ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le déclin de l'hégémonie britannique sur l'Atlantique

Que les treize colonies anglaises de l'Amérique du Nord aient pu se rendre indépendantes est la preuve manifeste du déclin de l'hégémonie britannique sur l'océan Atlantique. L'Angleterre, en effet, fut incapable de rétablir son autorité dans ses colonies (1763-1781). Entre 1778 et 1780, les États-Unis, constitués depuis deux ans, sont déjà assez puissants pour s'assurer l'alliance de trois des cinq puissances maritimes de l'Atlantique : la France, l'Espagne, la Hollande. Pour la première fois depuis 1688, leurs flottes coalisées mettent en échec la Royal Navy et gênent l'Angleterre dans le transfert des renforts vers le Nouveau Monde. Sans doute, à la fin de la guerre, l'escadre française de l'amiral de Grasse fut-elle battue aux Saintes près de la Guadeloupe, le 8 mai 1782, mais la partie était déjà jouée dans la baie de Chesapeake, en 1781, prélude à la victoire décisive de Yorktown. Par les préliminaires de la paix de Paris, du 30 novembre 1782, l'Angleterre reconnaissait l'indépendance des États-Unis. Le traité de Paris (3 septembre 1783) consacrait la victoire des États-Unis, de la France et de leurs alliés. Pour la première fois, depuis près de deux cents ans, l'Angleterre avait perdu plus de bâtiments (2 200) qu'elle n'en avait capturés (1 100). D'autre part, le traité d'alliance de 1778 entre la France et les États-Unis avait été accompagné d'un traité de commerce : alors que les treize colonies n'avaient de relations économiques qu'avec l'Angleterre, les nouveaux États-Unis décidaient d'établir d'importants rapports commerciaux avec la France. Effectivement, les importations anglaises aux États-Unis, qui s'élevaient encore à 2 590 000 livres en 1774, tombèrent à moins de 33 900 livres en 1778, et les exportations françaises vers les États-Unis, qui étaient nulles, montèrent à 133 400 livres. Mais, dès 1779, et malgré la guerre, les anciens courants commerciaux reprenaient, les exportations britanniques aux États-Unis r [...]

Traité de Versailles, 1783

Photographie : Traité de Versailles, 1783

Photographie

La signature du traité de Versailles, le 3 septembre 1783, marqua la fin de la guerre d'indépendance américaine contre l'Angleterre. 

Crédits : Three Lions/ Getty Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 21 pages

Médias de l’article

Nef médiévale

Nef médiévale
Crédits : British Library/ AKG

photographie

Grandes découvertes : Espagne et Portugal à la conquête du monde

Grandes découvertes : Espagne et Portugal à la conquête du monde
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Première traversée de Colomb

Première traversée de Colomb
Crédits : AKG

photographie

Planisphère de Domingos Teixeira, 1573

Planisphère de Domingos Teixeira, 1573
Crédits : Bibliothèque nationale de France (CPL GE SH ARCH-3)

photographie

Afficher les 12 médias de l'article


Écrit par :

  • : doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de Toulouse
  • : maître de conférences en histoire contemporaine à l'université de Nantes

Classification

Autres références

«  ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN  » est également traité dans :

ABOLITION INTERNATIONALE DE LA TRAITE ATLANTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean BOULEGUE
  •  • 191 mots
  •  • 1 média

La traite des Noirs par l'Atlantique a débuté au xv e  siècle, à destination de l'Europe, mais c'est après la découverte de l'Amérique qu'elle a pris son essor, pour fournir de la main-d'œuvre aux plantations. Les estimations sur le nombre de personnes déportées d'Afrique en Amérique varient, pour la plupart, entre dix et vingt millions. Le xviii e  siècle fut la pire période, mais il vit aussi le […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Histoire) - Découverte

  • Écrit par 
  • Marianne MAHN-LOT
  •  • 4 812 mots
  •  • 6 médias

Étymologiquement le mot « Amérique » vient d'Amerigo, prénom de Vespucci . Il a été inventé par Martin Waldseemüller qui, dans sa Cosmographie (1507), proposa d'appeler Amérique la « quatrième partie du monde », prétendument découverte par le Florentin. La « découverte de l'Amérique » a été une œuvre collective. Qui peut savoir quel pêcheur anonyme est parvenu le premier sur les bancs de Terre-Neu […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE
  •  • 21 932 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'empire des mers et le commerce »  : […] C'est dire que l'économie coloniale américaine vit au rythme des flottes et des convois de galions. C'est une gigantesque entreprise que la Carrera de las Indias del mar Océano , et qui met en cause une multitude d'intérêts, souvent mal accordés. Ceux de l'État et du fisc sont représentés par la Casa de la contrataci ón . Derrière le consulat des marchands de Séville, on devine plus d'une fois […] Lire la suite

