HONEGGER ARTHUR (1892-1955)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec Georges Auric, Louis Durey, Darius Milhaud, Francis Poulenc et Germaine Tailleferre, Arthur Honegger fait partie, en 1920, du groupe des Six, c'est-à-dire de la révolution musicale parisienne d'après la Première Guerre mondiale.

Le groupe des Six

Photographie : Le groupe des Six

Les compositeurs du groupe des Six, en compagnie de Jean Cocteau au piano. De gauche à droite : Darius Milhaud, Georges Auric, Arthur Honegger, Germaine Tailleferre, Francis Poulenc et Louis Durey. 

Crédits : Bettmann/ Getty Images

Afficher

Avec le Roi David, en 1921, il la transcende et se hisse, en pleine gloire, au classicisme intemporel. Depuis cet oratorio, et jusqu'à la fin de sa vie, il compose selon son génie, sans se soucier des écoles et des modes. Après sa mort, alors que les novateurs du jour relèguent son œuvre, le public lui fait fête et elle se dresse comme celle d'une des grandes personnalités du xxe siècle de la musique.

Un Suisse parisien

Né au Havre, de parents suisses, Arthur Honegger a gardé son passeport suisse toute sa vie, et c'était là pour lui plus qu'une commodité, l'expression d'une vérité qu'il ressentait profondément, celle d'une appartenance ancestrale à cette communauté suisse alémanique, branche essentielle du germanisme, qui a produit des écrivains comme Gottfried Keller et Conrad Ferdinand Meyer, et dont lui-même allait être un des protagonistes musicaux les plus puissants du xxe siècle. Mais Arthur Honegger a noué, encore enfant, des liens capitaux avec son pays comme élève du conservatoire de Zurich, en faisant aussi sa vie durant des séjours périodiques en Suisse, où certaines de ses œuvres les plus importantes ont été créées. En même temps, depuis son adolescence, lorsqu'il était l'élève de Lucien Capet, d'André Gédalge, de Charles Marie Widor et de Vincent d'Indy au Conservatoire national de Paris, et jusqu'à sa mort tragique et prématurée, à l'âge de soixante-trois ans, à son domicile parisien, il est resté un enfant du pavé de Paris le plus caractéristique, celui du Montmartre de la place Clichy, dont il pouvait contempler l'animation diurne et nocturne de ses fenêtres. De ce Paris, rien ne l'aurait séparé, et tout l'y attachait, ses amitiés, ses affections, ses grandes amours, sa gloire et le rôle qu'il y joua, essentiellement dans la vie musicale de l'entre-deux-guerres. Lorsque au cours d'une tournée américaine, en 1947, son cœur faillit brusquement s'arrêter et que, miraculeusement sauvé, il put regagner l'Europe, c'est à Paris qu'il revint, pour y vivre encore huit ans d'une vie physiquement diminuée, et y composer avant de s'éteindre ses derniers chefs-d'œuvre qui portent tous l'empreinte de la mort prochaine et sont, comme sa Cinquième Symphonie, déjà autant de Requiems.

Tout au long de sa vie et de sa musique se manifesta la double appartenance nationale et sentimentale d'Arthur Honegger. Ami et camarade de Conservatoire de Darius Milhaud, lié avec Francis Poulenc, il se trouva faisant partie de ce groupe d'amis si disparate qu'Henri Collet baptisa « groupe des Six » et qui fut « animé » par Jean Cocteau. Mais ce dernier plaidait pour le jazz nouvellement importé et pour la musique de cirque, et voulait faire d'Erik Satie le père spirituel du groupe. Aussi, très vite, Honegger s'en détacha-t-il avec une certaine violence, et il alla composer en Suisse, sous l'aile protectrice du mécène de Winterthur, Werner Reinhart, son Roi David, créé en 1921 au théâtre du Jorat, à Mézières, en Suisse romande, sur un texte français du poète René Morax son compatriote. De cette œuvre bâtarde, tenant du théâtre et de l'oratorio, mais géniale par sa musique grande et simple et généreusement inspirée, il sut extraire cet « oratorio avec récitant » qui, créé deux ans plus tard à la salle Gaveau, à Paris, fit passer un souffle d'air pur sur les faibles productions d'une certaine musique française d'après 1918, encouragea Milhaud, Poulenc et même Auric dans leurs propres aspirations secrètes. Honegger devint presque du jour au lendemain le musicien le plus célèbre d'Europe aux côtés d'Igor Stravinski.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Le groupe des Six

Le groupe des Six
Crédits : Bettmann/ Getty Images

photographie

Pacific 231

Pacific 231
Crédits : DeAgostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  HONEGGER ARTHUR (1892-1955)  » est également traité dans :

CHORAL

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY
  •  • 2 554 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le choral après Bach »  : […] Dès la seconde moitié du xviii e  siècle, le choral perd tout contact avec la musique extérieure. À partir du xix e  siècle, en revanche, la musique s'intéresse à nouveau au choral, mais sur l'exemple des maîtres qui l'ont utilisé et non plus à partir de sa source liturgique. Si les chorals insérés à l'occasion par Schumann dans certains recueils de piano sont encore des thèmes traditionnels, on […] Lire la suite

JEANNE D'ARC (1412-1431)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 4 336 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Jeanne après Jeanne »  : […] Jeanne avait de son vivant connu une célébrité due surtout à l'étonnement de voir la Pucelle « passer de la garde des brebis à la tête des armées du roi de France ». Au lendemain de sa mort son souvenir fut tantôt honoré, tantôt exploité, bien que, à la cour et au sommet de la hiérarchie ecclésiastique, on fût porté à faire silence sur elle pour attribuer à Dieu seul et à son intérêt pour la monar […] Lire la suite

MARTENOT MAURICE (1898-1980)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 690 mots

Maurice Martenot a réalisé la synthèse de sa double formation d'ingénieur et de musicien en créant l'instrument qui porte son nom, les ondes Martenot. Ayant vu le jour dans une famille de musiciens (à Paris, le 14 octobre 1898), il pratique le piano et le violoncelle, et suit au Conservatoire de Paris les cours de composition d'André Gédalge. Ses premières recherches sont dirigées autant vers le d […] Lire la suite

MÜNCH CHARLES (1891-1968)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 2 030 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'instinct avant tout »  : […] Son approche de la direction d'orchestre reposait sur l'instinct. Sa façon de répéter n'avait rien de commun avec celle de ses collègues. Il lui arrivait d'écourter ou de supprimer une répétition parce qu'il connaissait ses musiciens peut-être mieux qu'eux-mêmes et qu'il savait qu'il pouvait se reposer sur leur compétence. Les nuances de détail, les mouvements, le feu général de la partition étaie […] Lire la suite

SIX GROUPE DES, musique

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 1 698 mots
  •  • 2 médias

La musique du groupe des Six représente une réaction aussi bien contre le wagnérisme et ses émules nouveaux (Richard Strauss) que contre l'impressionnisme debussyste, voire contre le ravélisme. D'un côté, une harmonie chargée, un chromatisme exacerbé, de l'autre, des nuances toujours diffuses et estompées. Il y a la réaction stravinskienne, la réaction schönbergienne, la réaction régérienne ; mai […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Antoine GOLÉA, « HONEGGER ARTHUR - (1892-1955) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-honegger/