IMMUNOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'immunologie moléculaire

En 1892, P. Ehrlich a élaboré une théorie sur l'apparition des anticorps qu'on désigne par « théorie des chaînes latérales ». Les cellules formant les anticorps comporteraient des constituants membranaires capables de fixer spécifiquement des antigènes. Ces chaînes seraient ensuite libérées dans la circulation et seraient les anticorps. Pour expliquer la spécificité de cette fixation, il l'a comparée à l'adaptation d'une clef (antigène) à la serrure (anticorps), et il a admis qu'il s'agirait d'une réaction chimique. L'existence de récepteurs membranaires pour les antigènes devait être démontrée ultérieurement.

Paul Ehrlich

Photographie : Paul Ehrlich

Photographie

Le savant allemand Paul Ehrlich (1854-1915), Prix Nobel de médecine en 1908. Bactériologiste et physiologiste, il est considéré comme le père de la chimiothérapie. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

L. Landois, qui étudiait les transfusions sanguines, a constaté en 1875 qu'il fallait utiliser le sang de la même espèce. En 1898, Bordet a introduit les termes d'isoanticorps et d'isohémagglutination en constatant que les sérums des lapins immunisés avec les globules rouges d'un animal d'une autre espèce agglutinaient ces derniers, mais non ceux de lapin. Cependant, en 1902, Landsteiner a démontré l'existence d'hémagglutinines dans des sérums humains pour des érythrocytes d'autres humains, et il a établi l'existence des groupes sanguins A, B et O. Plus tard, c'est aussi lui qui a découvert le facteur rhésus en utilisant le sang de singes rhésus. Ces constatations sont le point de départ des transfusions sanguines contrôlées, et elles ont permis d'éviter des accidents transfusionnels. Il a été aussi démontré que les groupes sanguins sont héréditaires.

Au cours des trois décennies 1910-1940, l'introduction de nouvelles méthodes, en particulier chimiques, a permis un développement important des connaissances, ainsi que des applications pratiques : vaccinations, méthodes de diagnostic. En 1921, Calmette et Guérin ont établi la vaccination antituberculeuse par une souche bovine atténuée (vaccin B.C.G.). Dans plusieurs laboratoires, on avait essayé de neutraliser les toxines diphtérique et tétanique pour l'immunisation. C'est en 1924 que Ramon a mis au point un procédé de neutralisation convenable en supprimant la toxicité par une formolisa [...]

Gaston Ramon

Photographie : Gaston Ramon

Photographie

Le vétérinaire français Gaston Ramon (1886-1963) s'oriente vers la recherche après 1918. Il découvre les anatoxines, un type de vaccin absolument nouveau. Il consacre quarante années à l'Institut Pasteur dont il a été le directeur dans les années 1930. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Invention de la vaccination

Invention de la vaccination
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Louis Pasteur

Louis Pasteur
Crédits : Wellcome Collection ; CC-BY

photographie

Ilia Metchnikov

Ilia Metchnikov
Crédits : Bibliothèque nationale de France

photographie

Emil von Behring

Emil von Behring
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

  • : membre titulaire de l'Académie nationale de pharmacie, professeur honoraire à l'Institut Pasteur, Paris, directeur de recherche honoraire au C.N.R.S., professeur à l'Institut Pasteur de Lille
  • : membre de l'Académie de médecine, directeur honoraire de l'Institut de recherche sur le cancer du C.N.R.S, Villejuif, professeur honoraire à l'Institut Pasteur

Classification

Autres références

«  IMMUNOLOGIE  » est également traité dans :

DÉFENSES IMMUNITAIRES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  • , Universalis
  •  • 593 mots

50 Définition de la réaction inflammatoire par le médecin gallo-romain Aulus Cornelius Celsus.1798 Démonstration de la possibilité de vaccination contre la variole par Jenner.1881 Louis Pasteur immunise des moutons contre le charbon à Pouilly-le-Fort.1882 Ilia Metchniko […] Lire la suite

ALLERGIE & HYPERSENSIBILITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard HALPERN, 
  • Georges HALPERN, 
  • Salah MECHERI, 
  • Jean-Pierre REVILLARD
  •  • 12 543 mots
  •  • 2 médias

La notion d'allergie a trait au phénomène paradoxal de la nocivité de certaines réactions immunitaires. La paternité de ce concept (apparu en 1906) revient au médecin viennois Clemens von Pirquet. Il cherchait notamment à expliquer par cette « réactivité altérée » (traduction des termes grecs réunis dans le mot allergie) les aléas d'une immuno-thérapie, alors à ses débuts. À Paris, Émile Roux, di […] Lire la suite

