CLAUSEWITZ KARL VON (1780-1831)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le général prussien von Clausewitz n'a remporté que des batailles intellectuelles. Certes, après la défaite de la Prusse et de ses alliés devant Napoléon (Iéna, 1806), il participe à l'édification de la nouvelle armée prussienne : ami de Gneisenau, collaborateur de Scharnhorst, il fait partie de l'équipe des « réformateurs » qui réorganise l'administration et l'armée. Cette partielle « révolution par en haut » avait pour but de faire de la Prusse le centre d'une guerre de libération nationale : morcelée en petites principautés, envahie par Napoléon, l'Allemagne devait conquérir par les armes son unité et sa liberté. Le compromis entre les réformateurs bourgeois et la monarchie fut éphémère ; c'est seulement après la mort de Clausewitz – et dans des conditions différentes – que l'armée prussienne devint l'instrument de l'unité allemande. Le fait d'armes le plus éclatant de Clausewitz est une trahison (il passe aux Russes pour combattre Napoléon, son propre roi et sa propre armée), son seul succès militaire est une négociation réussie (la reddition du corps prussien de la Grande Armée). Après 1815, inconnu, il ronge son frein, écrit De la guerre.

Ses vraies victoires seront posthumes mais éclatantes. Au xixe siècle, l'état-major prussien applique ses leçons, mais également Engels qui fait partager son enthousiasme à Marx. Au xxe siècle, Jaurès reproche à l'état-major français de trop ignorer ce général prussien, tandis qu'en pleine guerre mondiale Lénine annote soigneusement De la guerre (1915) ; il se réclamera de cette autorité aux moments décisifs, lorsqu'il justifie sa rupture avec la IIe Internationale, établit sa stratégie insurrectionnelle, organise l'activité militaire et diplomatique du nouvel État soviétique. Après la Seconde Guerre mondiale, W. Hahlweg a montré comment les erreurs stratégiques des états-majors allemands (1914 et 1940) étaient liées à (voire justifié [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  CLAUSEWITZ KARL VON (1780-1831)  » est également traité dans :

ARMÉE - Doctrines et tactiques

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 7 992 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Politique, technique et forces morales »  : […] La période 1789-1815 est riche d'enseignements. Le souvenir des guerres révolutionnaires et impériales, la manœuvre napoléonienne ont hanté la pensée militaire pendant plus d'un siècle et l'ont hypothéquée gravement pour plusieurs raisons. Alors que Napoléon excellait à adapter ses conceptions aux circonstances, ses commentateurs comme A. Jomini et les théoriciens du xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armee-doctrines-et-tactiques/#i_23597

ARON RAYMOND (1905-1983)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 6 089 mots

Dans le chapitre « L'homme et la stratégie : Marx ou Clausewitz »  : […] Il y a aussi une nécessité dans l'évolution d'une œuvre. En 1970, Raymond Aron prononce sa leçon inaugurale au Collège de France, De la condition historique du sociologue et c'est presque un adieu à la sociologie. En revanche, il va publier un ouvrage de pure histoire, République impériale, les États-Unis dans le monde, 1945-1972 (Paris, 1972), où il i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-aron/#i_23597

GUÉRILLA

  • Écrit par 
  • Pierre DABEZIES
  •  • 8 190 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Clausewitz »  : […] La Révolution française change nombre de données. Fondée sur une idéologie radicale et bientôt conquérante, non seulement elle suscite des réactions vives – on pense encore à la Vendée –, mais elle transforme les règles du jeu guerrier. Les vieilles armées sont submergées par ces forces d'un genre nouveau qui manient à la fois masses et idées. La politique exacerbe « la guerre dont le terrible gla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerilla/#i_23597

Voir aussi

Pour citer l’article

André GLUCKSMAN, « CLAUSEWITZ KARL VON - (1780-1831) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-von-clausewitz/