SIX GROUPE DES, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La musique du groupe des Six représente une réaction aussi bien contre le wagnérisme et ses émules nouveaux (Richard Strauss) que contre l'impressionnisme debussyste, voire contre le ravélisme. D'un côté, une harmonie chargée, un chromatisme exacerbé, de l'autre, des nuances toujours diffuses et estompées. Il y a la réaction stravinskienne, la réaction schönbergienne, la réaction régérienne ; mais celle des Six emprunte une autre voie. La musique ne fait que gagner en complexité ; c'est l'essor de l'atonal, du polytonal, du polyrythmique, du grossissement des effectifs orchestraux. La surcharge menace d'envahir l'art musical. Quelque diffus qu'il puisse apparaître, le besoin de simplifier la trame, de clarifier le discours, de laisser se décanter l'expression, de faire souffler un vent d'humour et de pittoresque léger dans la musique sont là bien présents. Le groupe des Six va s'employer à incarner de tels désirs.

C'est le critique Henri Collet, rédacteur musical du journal Comœdia, qui, de son propre chef, donna un nom à ce groupe ; il intitula un de ses articles (où l'on voit le parallèle avec les Russes et l'origine de son expression) « Un livre de Rimski et un livre de Cocteau, les Cinq Russes, les Six Français et M. Erik Satie » (janv. 1920), puis publia un second article, « Les Six Français » ; ces musiciens sont Darius Milhaud, Francis Poulenc, Arthur Honegger, Georges Auric, Louis Durey et Germaine Tailleferre.

Darius Milhaud

Photographie : Darius Milhaud

Le pianiste et compositeur français Darius Milhaud dans les studios de la B.B.C. à Londres, en 1969. 

Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Une création spontanée

Henri Sauguet a pu parler, à propos de la naissance de ce groupe, de « phénomène de création spontanée ». Ce n'est pas, de fait, une volonté esthétique préalable qui a présidé à la réunion de ces compositeurs. Pourtant, l'affirmation n'est vraie qu'à moitié, car quelques-uns d'entre eux se réunissaient déjà à Paris et avaient proposé de s'appeler les Nouveaux Jeunes. Quelques jeunes musiciens furent, en effet, fortement attirés par les représentations du ballet Parade, de Satie pour la musique, de Cocteau pour le livret, de Picasso pour les costumes et les décors, de Massine pour la chorégraphie, et qui avait été créé par les Ballets russes en 1917. Le scandale fut grand ; l'œuvre, avec ses allures à la fois naïves et provocantes, heurtait de front les habitués récents des finesses chatoyantes de l'impressionnisme. On croyait voir une parenté révolutionnaire entre Parade et les excentricités de la littérature d'Apollinaire et de la peinture de Picasso. Blaise Cendrars prit l'initiative de réunir autour de Satie quelques musiciens et de faire entendre leur musique lors de concerts où seraient aussi présentées les œuvres de la poésie nouvelle (Apollinaire, Max Jacob, Reverdy, Radiguet, Cendrars, Cocteau), d'abord dans l'atelier du peintre Lejeune, ensuite au théâtre du Vieux-Colombier que dirigeait Jeanne Bathori (1918). C'est alors que les musiciens qui se réunissaient ainsi se regroupèrent et prirent le nom de Nouveaux Jeunes. Il y avait Auric, Durey, Honegger et Tailleferre. Milhaud était au Brésil, avec Claudel ; Honegger, qui avait été le condisciple de Milhaud au Conservatoire de Paris, lui proposa qu'on l'intégrât au groupe. Ce n'est que plus tard que Poulenc les rejoignit, et c'est là-dessus qu'intervint Henri Collet. On remarquera que ces artistes possédaient des personnalités très différentes.