ANIMAUX MODÈLES, biologie

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN, 
  • Emmanuelle SIDOT
  •  • 9 535 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Une certaine irréductibilité biologique humaine  »  : […] On peut enfin se demander pourquoi les résultats sont si souvent discordants entre l'homme et « l'animal modèle de », et ce que cela signifie en termes d'identité et de différence. Un élément de réponse se trouve dans l'accumulation des différences entre les deux génomes. Tout organisme est issu de l'assemblage de molécules relativement ubiquitaires entre espèces. Ces assemblages assurent les mêm […] Lire la suite

ANTICORPS ET IMMUNITÉ HUMORALE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 202 mots

En 1888, à Paris, Émile Roux et Alexandre Yersin démontraient que le pouvoir pathogène du bacille diphtérique était dû à une toxine plutôt qu'à la bactérie elle-même. Cette observation fut rapidement étendue au cas du tétanos. Il fallut deux ans à Emil Von Behring à Berlin et à ses collègues Kitasato et Wernicke, à partir de 1890, pour montrer que le sang de sujets immunisés contre la diphtérie ou […] Lire la suite

ANTICORPS MONOCLONAUX

  • Écrit par 
  • Michel MAUGRAS, 
  • Jean-Luc TEILLAUD
  •  • 2 135 mots

Les anticorps, ou immunoglobines, sont des protéines sécrétées par une famille de cellules, les lymphocytes , dont la principale propriété est de reconnaître le « non-soi ». Les substances chimiques reconnues comme étrangères, qu'elles soient des associations de molécules ou des molécules, sont appelées antigènes. L'anticorps identifiera l'antigène grâce à la complémentarité entre une partie de l […] Lire la suite

ANTIGÈNES

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF
  •  • 7 372 mots
  •  • 5 médias

Dans son acception la plus générale, le terme antigène désigne toute espèce moléculaire d'origine biologique ou synthétique qui, au contact de cellules appropriées du système immunitaire d'un organisme animal donné, appelé hôte ou receveur, est reconnue par ces cellules et provoque un processus impliquant leur activation, connue sous le nom de réaction immunitaire , caractérisée par la synthèse […] Lire la suite

ASTHME

  • Écrit par 
  • Philippe GODARD, 
  • François-Bernard MICHEL
  •  • 5 849 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les facteurs immuno-allergiques »  : […] L' atopie est, comme on l'a vu, l'aptitude qu'a un organisme à se sensibiliser à un allergène de l'environnement, ce qui signe la présence chez le sujet de lymphocytes producteurs de l'IgE qui reconnaît cet allergène. Cela se manifeste par un test cutané positif à un de ces allergènes, mais n'indique pas qu'il y a des symptômes, en particulier pour ce qui nous intéresse ici, de la rhinite ou de l' […] Lire la suite

BEHRING EMIL ADOLF VON (1854-1917)

  • Écrit par 
  • Pierrette KOURILSKY
  •  • 484 mots
  •  • 1 média

Médecin et bactériologiste allemand, l'un des fondateurs de la sérothérapie. Né à Hansdorf (Prusse-Orientale), von Behring s'inscrit en 1874 à l'École de médecine militaire de Berlin et il obtient son doctorat de médecine en 1878. Deux ans plus tard, il est médecin militaire à Posen, puis médecin d'état-major à Bonn (1887). Il est nommé à l'Académie militaire de médecine de Berlin, puis professeu […] Lire la suite

BENACERRAF BARUJ (1920-2011)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 509 mots

Anatomopathologiste et immunologiste américain d'origine vénézuélienne, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1980 (conjointement à George Snell et Jean Dausset), pour la découverte de gènes régulant les réponses immunitaires et pour la mise en évidence du rôle de certains de ces gènes dans les maladies auto-immunes. Baruj Benacerraf est né le 29 octobre 1920 à Caracas (Venezuela). Il arrive à […] Lire la suite

BOIVIN ANDRÉ (1895-1949)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET, 
  • Universalis
  •  • 583 mots

Biochimiste et bactériologiste français qui fut l'un des meilleurs immunologistes de son temps. Né à Auxerre (Bourgogne), dans un milieu très modeste, il avait d'abord songé à être instituteur, mais les hasards de la Première Guerre mondiale, en faisant de lui un infirmier militaire dans un hôpital de Marseille, modifient cette orientation première. En assistant aux manipulations de ses supérieurs […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Joseph ALOUF, Pierre GRABAR, « IMMUNOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/immunologie/