IMAGINAIRE ET IMAGINATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sédimentation sociale de l'imaginaire

La tâche est relativement aisée, puisqu'on dispose désormais dans cette vue d'un fil directeur. Partons en effet du rêve. Il se caractérise par la suspension de la position de l'ego, sujet de l'énonciation, et par son éclatement en une multiplicité d'acteurs imaginaires qui sont les protagonistes du rêve. La même raison qui fait que sont convertis en inscriptions plastiques les signifiants dont est tissée la parole vigile préside donc à l'aliénation du locuteur, précipité en une position narcissique. Oubliera-t-on que Narcisse n'est voué à s'abîmer dans l'image où il brûle de se rejoindre, que pour avoir ignoré les appels lointains d'Echo ? Mais s'anéantir en son image, le rêveur ne le peut, qu'il ne s'éveille : le désir de dormir l'en détourne, et le rêve ainsi le soutient, faut-il dire sur une autre scène, ou mieux dans les coulisses de son désir, parmi les panoplies qui sont les défroques de sa vie ? Jamais le pessimisme de Freud ne s'est plus profondément exprimé qu'en cette épigraphe où il a placé sous le signe de l'Achéron son interprétation des rêves.

Mais si la vie éveillée est le songe d'un songe, c'est un songe où l'ego tente d'abord d'assumer ses rôles, et les différents types de fantaisie peuvent être alors distribués en série, selon les divers modes de son implication ; et d'abord le fantasme déjà évoqué en sa spécificité dans l'expérience même de la cure, et dont les caractères les plus généraux nous deviendront clairs si nous y reconnaissons la marque, encore voilée, de la renaissance de l'ego.

Essayons, en effet, de le rendre à son contexte. L'ego est sorti de son silence, mais il est confronté au silence d'autrui, en l'occurrence de l'analyste. Nous comprenons donc que l'initiative que prend le sujet de se dire, et qui est l'apanage de la veille, s'écrase en une production imaginaire où se perpétue la fonction du rêve. L'image s'énonce elle-même, l'énonciation s'actualise en image : compromis désigné par Freud comme relevant du registre du jeu. Mais, avec l'éveil de l'ego, le temps, ignoré de l'inconscient, a repris son cours. Déjà, s'y est inséré, dans l'amorce d'une dramatisation, le fantasme où l'ego s'énonce ou plutôt s'annonce. À mesure cependant que se déploie le sujet, à mesure aussi le temps s'ouvre, jusqu'au point où l'intentionnalité de la fantaisie représentera, comme par réfraction, les premiers moments de sa genèse. « Ne nous figurons pas, écrit Freud dans un article de 1908 sur la création littéraire, que les créations de cette activité de l'imagination, les divers fantasmes, châteaux en Espagne ou rêves éveillés, soient fixes et immuables. » En effet, « ils se modèlent bien plutôt sur les impressions successives qu'apporte la vie, ils se modifient avec chaque oscillation dans la situation de vie ». En dépit des difficultés de traduction, le sens paraît clair : le fantasme trahit la recollection par le sujet de son propre devenir.

Recueillir sur l'écran d'une vision spéculaire le reflet mobile d'une identité personnelle dont il échoue à se donner en autrui le soutien, telle est donc la fonction qu'assume le fantasme dans l'économie d'un sujet voué à l'expression. Aux différents niveaux où le situera l'extension généralisée de la notion, du rôle inscrit au théâtre du rêve jusqu'à ces formations fuligineuses qui traversent à la façon de météorites le champ de l'analyse, elle nous atteste cette position paradoxale et toujours précaire de l'ego : je ne parle en mon nom propre qu'à la condition de me désigner en tant que « je » parle comme inscriptible dans le champ d'expression d'un autre sujet. Une déduction des formes de l'imagination apparaît alors possible, en principe. Elle se fondera sur les vicissitudes de cette relation de communication dont la brisure nous est signifiée par l'éclat du fantasme.

Tâche encore à peine amorcée, dont on pressent seulement qu'elle doit déboucher sur une sociologie et sur une technologie de l'imaginaire, c'est-à-dire sur la mise en évidence de ces réseaux anonymes de communication où la société contemporaine prolonge et déploie les processus élémentaires d'expression prochaine. De même, effectivement, que le silence analytique a révélé par contrecoup le fantasme, de même, et sur une échelle démesurément étendue, l'avènement d'une [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  IMAGINAIRE ET IMAGINATION  » est également traité dans :

IMAGINATION (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 795 mots

Quelle défiance les philosophes n’ont-ils pas montrée à l’égard de l’imagination ? L’imagination, « maîtresse d’erreur et de fausseté » pour Blaise Pascal (1623-1662), « folle du logis » et pire encore « folle qui se plaît à faire la folle » pour Malebranche (1638-1715). Même condamnation trois cents ans plus tard chez Alain (1868-1951), pour qui l’imagination, parce qu’elle est une faculté qui a […] Lire la suite

ALAIN ÉMILE CHARTIER, dit (1868-1951)