Se sont-ils vraiment reconnus dans les articles de Jean Cocteau (Paris-Midi, 1919, et Le Coq, 1920) réunis dans Le Coq et l'Arlequin, véritable manifeste de cette école informelle ? On en peut discuter. Un poète dictant leurs impératifs à des musiciens ! Sans formuler leurs projets de manière aussi brutale que Satie (« Toutes ces sociétés, la Nationale, la S.M.I. [Société musicale indépendante], ça joue la musique des autres ! Nous, on va faire une société pour jouer notre musique »), ils auraient pu en accepter le propos comme signe d'une volonté de renouveau. Le théoricien Cocteau félicite ses amis de « s'évader d'Allemagne » et de « chanter dans leur arbre généalogique ». Pour ce faire, il suffit d'écouter la musique des bals populaires et des cafés-concerts. Wagner, voilà l'ennemi ! Debussy lui-même a succombé au charme des sirènes germaniques et n'a su éviter « le piège russe ». Un seul modèle : Erik Satie, le poète des « petits riens » ! « Après tant de drames dont le xixe siècle s'était repu, les nuages se dissipaient et s'éclaircissait le ciel musical : le temps des concerts champêtres était venu. » (Roger Delage).

Remarquons, par ailleurs, que si le nombre six a été retenu, il aurait pu avec une justesse non moins grande être remplacé par un sept, un huit ou un neuf : on pense à Roland-Manuel, à Pierre Menu ou à Henri Cliquet-Pleyel. Quoi qu'il en soit, chacun des Six a mené son évolution esthétique comme bon lui a semblé. On citera pour l'anecdote plus que pour leur valeur signifiante les deux œuvres qu'il créèrent en commun : une série de pièces pour piano, Album des Six, et un ballet, Les Mariés de la tour Eiffel (livret de Cocteau et Jan Börlin, décors de Jean Victor-Hugo, et pour la musique, Ouverture d'Auric, Discours du général de Poulenc, Quadrille de Tailleferre, Marche nuptiale de Milhaud, Marche funèbre d'Honegger). L'œuvre fut créée par les Ballets suédois en 1920. On n'essayera pas ici de scruter les oppositions ni de déterminer toutes les affinités qui éloigneraient ou relieraient ces artistes. On relèvera tout au plus quelques analogies et, tout d'abord, un besoin d'exalter le rythme et la danse, en dehors de théories esthétiques a priori et systématiques ; mais de cela, on trouverait également des signes chez Stravinski ou chez Schmitt qui partagent le souci de la simplicité d'écriture – au sens de dépouillement, de bannissement des artifices trop voyants, et non de pauvreté d'invention. On insistera enfin et surtout sur le sens de l'humour, par lequel ils apparaissent comme typiquement français et aussi comme se rattachant tous, par quelque côté, à Satie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Darius Milhaud

Darius Milhaud
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Francis Poulenc

Francis Poulenc
Crédits : Ron Burton/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification

Autres références

«  SIX GROUPE DES, musique  » est également traité dans :

AURIC GEORGES (1899-1983)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 061 mots
  •  • 2 médias

Cadet du groupe des Six, Georges Auric n'a jamais occupé le devant de la scène musicale comme Honegger, Poulenc ou Milhaud . Sa carrière s'est toujours déroulée en marge des circuits habituels ; il a touché à tous les genres avec une égale réussite. Après des études au Conservatoire de Montpellier — Georges Auric est né à Lodève, dans l'Hérault, le 15 février 1899 —, il vient se perfectionner au C […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Musique de film

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 6 507 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La musique du sonore »  : […] C'est à partir de 1932 que la musique de fosse s'affirma de nouveau. Il est difficile d'en déterminer les causes. Il semblerait cependant que l'immense succès de City Lights ( Les Lumières de la ville ), de Charles Chaplin (1931), ait joué là un rôle. Ennemi des talkies , le créateur de Charlot avait, contre vents et marées, produit un film résolument muet avec, pour seule concession à la nouvell […] Lire la suite

COCTEAU JEAN (1889-1963)

