BATAILLES NAVALES (âge de la voile)(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

  • 31 juillet-8 août 1588 La Armada Grande (l'Invincible Armada), forte de 130 vaisseaux (dont 60 galions et caraques de guerre) et 30 000 hommes, est envoyée en mai par Philippe II pour envahir l'Angleterre. Harcelée depuis Plymouth par les Anglais, désorganisée par des brûlots, elle livre bataille devant Gravelines le 8 août. La maniabilité des vaisseaux anglais et la puissance de feu de leurs canons rendent impossible le combat d'abordage, transposition du combat de galères. Poursuivie jusqu'au nord de l'Ecosse, décimée par les tempêtes, l'Armada rentrera avec 65 vaisseaux et 7 500 hommes à Santander en septembre. Cette première bataille où l'artillerie joua un rôle majeur met fin à l'hégémonie navale espagnole.

  • 1652-1654 La première guerre anglo-hollandaise voit l'apparition du vaisseau de ligne, doté d'une artillerie répartie en deux ou trois étages de batteries disposées sur les flancs percés de sabords. Á la bataille de Portland (Dorset), le 2 mars 1653, la formation en ligne de front, héritée des galères, est abandonnée : les Anglais inaugurent pour la première fois le combat en « ligne de file », privilégiant le duel d'artillerie.

  • 11-14 juin 1666 Bataille des Quatre-Jours, victoire hollandaise de l'amiral Ruyter sur les Anglais à l'issue d'un des combats les plus longs et les plus meurtriers des guerres anglo-hollandaises : perte de 17 vaisseaux et de 5 000 hommes côté anglais contre 6 bâtiments et 2 000 hommes côté hollandais. La bataille fait la preuve de la difficulté d'une victoire décisive en raison des tactiques et des matériels alors en usage.

  • 10 juillet 1690 Bataille de Bévéziers (déformation de Pevensey, Sussex). Victoire d'une flotte française de 70 vaisseaux et 28 000 hommes aux ordres de Tourville sur 60 vaisseaux anglo-hollandais (22 vaisseaux anglais et 34 hollandais, 23 000 hommes) commandés par Arthur Herbert. Les coalisés perdent 17 navires (12 hollandais), et 2 100 hommes (dont 2 000 Hollandais) ; les Français ne perdent aucun navire et dénombrent 340 morts. Tourville n'exploita pas sa maîtrise de la Manche.

  • 29 mai-2 juin 1692 Bataille de La Hougue (est du Cotentin), pendant la guerre de la Ligue d'Augsbourg. Revanche anglo-hollandaise sur la flotte française de Tourville qui perd 15 vaisseaux sur 44. Louis XIV renonce à son projet d'envahir l'Angleterre.

  • 20-21 novembre 1759 Bataille des Cardinaux (du nom de quatre rochers près de l'île de Hoëdic), au large de l'estuaire de la Vilaine. Cuisante défaite française infligée par une escadre anglaise de 34 vaisseaux et 2 000 canons commandée par l'amiral Hawkes : 7 vaisseaux sont coulés ou détruits sur les 21 du marquis de Conflans, dont le Soleil Royal, navire-amiral de 120 canons qui préfère se saborder, contre deux vaisseaux ennemis. Cette bataille décida de l'issue de la guerre de Sept Ans.

  • 5 septembre 1781 Bataille de la baie de Chesapeake, tournant majeur de la guerre d'indépendance des colonies d'Amérique, où s'affrontent les escadres française et anglaise. Elle est remportée par l'amiral de Grasse sur l'amiral Thomas Graves, qui a laissé son adversaire, surpris au mouillage, sortir de la baie et livrer un combat classique en ligne de file. Le siège de Yorktown, où s'est retranché le général Cornwallis avec 7 500 hommes peut ainsi continuer, jusqu'à sa capitulation le 19 octobre.

  • 12 avril 1782 Revanche anglaise à la bataille des Saintes (Caraïbes). L'escadre de l'amiral de Grasse (33 vaisseaux) s'apprêtait à attaquer la Jamaïque avec l'aide d'un corps expéditionnaire espagnol. Les 36 vaisseaux commandés par George Rodney la détruisent, adoptant pour la première fois la tactique de rupture de la ligne : exploitant une fausse manœuvre française, Rodney ordonne à ses vaisseaux de virer à 90 degrés pour tomber perpendiculairement sur la ligne adverse, lui « barrer le T ».

  • 28 mai-1er juin 1794 « Combats de Prairial ». Victoire tactique anglaise de l'amiral Howe qui rompt partiellement le dispositif d'une escadre française (25 vaisseaux) commandée par Villaret-Joyeuse, rejoint par Nielly (6 vaisseaux). Mais victoire stratégique française qui permet, au prix de la perte de 7 vaisseaux, de 2 700 tués ou blessés et de 4 000 prisonniers, le passage d'un convoi céréalier de 126 voiles en provenance des États-Unis.

  • 14 février 1797 Au cap Saint-Vincent (Portugal), victoire des Anglais (15 vaisseaux) commandés par l'amiral John Nervis sur la flotte espagnole (26 vaisseaux) commandée par l'amiral José de Cordova, obtenue grâce [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : secrétaire scientifique du Comité pour l'histoire des anciens combattants

Classification

Pour citer l’article

Michèle BATTESTI, « BATAILLES NAVALES (âge de la voile) - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/batailles-navales-age-de-la-voile-reperes-chronologiques/