertébrés), sous l'action d'une enzyme, l'histidine-décarboxylase.

Antihistaminiques de synthèse - crédits : Encyclopædia Universalis France

Antihistaminiques de synthèse

Action de l'histamine - crédits : Encyclopædia Universalis France

Action de l'histamine

Le problème qui se pose aux biologistes est le suivant : l'histamine, par ses propriétés physiologiques, est un poison puissant, puisqu'une dose de 500 μg environ tue un cobaye en quelques minutes. Or, si on totalise toute la quantité de cette substance présente dans un organisme de Mammifère supérieur, l'Homme par exemple, on trouverait un chiffre égal à plusieurs dizaines de doses mortelles. Il faut donc admettre que, dans les conditions normales, l'histamine présente dans les tissus est inactive. Elle forme avec certains composés une protéine et de l'héparine, un complexe. Lorsqu'elle est libérée[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-VII, faculté Xavier-Bichat, chef du service de gastroentérologie à l'hôpital Bichat
  • : membre de l'Institut, professeur au Collège de France, directeur de l'Institut d'immunologie

Classification

Pour citer cet article

Serge BONFILS et Bernard HALPERN. HISTAMINE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Mastocyte : réaction anaphylactique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Mastocyte : réaction anaphylactique

Antihistaminiques de synthèse - crédits : Encyclopædia Universalis France

Antihistaminiques de synthèse

Action de l'histamine - crédits : Encyclopædia Universalis France

Action de l'histamine

Autres références

  • RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Catégories de médicaments

    • Écrit par et
    • 1 464 mots
    • 1 média
    ...la crise d'asthme allergique, la bronchoconstriction est la conséquence de l'interaction entre un allergène et un anticorps, qui libère des substances spasmogènes telles que l'acétylcholine etl'histamine. En effet, le calibre des bronchioles est sous le contrôle du système nerveux autonome :
  • ALLERGIE & HYPERSENSIBILITÉ

    • Écrit par , , et
    • 12 574 mots
    • 2 médias
    ... symptômes du choc anaphylactique varient selon les espèces animales, mais ils sont identiques chez la même espèce, quel que soit l'antigène utilisé. Les manifestations cliniques sont dues essentiellement à la libération massive de l'histamine cellulaire. Chez tous les mammifères, on observe...
  • AMINOACIDES ou ACIDES AMINÉS

    • Écrit par et
    • 3 486 mots
    • 6 médias
    ...tryptamine (ou sérotonine), de la phénylalanine en phényléthylamine, de la tyrosine en tyramine, du tryptophane en tryptamine, de l'histidine en histamine. La plupart de ces substances jouent un grand rôle biologique : histamine dans les réactions allergiques, dopamine et sérotonine dans la...
  • ASTHME

    • Écrit par et
    • 5 857 mots
    • 2 médias
    ...quantité, les IgE sont les immunoglobulines responsables de la réaction d'hypersensibilité immédiate, du fait de leur capacité à se lier aux récepteurs cellulaires à haute affinité des mastocytes et basophiles,entraînant la sécrétion immédiate d'histamine et autres substances à effet inflammatoire.
  • Afficher les 11 références