Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BLESSÉS DE GUERRE

Articles

  • ACTION ET DROIT HUMANITAIRES - (repères chronologiques)

    • Écrit par Jean-Pierre CABOUAT
    • 677 mots

    Février-octobre 1863 À l'initiative d'Henry Dunant, création à Genève du Comité international et des Sociétés nationales de secours aux militaires blessés.

    22 août 1864 Signature de la convention de Genève pour l'amélioration du sort des militaires blessés dans les armées en campagne....

  • DAKIN LIQUEUR DE

    • Écrit par Anne RASMUSSEN
    • 1 057 mots

    Les premiers mois de la Grande Guerre firent la démonstration de la gravité sans précédent des blessures provoquées par l’armement moderne. Phénomène nouveau : sous l’effet des projectiles d’artillerie la grande majorité des plaies étaient infectées par des éclats d’obus, billes de shrapnels, débris...

  • FONDATION DE LA CROIX-ROUGE

    • Écrit par Jean-Pierre CABOUAT
    • 280 mots

    Homme d'affaires genevois, Henry Dunant est témoin du carnage de Solferino le 24 juin 1859, bataille marquée par des pertes humaines considérables, effet direct du perfectionnement des armements et de l'augmentation continue des effectifs. Choqué par l'indigence des services sanitaires des armées,...

  • GENÈVE CONFÉRENCE & CONVENTIONS DE (1949)

    • Écrit par Jean DELMAS
    • 1 074 mots
    • 1 média

    Le problème de la protection des victimes de la guerre s'est posé, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, avec une ampleur jamais atteinte. Certaines règles figurant dans les conventions de Genève du 22 août 1864, révisées en 1905, puis en 1929, ainsi que dans les conventions de La...

  • GUERRE

    • Écrit par Jean CAZENEUVE, P. E. CORBETT, Victor-Yves GHEBALI, Q. WRIGHT
    • 14 345 mots
    • 10 médias
    De toutes les restrictions imposées à l'action militaire sur terre et sur mer, les plus efficaces ont été celles qui concernent le traitement desennemis blessés ou faits prisonniers. Au xviie siècle encore, l'usage international laissait leur sort à la discrétion des belligérants. Mais le massacre...
  • GRANDE GUERRE ET SOCIÉTÉ

    • Écrit par Emmanuelle CRONIER
    • 3 554 mots
    • 5 médias
    ...mais le rapatriement des corps doit attendre la fin de la guerre et bien des familles ne parviendront jamais à obtenir le retour des corps des disparus. L’armistice du 11 novembre 1918, s’il met fin au conflit le plus meurtrier que la France ait alors connu, laisse un pays exsangue. La démobilisation est...
  • GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - La santé aux armées

    • Écrit par Anne RASMUSSEN
    • 4 542 mots
    • 1 média
    ...l’armée et de la nation contre les maladies contagieuses, et à organiser la prise en charge, le triage, le transport, l’hospitalisation et le soin des blessés. Au cours des décennies qui précèdent la Grande Guerre, fruit d’une professionnalisation, le corps médical militaire a obtenu la responsabilité...
  • SOUFFLE, traumatologie

    • Écrit par René NOTO
    • 857 mots

    Le traumatisme par effet de souffle ou blast injury des auteurs anglo-saxons, bien individualisé cliniquement depuis la Seconde Guerre mondiale, regroupe l'ensemble des lésions et des troubles constatés chez des patients soumis aux effets d'une explosion. Ces lésions sont provoquées par l'onde...

Médias

Évacuation de blessés lors de l'offensive de Champagne de septembre
    1915 - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Évacuation de blessés lors de l'offensive de Champagne de septembre 1915

Jeune Angolais victime d'une mine antipersonnel - crédits : James F Housel/ The Image Bank/ Getty Images

Jeune Angolais victime d'une mine antipersonnel

L'enfer des tranchées - crédits : Encyclopædia Universalis France

L'enfer des tranchées

Poste de secours en 1917 - crédits : Frank Hurley/ Three Lions/ Getty Images

Poste de secours en 1917