  • Écrit par 
  • Robert BOURGNE
  •  • 4 551 mots

Dans le chapitre « Philosophie de l'entendement ouvert »  : […] Alain rétrograde ici de Hegel à Descartes ; il opère, en toute connaissance de cause – ayant été l'un des premiers en France à introduire Hegel dans son enseignement –, une « restauration » de l'entendement. Si l'entendement séparé impose au savoir de s'autolimiter à l'univers du fini, la raison est, dans l'entendement même, négation de la finitude, mais cette négation ne s'arrache pas elle-même […] Lire la suite

ANIMUS & ANIMA

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 038 mots
  •  • 1 média

Le couple anima-animus joue un rôle important dans la « psychologie des profondeurs » de Carl Gustav Jung . Il s'agit d'une résurgence de deux termes du corpus de la philosophie médiévale. On les rencontre chez de nombreux auteurs, notamment Guibert de Nogent, où généralement ils désignent, respectivement, l'âme ( anima ) et l'esprit ( animus ) selon une hiérarchie de dignité ontologique : corps, […] Lire la suite

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 834 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la sensation à l'intellection »  : […] La psychologie d'Aristote n'en est pas moins construite selon un schéma ascendant, où l'on voit les fonctions supérieures de l'âme se dégager peu à peu de leur conditionnement sensible. Cette gradation apparaît tout d'abord dans la hiérarchie des êtres vivants, qui ont tous une « âme », mais définie par différentes fonctions : ainsi, la plante n'est capable de se nourrir et de se reproduire que p […] Lire la suite

L'AUTRE MONDE OU LES ÉTATS ET EMPIRES DE LA LUNE, ET LES ÉTATS ET EMPIRES DU SOLEIL, Savinien Cyrano de Bergerac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 130 mots

Dans le chapitre « Les États et Empires du Soleil »  : […] Au début des États et Empires du Soleil , le narrateur Drycona, (anagramme de Cyrano) est pourchassé par le parlement de Toulouse qui veut l'envoyer au bûcher au motif qu'il pratique la sorcellerie, alors qu'il ne fait que penser librement. Il est également poursuivi pour avoir écrit Les États et Empires de la Lune . Ce qui permet à Cyrano, en jouant de cette intertextualité, de mettre en scène sa […] Lire la suite

BACHELARD GASTON (1884-1962)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 3 479 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une exploration de l’imaginaire »  : […] Il reste que cette voie de la philosophie des sciences, qui a pris part aux controverses les plus fondamentales avant 1950, ne comble pas Bachelard. Encouragé par des collègues comme Gaston Roupnel, historien des campagnes françaises, à l’université de Dijon, il ne parvient plus à négliger dans son travail académique ce qui l'habite et l'anime en profondeur : l'imagination rêveuse au contact de la […] Lire la suite

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 151 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Le paysage »  : […] C'est dans le paysage que le romantisme pictural a le plus continûment donné sa mesure. La France cède ici le pas à l'Allemagne, à l'Angleterre, pays où la théorie académique était bien moins solidement établie. En Allemagne, la personnalité la plus marquante est celle de Caspar David Friedrich (1774-1840) qui, dès les premières années du xix e  siècle, a donné au romantisme une forme picturale e […] Lire la suite

CASTORIADIS CORNELIUS (1922-1997)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 837 mots

Depuis son installation en France, à la fin de 1945, Cornelius Castoriadis, né en 1922 à Constantinople, de parents grecs, n'aura eu de cesse de déployer une intense activité d'analyste critique des faits humains et d'intellectuel engagé dans les luttes contre toutes les barbaries que connut la seconde moitié du xx e  siècle. Redoutable polémiste, insensible aux compromis, il a su mener de front r […] Lire la suite

CONTE

  • Écrit par 
  • Bernadette BRICOUT
  •  • 5 801 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Qu'est-ce qu'un conte populaire ? »  : […] Si le terme de conte présente, dans la littérature, des acceptions multiples et des frontières indécises, trois critères suffisent à le définir en tant que récit ethnographique : son oralité, la fixité relative de sa forme et le fait qu'il s'agit d'un récit de fiction. Le conte populaire s'inscrit d'abord dans ce vaste champ qu'en 1881 Paul Sébillot baptise, d'une expression paradoxale, «   littér […] Lire la suite

CRITIQUE D'ART, Antiquité gréco-romaine

  • Écrit par 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 4 829 mots

Dans le chapitre « Imitation et imagination (« mímēsis/phantasía ») : la leçon des philosophes »  : […] C'est en effet dans l'interrogation philosophique sur le monde sensible et sur les conditions d'accès à la vérité que les références aux arts figurés, et surtout à la peinture, reviennent fréquemment à titre d'exemples métaphoriques facilitant l'accès au raisonnement plus abstrait. Chez Platon, adversaire de Démocrite qui avait, on l'a vu, théorisé la pratique du trompe-l'œil au théâtre, les référ […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre KAUFMANN, « IMAGINAIRE ET IMAGINATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/imaginaire-et-imagination/