Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

La civilisation atlantique

Les Européens qui ont fondé outre-Atlantique leurs colonies ont amené avec eux leurs langues, leurs techniques et les institutions de leur pays d'origine. Ainsi le régime féodal – tel du moins qu'il existait encore au xviie siècle en France et en Angleterre – a été implanté au Canada et dans quelques colonies anglaises de l'Amérique du Nord, le système des latifundia espagnols se retrouve dans les grands domaines du Mexique. En échange, l'Amérique fournit à l'Europe des plantes nouvelles (maïs, pommes de terre, tabac, haricots) dont l'introduction aura des conséquences énormes sur l'évolution économique et démographique des pays européens. Sans doute le café et le coton ne sont-ils pas venus d'Amérique, mais leur culture extensive sur ce continent entraînera l'accroissement de leur consommation en Europe. L'Afrique a également contribué au développement de cette civilisation atlantique. Du milieu du xvie au milieu du xixe siècle, la traite a transporté plus d'un million et demi d'esclaves noirs en Amérique du Nord, du Centre et du Sud. Leurs descendants se sont généralement mêlés aux Indiens et aux Européens, et ont produit une population de couleur. Les Blancs, surtout les Ibériques, se sont également métissés avec les Indiens. Mais, au xviiie siècle, la majorité des habitants de l'Amérique est tournée vers l'Europe. C'est d'Europe qu'on attend l'instruction, les techniques et les idées nouvelles. Celles-ci franchissent l'Atlantique, plus rapidement qu'elles ne passeraient un continent, car, étant donné les moyens de transport de l'époque, on continue à circuler plus facilement et plus vite sur mer que sur terre.

Sans doute existe-t-il quatre Amériques différentes : l'anglo-américaine, la française, la portugaise et l'hispano-indienne, mais toutes ont lu, au xviiie siècle, les œuvres des philosophes européens, dans la mesure où ces ouvrages ont pu leur parvenir, c'est-à-dire très largement dans les Amériques anglo-américaine et française, et, peut-être, de manière plus diffuse, dans les régions portugaise et hispano-indienne en raison des obstacles dressés par la censure. Ainsi s'est-il formé, de part et d'autre de l'Atlantique, une civilisation tendant à promouvoir les idées de liberté individuelle, d'égalité, d'indépendance nationale. Jugée à la lueur des théories de Jean-Jacques Rousseau ou de l'abbé Raynal, l'Amérique apparaît même la terre d'élection pour le développement de ces idées nouvelles : l'Américain est présenté par les philosophes comme l'homme à l'état de nature, par excellence, débarrassé de tout le complexe politique, du fléau de la guerre, des ordres sociaux, du poids de la richesse et du fardeau de la pauvreté, des privilèges qui caractérisaient l'Europe et dont les philosophes souhaitaient la disparition. Faisant contraste avec une Amérique idéalisée, les Européens découvrirent à leurs institutions devenues archaïques un caractère injuste, irrationnel. Quant aux Américains, certains voulurent ressembler au portrait flatteur qu'on traçait d'eux, mais d'autres, dans les domaines ibériques, se levèrent contre l'idée d'un continent « naturel » pour montrer que les civilisations indiennes, inca et aztèques, étaient à la hauteur d'Athènes et de Rome. Un patriotisme américain s'affirmait à travers cette controverse du « Nouveau Monde ». Par ailleurs, les mouvements profonds de la conjoncture tendaient à devenir les mêmes de part et d'autre de l'Atlantique. La période de longue prospérité, qui va de 1730 à 1770 environ, a été vécue en Amérique aussi bien qu'en Europe, et la stagnation des années 1770-1800 est également notée dans les deux continents.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de Toulouse
  • : maître de conférences en histoire contemporaine à l'université de Nantes

Classification

Pour citer cet article

Jacques GODECHOT et Clément THIBAUD. ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Planisphère de Domingos Teixeira, 1573 - crédits : Bibliothèque nationale de France (CPL GE SH ARCH-3)

Planisphère de Domingos Teixeira, 1573

Nef médiévale - crédits : British Library/ AKG-images

Nef médiévale

Grandes découvertes : Espagne et Portugal à la conquête du monde - crédits : Encyclopædia Universalis France

Grandes découvertes : Espagne et Portugal à la conquête du monde

Autres références

  • ABOLITION INTERNATIONALE DE LA TRAITE ATLANTIQUE

    • Écrit par Jean BOULEGUE
    • 189 mots
    • 1 média

    La traite des Noirs par l'Atlantique a débuté au xve siècle, à destination de l'Europe, mais c'est après la découverte de l'Amérique qu'elle a pris son essor, pour fournir de la main-d'œuvre aux plantations. Les estimations sur le nombre de personnes déportées d'Afrique en Amérique varient,...

  • AMÉRIQUE (Histoire) - Découverte

    • Écrit par Marianne MAHN-LOT
    • 4 807 mots
    • 6 médias

    Étymologiquement le mot « Amérique » vient d'Amerigo, prénom de Vespucci. Il a été inventé par Martin Waldseemüller qui, dans sa Cosmographie (1507), proposa d'appeler Amérique la « quatrième partie du monde », prétendument découverte par le Florentin.

    La « découverte de...

  • AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole

    • Écrit par Jean-Pierre BERTHE
    • 21 855 mots
    • 13 médias
    Un double réseau de liaisons maritimes couvre l'Atlantique central. Les flottes de la Nouvelle-Espagne (flotas) et les armadas de Terre-Ferme (galeones de Tierra Firme), via l'escale des Canaries, reconnaissent d'abord l'arc des Petites Antilles, à partir duquel divergent leurs route : les ...
  • BATAILLES NAVALES (âge de la voile) - (repères chronologiques)

    • Écrit par Michèle BATTESTI
    • 1 040 mots

    31 juillet-8 août 1588 La Armada Grande (l'Invincible Armada), forte de 130 vaisseaux (dont 60 galions et caraques de guerre) et 30 000 hommes, est envoyée en mai par Philippe II pour envahir l'Angleterre. Harcelée depuis Plymouth par les Anglais, désorganisée par des brûlots, elle livre bataille...

  • Afficher les 33 références

Voir aussi