BATAILLES NAVALES (âge de la voile) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michèle BATTESTI
  •  • 1 045 mots

31 juillet-8 août 1588 La Armada Grande (l'Invincible Armada), forte de 130 vaisseaux (dont 60 galions et caraques de guerre) et 30 000 hommes, est envoyée en mai par Philippe II pour envahir l'Angleterre. Harcelée depuis Plymouth par les Anglais, désorganisée par des brûlots, elle livre bataille devant Gravelines le 8 août. La maniabilité des vaisseaux anglais et la puissance de feu de leurs ca […] Lire la suite

BÉTHENCOURT JEAN DE (1360 env.-1425)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 210 mots

Seigneur normand, chambellan de Charles VI, Jean de Béthencourt organisa en 1402 une expédition pour conquérir les îles Canaries ; il vendit ou hypothéqua ses biens pour la financer et en partagea la responsabilité avec Gadifer de La Salle. Cette première tentative fut un échec, et Béthencourt dut recourir à l'aide du roi de Castille Henri III, à qui il prêta hommage pour sa future conquête. Ayant […] Lire la suite

CABOT LES

  • Écrit par 
  • Jean-Marcel CHAMPION
  •  • 595 mots

Navigateurs d'origine italienne. Jean Cabot (1450-1498), sur la vie duquel les renseignements précis et incontestables sont rares, a attaché son nom aux premières navigations anglaises dans l'Atlantique Nord en direction du continent américain. Peut-être né à Gênes, devenu citoyen de Venise, il se consacre au commerce maritime dans la mer Méditerranée avant de s'installer à Bristol, où il pouvait […] Lire la suite

CADIX

  • Écrit par 
  • Charles LESELBAUM
  •  • 351 mots
  •  • 1 média

Située dans la région autonome d'Andalousie, capitale de la province qui porte son nom, Cadix (128 554 hab. en 2007) est bâtie sur un rocher relié au continent par une chaussée étroite et au bord d'une baie ouvrant sur l'océan Atlantique. Cité phénicienne du nom de Gadir, elle passe sous la domination carthaginoise et romaine et s'appelle alors Gades, puis Julia Augusta Gaditana. Elle sera très ra […] Lire la suite

CANADA - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Michel BRUNET, 
  • Alain NOËL
  •  • 19 332 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Premiers explorateurs »  : […] Des Irlandais seraient venus en Amérique du Nord entre 540 et 983. Des Vikings, partis de Norvège, s'étaient installés au Groenland en 982 à la suite d'Éric le Rouge. Un fils de celui-ci, Leif, fonda une colonie norvégienne en Amérique du Nord (1002). Il est encore impossible d'en fixer le lieu. L'archéologue Mallery soutient que les survivants de cette colonie se sont mêlés aux Iroquois. Les Euro […] Lire la suite

CAP-VERT (CABO VERDE)

  • Écrit par 
  • René PELISSIER
  • , Universalis
  •  • 3 973 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'histoire coloniale »  : […] La « découverte », soit par les navigateurs vénitien Alvise da Cá da Mosto et génois Antoniotto Usodimare en 1456, soit par le Portugais Diogo Gomes et le Génois Antonio de Noli en 1460, fait l'objet de débats, mais il est également possible que les îles aient été antérieurement visitées par des Africains. L' archipel désert est divisé en capitânias , concédées au Portugal qui les peuple avec qu […] Lire la suite

CARTIER JACQUES (1491-1557)

  • Écrit par 
  • André VACHON
  •  • 1 503 mots
  •  • 1 média

Le plus grand mérite de Jacques Cartier reste la découverte du Saint-Laurent . Voie extraordinaire de pénétration, ce fleuve, dont on ne soupçonnait même pas l'existence, ouvrait à la France le cœur d'un continent. C'était probablement la découverte la plus importante, en Amérique, depuis celle de Colomb. Elle rendait possible, en tout cas, la venue de Champlain et la fondation d'un royaume frança […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques GODECHOT, Clément THIBAUD, « ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-l-atlantique/