Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

Christophe Colomb

C'est un marin génois, Christophe Colomb, qui devait découvrir et explorer pour le compte de l'Espagne – et non du Portugal – la partie centrale des rivages occidentaux de l'Atlantique. Pourquoi un Génois ? Pourquoi l'Espagne ? L'explication est simple et doit être cherchée dans l'évolution politique de l'Europe à la fin du xve siècle. Depuis l'augmentation du nombre et l'importance accrue de leurs voyages d'exploration, les Portugais faisaient appel, pour constituer leurs équipages, à des marins étrangers. L'Italie, et notamment la république de Gênes, en fournissait un certain nombre. C'est ainsi que Christophe Colomb, né à Gênes en 1451, après un naufrage au large du Portugal, rejoignit à Lisbonne son frère qui y travaillait comme cartographe. Il s'engagea sur un navire portugais vers les côtes de la Guinée entre 1475 et 1479. À son retour, il épousa à Lisbonne la fille du capitaine-gouverneur de l'île de Porto Santo, Bartolomeu Perestrelo, ce qui lui permit de naviguer souvent. Christophe Colomb aurait pu continuer sa carrière en effectuant, comme son beau-frère, des voyages le long du littoral africain, mais, dès 1484, il propose au gouvernement portugais l'exploration de la « route de l'Ouest ». Qui lui a donné cette idée ? Plusieurs hypothèses ont été émises. Il est possible que Colomb – qui lisait beaucoup – ait eu connaissance de l'ouvrage de cosmographie du cardinal français Pierre d'Ailly, Imago Mundi, paru en 1414. Contrairement à la plupart de ses contemporains, Pierre d'Ailly affirmait que la Terre était ronde et, donc, qu'en allant vers l'ouest on pouvait atteindre la côte d'Asie, l'Inde, par une route plus courte et plus rapide que celle que les Portugais exploraient depuis soixante ans. Il est possible également que Colomb ait été en correspondance avec l'astronome florentin Toscanelli. Celui-ci lui aurait écrit, le 25 juin 1474, une lettre dans laquelle il disait : « Je t'ai déjà parlé d'une route par mer au pays des aromates (les Indes), plus courte que celle des Portugais par la Guinée [...]. Elle résulte de la forme sphérique de la Terre. » Mais on a dit que cette lettre était apocryphe et avait été rédigée, en réalité, après 1492. Il est possible aussi que Colomb ait été informé par des marins de la route des Vikings vers le Groenland et le Vinland. En tout cas, le roi Jean II de Portugal repoussa les propositions de Colomb. Elles lui parurent sans doute utopiques, alors que les Portugais, par leur exploration méthodique de la route africaine, étaient certains d'arriver un jour aux Indes par la circumnavigation de l'Afrique.

Première traversée de Colomb - crédits : AKG-images

Première traversée de Colomb

Rebuté par le Portugal, Colomb se tourna tout naturellement vers l' Espagne qui mettait fin à ses longues luttes médiévales contre les Maures et, depuis le mariage d'Isabelle de Castille et de Ferdinand d'Aragon (1469), s'engageait dans la voie de l'unification. En 1485, Colomb quitta le Portugal et vint s'établir en Espagne. Par l'intermédiaire de deux moines du monastère de la Rabida, il fait parvenir son projet à la reine Isabelle. Celle-ci ne veut rien entreprendre avant la prise de Grenade, dernier bastion des Maures en Espagne. Colomb semble avoir alors renoué des négociations avec le Portugal, mais le 2 janvier 1492 Grenade est prise, les Rois Catholiques y font leur entrée solennelle. Les 17 et 30 avril suivants, les souverains, par de solennelles « capitulations », chargent Colomb de découvrir pour le compte de Leurs Majestés Catholiques des « îles nouvelles et habitées ». En échange, il était fait « amiral de la mer Océane » et lui et ses descendants devaient recevoir la dîme des richesses découvertes et la vice-royauté des terres explorées. La reine de Castille avançait à[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de Toulouse
  • : maître de conférences en histoire contemporaine à l'université de Nantes

Classification

Pour citer cet article

Jacques GODECHOT et Clément THIBAUD. ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Planisphère de Domingos Teixeira, 1573 - crédits : Bibliothèque nationale de France (CPL GE SH ARCH-3)

Planisphère de Domingos Teixeira, 1573

Nef médiévale - crédits : British Library/ AKG-images

Nef médiévale

Grandes découvertes : Espagne et Portugal à la conquête du monde - crédits : Encyclopædia Universalis France

Grandes découvertes : Espagne et Portugal à la conquête du monde

Autres références

  • ABOLITION INTERNATIONALE DE LA TRAITE ATLANTIQUE

    • Écrit par Jean BOULEGUE
    • 189 mots
    • 1 média

    La traite des Noirs par l'Atlantique a débuté au xve siècle, à destination de l'Europe, mais c'est après la découverte de l'Amérique qu'elle a pris son essor, pour fournir de la main-d'œuvre aux plantations. Les estimations sur le nombre de personnes déportées d'Afrique en Amérique varient,...

  • AMÉRIQUE (Histoire) - Découverte

    • Écrit par Marianne MAHN-LOT
    • 4 807 mots
    • 6 médias

    Étymologiquement le mot « Amérique » vient d'Amerigo, prénom de Vespucci. Il a été inventé par Martin Waldseemüller qui, dans sa Cosmographie (1507), proposa d'appeler Amérique la « quatrième partie du monde », prétendument découverte par le Florentin.

    La « découverte de...

  • AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole

    • Écrit par Jean-Pierre BERTHE
    • 21 855 mots
    • 13 médias
    Un double réseau de liaisons maritimes couvre l'Atlantique central. Les flottes de la Nouvelle-Espagne (flotas) et les armadas de Terre-Ferme (galeones de Tierra Firme), via l'escale des Canaries, reconnaissent d'abord l'arc des Petites Antilles, à partir duquel divergent leurs route : les ...
  • BATAILLES NAVALES (âge de la voile) - (repères chronologiques)

    • Écrit par Michèle BATTESTI
    • 1 040 mots

    31 juillet-8 août 1588 La Armada Grande (l'Invincible Armada), forte de 130 vaisseaux (dont 60 galions et caraques de guerre) et 30 000 hommes, est envoyée en mai par Philippe II pour envahir l'Angleterre. Harcelée depuis Plymouth par les Anglais, désorganisée par des brûlots, elle livre bataille...

  • Afficher les 33 références

Voir aussi