  • Écrit par 
  • Christian DOUMET
  •  • 2 384 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les succès du jeune homme »  : […] Il est des œuvres qui s'édifient loin du public, d'autres qui s'adressent à lui et attendent ses réponses pour rebondir. D'emblée, celle de Cocteau appartient au second genre, celui des « coqueluches » et des enfants maudits. À dix-neuf ans, il est fêté par le tout-Paris. On organise une matinée théâtrale où sont présentées les œuvres du jeune poète. Il n'avoue coquettement que dix-huit ans. Le su […] Lire la suite

DUREY LOUIS (1888-1979)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 824 mots
  •  • 1 média

Aîné du groupe des Six, Louis Durey s'est rapidement situé en marge de l'action de ses amis . Sa réserve naturelle n'avait rien de commun avec les éclats un peu tapageurs des Six à leurs débuts et, s'il a toujours conservé des liens amicaux étroits avec ses camarades, son appartenance au groupe des Six repose davantage sur le hasard que sur des raisons esthétiques. Louis Durey voit le jour le 27 m […] Lire la suite

HONEGGER ARTHUR (1892-1955)

  • Écrit par 
  • Antoine GOLÉA
  •  • 1 350 mots
  •  • 2 médias

Avec Georges Auric, Louis Durey, Darius Milhaud, Francis Poulenc et Germaine Tailleferre, Arthur Honegger fait partie, en 1920, du groupe des Six, c'est-à-dire de la révolution musicale parisienne d'après la Première Guerre mondiale . Avec le Roi David , en 1921, il la transcende et se hisse, en pleine gloire, au classicisme intemporel. Depuis cet oratorio, et jusqu'à la fin de sa vie, il compose […] Lire la suite

MILHAUD DARIUS (1892-1974)

  • Écrit par 
  • Paul COLLAER, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 798 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « À un tournant de la musique »  : […] Depuis des siècles, la famille Milhaud était provençale et pratiquait le négoce des amandes. Darius naît le 4 septembre 1892 à Aix-en-Provence. Il se désignera comme « Français de Provence, de religion israélite ». À six ans, il joue déjà du violon. En 1904, l'audition du Quatuor de Debussy est une révélation. Ses amis intimes à Aix étaient le poète Léo Latil et Armand Lunel, écrivain et historie […] Lire la suite

POULENC FRANCIS

  • Écrit par 
  • Jean ROY
  •  • 1 615 mots
  •  • 2 médias

Avec Arthur Honegger et Darius Milhaud, Francis Poulenc est l'un des trois compositeurs du groupe des Six dont l'œuvre a acquis aujourd'hui une renommée internationale. On ne saurait mieux caractériser cet artiste qu'en le disant « musicien français » par excellence. Francis Poulenc est français en effet par la clarté, le sens des proportions, la sensualité et l'imagination visuelle. La musique p […] Lire la suite

TAILLEFERRE GERMAINE (1892-1983)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 824 mots
  •  • 1 média

Quelques mois après la disparition de Georges Auric, celle de Germaine Tailleferre a achevé l'aventure du groupe des Six dont elle était la dernière survivante, aventure éphémère s'il en fut . Ce groupe était né d'une critique d'Henri Collet dans le journal Comœdia en 1919, à l'occasion d'un concert réunissant des œuvres de six jeunes compositeurs, qui présentaient cependant trop peu de points co […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-22 février 1995 Algérie. Le ramadan marqué par de nombreuses violences

musique raï dans le pays, sera assassiné à Oran le 15. Le Mouvement pour la République, dirigé par Saïd Sadi et qui regroupe des organisations « démocrates » hostiles aux islamistes, appellera le 16 les Algériens à l'autodéfense. Le 11, l'attaque du poste frontière tunisien de Tamerza, revendiquée le 20 par le Groupe islamique armé (G.I.A.), cause  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « SIX GROUPE DES, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-des-six-musique/