CLAUSEWITZ KARL VON (1780-1831)

Le général prussien von Clausewitz n'a remporté que des batailles intellectuelles. Certes, après la défaite de la Prusse et de ses alliés devant Napoléon (Iéna, 1806), il participe à l'édification de la nouvelle armée prussienne : ami de Gneisenau, collaborateur de Scharnhorst, il fait partie de l'équipe des « réformateurs » qui réorganise l'administration et l'armée. Cette partielle « révolution par en haut » avait pour but de faire de la Prusse le centre d'une guerre de libération nationale : morcelée en petites principautés, envahie par Napoléon, l'Allemagne devait conquérir par les armes son unité et sa liberté. Le compromis entre les réformateurs bourgeois et la monarchie fut éphémère ; c'est seulement après la mort de Clausewitz – et dans des conditions différentes – que l'armée prussienne devint l'instrument de l'unité allemande. Le fait d'armes le plus éclatant de Clausewitz est une trahison (il passe aux Russes pour combattre Napoléon, son propre roi et sa propre armée), son seul succès militaire est une négociation réussie (la reddition du corps prussien de la Grande Armée). Après 1815, inconnu, il ronge son frein, écrit De la guerre.

Ses vraies victoires seront posthumes mais éclatantes. Au xixe siècle, l'état-major prussien applique ses leçons, mais également Engels qui fait partager son enthousiasme à Marx. Au xxe siècle, Jaurès reproche à l'état-major français de trop ignorer ce général prussien, tandis qu'en pleine guerre mondiale Lénine annote soigneusement De la guerre (1915) ; il se réclamera de cette autorité aux moments décisifs, lorsqu'il justifie sa rupture avec la IIe Internationale, établit sa stratégie insurrectionnelle, organise l'activité militaire et diplomatique du nouvel État soviétique. Après la Seconde Guerre mondiale, W. Hahlweg a montré comment les erreurs stratégiques des états-majors allemands (1914 et 1940) étaient liées à (voire justifiées par) une interprétation unilatérale et erronée de la leçon clausewitzienne. Les théoriciens de la stratégie nucléaire (dissuasion) retournent à Clausewitz, tandis que les marxistes montrent la filiation qui noue la guerre nationale et la guerre populaire, De la guerre (1831) et De la guerre prolongée (1938, Mao Zedong).

Une pensée universelle

La pensée de Clausewitz doit son universalité aux trois expériences fondamentales à partir desquelles elle s'élabore.

Trois expériences

La première expérience est celle du bouleversement radical qu'introduit dans l'art de la guerre une révolution politique et sociale : « Une force dont personne n'avait eu l'idée fit son apparition en 1793. La guerre était soudain devenue l'affaire du peuple et d'un peuple de 30 millions d'habitants qui se considéraient tous comme citoyens de l'État [...] La participation du peuple à la guerre, à la place d'un cabinet ou d'une armée, faisait entrer une nation entière dans le jeu avec son poids naturel. Dès lors, les moyens disponibles, les efforts qui pouvaient les mettre en œuvre, n'avaient plus de limites définies ; l'énergie avec laquelle la guerre elle-même pouvait être conduite n'avait plus de contrepoids. »

La deuxième expérience est celle de l'ascension aux extrêmes, « forme absolue » de la guerre qu'inaugure Napoléon : « On pourrait douter de la réalité de notre notion d'essence absolue de la guerre si nous n'avions pas eu de nos jours la guerre réelle dans sa perfection absolue. Après la courte introduction de la Révolution française, l'impitoyable Bonaparte l'a vite poussée jusqu'à ce point. Avec lui, la guerre était conduite sans perdre un moment jusqu'à l'écrasement de l'ennemi, les contrecoups se suivaient presque sans rémission. N'est-il pas naturel et[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

André GLUCKSMAN, « CLAUSEWITZ KARL VON (1780-1831) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

Autres références

  • ARMÉE - Doctrines et tactiques

    • Écrit par Jean DELMAS
    • 8 017 mots
    • 3 médias
    L'analyste le plus perspicace de la période 1792-1815 est Karl von Clausewitz, qui en tira une théorie de la guerre dont l'influence persiste encore au xxe siècle. Dépassant le cadre des doctrines militaires proprement dites, cette réflexion sur la nature de la guerre débouche sur une philosophie...
  • ARON RAYMOND (1905-1983)

    • Écrit par Bernard GUILLEMAIN
    • 6 092 mots
    Tout cela conduisait Raymond Aron à écrire Penser la guerre, Clausewitz (Paris, 2 vol., 1976). Lui-même s'est étonné de n'avoir pas produit plutôt un Marx. Il avait longuement médité sur Marx et il en avait dénoncé les contrefaçons dans un essai brillant, D'une sainte famille à l'autre....
  • GUÉRILLA

    • Écrit par Pierre DABEZIES
    • 8 221 mots
    • 5 médias
    La Révolution française change nombre de données. Fondée sur une idéologie radicale et bientôt conquérante, non seulement elle suscite des réactions vives – on pense encore à la Vendée –, mais elle transforme les règles du jeu guerrier. Les vieilles armées sont submergées par ces forces d'un genre...

Voir aussi