VARIOLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Maladie infectieuse très contagieuse, due à un virus, la variole était, avant la vaccination, considérée comme une affection redoutable, en raison de sa gravité, notamment chez les jeunes enfants et les vieillards (mortalité élevée, séquelles importantes). Le 8 mai 1980, la 33e Assemblée mondiale de la santé proclamait solennellement que tous les peuples du monde étaient désormais libérés de ce fléau. L'éradication ainsi réalisée par l'Organisation mondiale de la santé est le résultat des campagnes de vaccination menées dès 1958, sous l'égide de cet organisme, dans le monde entier. C'est ainsi que la variole a été la première maladie infectieuse dont on soit venu à bout par l'immunisation active préventive. Actuellement l'obligation de la vaccination est donc levée. Cependant, bien que depuis 1977 aucune rumeur concernant la réapparition de cas de variole n'ait été confirmée, il convient de rester vigilant. Aussi est-il utile de connaître la maladie telle qu'elle se présentait voici quelques dizaines d'années.

La maladie

Manifestations cliniques

La variole débute brutalement après frisson, élévation thermique à + 40 0C, vomissements, douleurs de la tête et de la colonne vertébrale. Cette période d'invasion dure environ quatre jours ; puis survient une éruption caractéristique de pustules qui envahissent la partie supérieure de la tête, gagnent la face, les mains, les bras, le tronc et les membres inférieurs. Chacun de ces éléments, ou pustule variolique, commence par une tache rouge sur la peau, la macule, se transforme en une tache en relief, la papule, puis, le troisième jour, en une vésicule remplie de liquide clair et dure au toucher comme un grain de plomb. Rapidement le contenu liquide se trouble par suppuration : c'est la pustule, dont le centre est déprimé (ombilication). Au moment où l'éruption commence à sortir, les signes généraux diminuent pour reprendre lors de la suppuration.

Après une dizaine de jours, les pustules se dessèchent, dans le même ordre où elles étaient apparues, et donnent des croûtes caractéristiques. Les signes généraux disparaissent alors, et une longue convalescence s'installe, car les croûtes mettent longtemps à tomber. En l'absence de traitement, celles-ci laissent des cicatrices déprimées indélébiles qui, au niveau du visage, présentent un aspect gaufré caractéristique.

L'évolution peut être aggravée de complications dues soit à la localisation du virus sur le système nerveux (encéphalites, myélites), soit à des surinfections bactériennes respiratoires, cutanées, oculaires, etc.

La maladie revêt quelquefois d'autres formes que celles qui sont décrites plus haut. Les formes graves ne sont pas rares dans les populations non ou mal vaccinées : éruption importante, confluente, signes généraux marqués, hémorragies (variole noire) et troubles nerveux. La mort peut survenir rapidement, à l'apparition de l'éruption, ou au cours de la deuxième semaine lors de la suppuration. En revanche, on observe parfois pendant les épidémies des formes légères qui sont dues le plus souvent à une protection partielle des sujets par une vaccination ancienne, ou parfois à un virus atténué, l'épidémie pouvant être alors entièrement bénigne ; c'est le cas de l'alastrim (ou variole mineure), qui sévissait en Afrique et en Amérique du Sud : les éléments éruptifs sont petits, blancs, sans suppuration.

Le virus

Facilement mis en évidence au microscope électronique, le virus de la variole se présente sous forme de particules rectangulaires de 250 × 300 nm, avec un centre plus dense, le nucléoïde, et une périphérie recouverte de plusieurs enveloppes.

On retrouve la même structure dans toute une série d'agents pathogènes, infectieux ou tumoraux, dont l'ensemble forme le groupe des virus Pox. Les principaux sont : le virus vaccinal, dérivé de celui de la variole bovine (cf. infra, Épidémiologie et prophylaxie), les virus des autres varioles animales (lapin, oiseau), les agents de la myxomatose et du molluscum contagiosum de l'homme.

La composition chimique et la structure physique du virus variolique sont très complexes. Disons seulement que l'acide nucléique est un acide désoxyribonucléique (ADN) et que le virus est très résistant, notamment à la chaleur et à la dessiccation, d'où le danger de contamination, même indi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : professeur de microbiologie aux facultés de médecine de Paris, membre de l'Académie nationale de médecine
  • : docteur en médecine, professeur de microbiologie à l'École nationale de la santé publique

Classification

Autres références

«  VARIOLE  » est également traité dans :

ÉRADICATION DE LA VARIOLE

  • Écrit par 
  • Robert FASQUELLE
  •  • 237 mots

En 1948, la première réunion de l'Assemblée mondiale de la santé décide de mettre au premier plan de son programme la lutte contre la variole. En 1952, l'O.M.S. réunit à Genève un comité de quatre experts : une expérimentation internationale est entreprise. Seul le vaccin sec (c’est un produit lyophilisé) peut permettre l'éradication de la variole dans les p […] Lire la suite

JENNER : VACCINATION ANTIVARIOLIQUE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 247 mots
  •  • 1 média

Edward Jenner (1749-1823) était médecin à Berkeley (Gloucestershire, Grande-Bretagne), lorsqu'il réalisa ce que l'on peut tenir pour la première vraie vaccination, au demeurant d'ailleurs une expérimentation sur l'homme. Il était connu des médecins musulmans que l'inoculation, à des sujets sains, de la pustul […] Lire la suite

