AURIC GEORGES (1899-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le groupe des Six

Le groupe des Six
Crédits : Bettmann/ Corbis

photographie

La Belle et la Bête, J. Cocteau

La Belle et la Bête, J. Cocteau
Crédits : Hulton Getty

photographie


Cadet du groupe des Six, Georges Auric n'a jamais occupé le devant de la scène musicale comme Honegger, Poulenc ou Milhaud. Sa carrière s'est toujours déroulée en marge des circuits habituels ; il a touché à tous les genres avec une égale réussite.

Le groupe des Six

Le groupe des Six

Photographie

Les compositeurs du groupe des Six, en compagnie de Jean Cocteau au piano. De gauche à droite : Darius Milhaud, Georges Auric, Arthur Honegger, Germaine Tailleferre, Francis Poulenc et Louis Durey. 

Crédits : Bettmann/ Corbis

Afficher

Après des études au Conservatoire de Montpellier — Georges Auric est né à Lodève, dans l'Hérault, le 15 février 1899 —, il vient se perfectionner au Conservatoire de Paris où il travaille le contrepoint et la fugue avec Georges Caussade. En 1914, il donne sa première œuvre, Interludes, jouée à la Société nationale. Puis il devient le disciple de Vincent d'Indy et d'Albert Roussel à la Schola Cantorum. En 1917, il compose son premier ballet, Les Noces de Gamache, suivi, deux ans plus tard, d'un opéra-comique, La Reine de cœur ; il détruira ces deux partitions. De sa rencontre avec Darius Milhaud et Jean Cocteau naîtra le groupe des Six, dont le seul point commun est une réaction contre tous les héritages esthétiques, du romantisme à l'impressionnisme. Auric est alors très influencé par Satie, qui fait figure de père spirituel du groupe des Six. Diaghilev lui commande ses premiers ballets (Les Fâcheux, 1924 ; Les Matelots, 1925). En 1930, il aborde la musique de cinéma avec Le Sang d'un poète, de Cocteau. Sa voie est tracée, et c'est surtout dans ces deux directions que se développera sa carrière. D'abord inspecteur général de la musique, il est couvert d'honneurs après l'incroyable succès de Moulin Rouge, partition destinée au film de John Huston (1952) dont la valse lui vaut renommée et fortune. De 1954 à 1977, il est président de la S.A.C.E.M. En 1962, il entre à l'Institut, et, de 1962 à 1968, il est administrateur de la Réunion des [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification


Autres références

«  AURIC GEORGES (1899-1983)  » est également traité dans :

SIX GROUPE DES, musique

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 1 697 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Georges Auric »  : […] À l'instar de Satie, Georges Auric (1899-1983) avait le sens de l'humour et se gaussait gentiment de ceux qui faisaient naître l'histoire de la musique à l'école de Vienne. Infatigable producteur pour la scène et l'écran, il a donné ses lettres de noblesse au genre nouveau de la musique de film. Sa musique de chambre pour la voix, pour le piano ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-des-six-musique/#i_5106

TAILLEFERRE GERMAINE (1892-1983)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 824 mots
  •  • 1 média

Quelques mois après la disparition de Georges Auric, celle de Germaine Tailleferre a achevé l'aventure du groupe des Six dont elle était la dernière survivante, aventure éphémère s'il en fut . Ce groupe était né d'une critique d'Henri Collet dans le journal Comœdia en 1919, à l'occasion d'un concert réunissant des œuvres de six jeunes compositeurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/germaine-tailleferre/#i_5106

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « AURIC GEORGES - (1899-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-auric/