BOUTHOUL GASTON (1896-1980)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Juriste et sociologue, docteur en droit et docteur ès lettres, Gaston Bouthoul aurait pu s'engager dans une carrière universitaire classique qui eût été assurément brillante. Mais ce non-conformiste tranquille a craint d'aliéner ainsi une trop grande part de sa liberté. Entré au barreau (il fut notamment l'avocat d'Henri Langlois, directeur de la Cinémathèque), il n'en a pas moins utilisé ses dons pédagogiques en enseignant à l'École des hautes études sociales. Cependant, l'essentiel de son œuvre est ailleurs, dans cette vingtaine de livres et ces innombrables articles qu'il a consacrés à la discipline dont le nom restera associé au sien : la polémologie. Ce nom de polémologie, c'est Bouthoul lui-même qui l'a forgé pour désigner une branche des sciences sociales dont il s'est attaché à définir l'objet et les méthodes. On comprend mieux les raisons et la nature de cette création si l'on se rappelle le désenchantement durable que le second conflit mondial avait laissé dans les esprits des pacifistes. Les élans du cœur les objurgations de la morale, les professions de foi iréniques qui avaient surabondé après 1918 dans les milieux de la S.D.N. et dans l'opinion des nations démocratiques, tout avait basculé dans les affrontements, les dévastations et les tueries de la Seconde Guerre mondiale.

Doué d'une vive sensibilité, mais formé aux méthodes positives de l'école de Durkheim, Bouthoul a cherché, pour préserver la paix, une méthode plus efficace que les colères et les adjurations du pacifisme. Il a compris qu'il fallait d'abord désacraliser la guerre, lui enlever cette aura de surnaturel – diabolique ou divin – qui empêche de la regarder en face longuement, froidement, sans en être fasciné.

Il a donc voulu observer en savant le « phénomène guerre ». Très vite, il est parvenu à l'idée que l'alternance constante de la guerre et de la paix dans l'histoire des sociétés humaines ne pouvait être due au hasard, non plus qu'à la malignité des gouvernants ou à la méchanceté des peuples. Cette répétition indéfinie signifiait à ses yeux que la guerre n'était pas absurde, qu'elle recelait un logos, qu'elle avait une raison d'être et exerçait une fonction. Quelle fonction ? Ici, une simple application de la méthode des résidus suggérait à Bouthoul la réponse. La guerre enrichit ou appauvrit, elle abat les régimes ou elle les consolide ; elle peut répandre la civilisation ou l'éteindre. Un seul de ses effets survient infailliblement, c'est qu'elle tue. La fonction de la guerre semble donc bien être la régulation démographique. L'idée avait été développée par le stoïcien Chrysippe, qui y admirait un aspect de la parfaite harmonie de l'Univers. Bouthoul était trop humain pour tirer de sa découverte de semblables satisfactions. Il en fut au contraire si abattu qu'il donna pour un temps une orientation différente à ses recherches. Mais une autre pensée lui permit d'envisager l'âpre vérité sous un jour moins désespérant : la prise de conscience des déterminismes particuliers peut être un moyen d'échapper au déterminisme absolu. Ainsi, c'est lorsqu'on a accepté de voir que la guerre a une fonction que l'on peut espérer la vaincre en lui trouvant un substitut plus rationnel et moins onéreux. Ce substitut, c'est ce que Bouthoul a appelé le « désarmement démographique », en d'autres termes le maintien du niveau de la population en deçà du point où il provoque inéluctablement des « tensions belligènes ». Tout le problème est évidemment de déterminer quel est ce point. Bouthoul a proposé sa solution dans un de ses livres les plus techniques, La Surpopulation dans le monde (1958). Refusant la notion d'optimum de population, à laquelle il reproche d'être à la fois statique et a priori, il lui substitue la notion « relativiste et a posteriori » de surpopulation. « Tout se passe comme s'il y avait surpopulation », selon lui, dans les trois cas suivants : stagnation du niveau de vie coincidant avec une hausse de la production, baisse du niveau de vie et production stationnaire, baisse du niveau de vie et production en progrès. Encore faut-il ajouter à ces facteurs démo-économiques des facteurs psychologiques, particulièrement importants à l'époque des mass media. Bouthoul considère, en effet, que « lorsque, sous l'influence de l'imitation, il existe dans une population une très forte aspiration à adopter un niveau de vie plus élevé, cette aspiration, à elle seule, équiv [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'Université libre de Bruxelles

Classification

Autres références

«  BOUTHOUL GASTON (1896-1980)  » est également traité dans :

GUERRE

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE, 
  • P. E. CORBETT, 
  • Victor-Yves GHEBALI, 
  • Q. WRIGHT
  •  • 14 315 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Causes de la paix et plans de paix »  : […] On peut chercher les causes de la paix dans la disparition des causes de guerre. Très souvent, on a été conduit ainsi à dépasser le niveau des faits politiques ou militaires pour s'attacher aux impulsions agressives qui, plus profondément, ont leur siège dans la psychologie individuelle. La pacification définitive tiendrait alors à une amélioration du genre humain. Mais, à ces vues séduisantes, on […] Lire la suite

POLÉMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Michel-Henri GIÈS
  •  • 3 837 mots

La polémologie est née en 1945 d'une réflexion sur l'échec du pacifisme. Constatant que les condamnations successives de la guerre n'avaient jamais réussi à la prévenir, Gaston Bouthoul, puis les chercheurs qui ont travaillé avec lui, ont voulu explorer des voies nouvelles en adoptant pour principe : « Si tu veux la paix, connais la guerre. » Sociologie des guerres, la polémologie apporte un savo […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé SAVON, « BOUTHOUL GASTON - (1896-1980) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-bouthoul/