ÉPIDÉMIES ET PANDÉMIES

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET, 
  • Georges DUBY, 
  • Gabriel GACHELIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 20 427 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « La lutte contre les épidémies jusque dans les années 1970 »  : […] Aux mesures d'isolement déjà mises en œuvre s'ajoutent celles qu'inspire une démarche générale de prévention. Les étapes de cette lutte contre les épidémies sont celles de l'élévation du niveau de vie, de l'avènement d'un pouvoir hygiénique et médical, de l'organisation internationale qui en découle. Le lien entre famine (qui affaiblit les résistances) et épidémies fait que le recul et la dispari […] Lire la suite

ÉRUPTIVES MALADIES

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 593 mots

On qualifie de maladies éruptives des maladies infectieuses accompagnées — et caractérisées — par un exanthème, c'est-à-dire une érubescence cutanée plus ou moins durable. Cette rougeur initiale affecte parfois des zones très localisées du corps, mais elle peut aussi apparaître sur l'ensemble de la peau, le plus souvent de façon progressive. Il s'agit de taches, de plaques ou de nappes plus ou moi […] Lire la suite

FENNER FRANK JOHN (1914-2010)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 650 mots
  •  • 1 média

Le nom de l’Australien Frank Fenner est associé à deux événements majeurs en virologie médicale  : d’une part le contrôle de la prolifération des lapins en Australie grâce au virus de la myxomatose au début des années 1950, d’autre part l’éradication de la variole en 1980. Frank John Fenner est né le 21 décembre 1914 à Ballarat, ville minière de l’État de Victoria. Il grandit à Adélaïde (Australie […] Lire la suite

IMMUNOLOGIE

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF, 
  • Pierre GRABAR
  •  • 5 246 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le phénomène d'immunisation »  : […] Depuis fort longtemps on savait qu'une personne guérie de certaines maladies était protégée contre la répétition de ces maladies et, déjà avant notre ère, on pratiquait en Chine la variolisation pour prévenir la variole en inoculant à des personnes saines des produits de pustules de malades ayant une variole bénigne. Au milieu du xix e siècle, en Afrique centrale, on protégeait contre les morsure […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - Les mathématiques et les autres sciences

  • Écrit par 
  • Georges C. ANAWATI, 
  • Roshdi RASHED
  • , Universalis
  •  • 22 471 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La médecine »  : […] Quand les musulmans parurent sur la scène du monde, la médecine avait déjà parcouru une longue période de son histoire avec Hippocrate, Galien et Dioscoride et avec les médecins de l'école d'Alexandrie, pour venir se concentrer au vi e  siècle à Gondēshāpūr (en arabe : Djundīsābūr). Cette ville du sud-ouest de la Perse avait accueilli tour à tour les Nestoriens de l'école d'Édesse, lorsque celle- […] Lire la suite

JENNER EDWARD (1749-1823)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 652 mots
  •  • 1 média

Après avoir étudié la chirurgie chez D. Ludlow près de Bristol (1765), et la médecine à Londres (1770), Jenner devient l'élève du chirurgien et naturaliste J. Hunter. Celui-ci, comprenant son intérêt pour l'histoire naturelle, le charge, en 1771, de classer les collections rapportées des mers du Sud par le capitaine Cook. Malgré l'amitié profonde qui le lie à Hunter (leur correspondance ne s'arrêt […] Lire la suite

MALADIES INFANTILES

  • Écrit par 
  • Constantin MISSIRLIU
  • , Universalis
  •  • 3 364 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Sensibilité aux infections microbiennes »  : […] Les agressions infectieuses commencent à la naissance et se poursuivent toute la vie, entraînant une réponse humorale mesurable : la réponse immunitaire, déclenchée dès que sont alertés les mécanismes tissulaires que l'on peut considérer comme étant la mémoire tissulaire de l'organisme. Cette mémoire comporte, chez le petit enfant, une part d'information héréditaire mais aussi une part d'informat […] Lire la suite

MALADIES INFECTIEUSES ÉMERGENTES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 8 022 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Franchissement de la barrière d’espèce »  : […] En ce qui concerne le franchissement de la barrière d’espèce conduisant à l’émergence d’une maladie, l’équation de départ est simple, en apparence : l’agent pathogène prolifère chez une espèce animale, mais ne le peut pas chez l’homme ; puis un ou plusieurs événements font qu’il en acquiert la capacité et devient pathogène pour l’espèce humaine. Le sida est à ce titre un cas exemplaire. Vers la f […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6 mai 2022 Santé. Épidémie de « variole du singe ».

Les premiers cas annuels d’orthopoxvirose simienne, en anglais monkeypox, appelée aussi « variole du singe », sont enregistrés au Royaume-Uni. Cette maladie transmissible à l’homme, qui est endémique dans plusieurs pays d’Afrique tropicale, avait été pour la première fois signalée hors du continent africain en 2003. La vaccination contre la variole humaine permet de prévenir la maladie et de combattre les épidémies. […] Lire la suite

13 septembre 2017 Canada. Présentation du nouveau drapeau de la ville de Montréal.

Denis Coderre indique également son intention de débaptiser la rue Amherst qui porte le nom d’un officier britannique de l’époque de la conquête, qui avait ordonné la propagation de la variole chez les autochtones en vue de les exterminer. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert FASQUELLE, Jacques MAURIN, « VARIOLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/variole/