GRÈCE ANTIQUE (Civilisation)La cité grecque

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« La cité grecque (polis) est une communauté de citoyens entièrement indépendante, souveraine sur les citoyens qui la composent, cimentée par des cultes et régie par des nomoi [lois] » (André Aymard). Cette définition vaut pour l'époque classique (ve-ive siècle av. J.-C.), et fournit un point de départ acceptable pour l'étude d'un phénomène dont on peut suivre l'évolution du viiie siècle avant J.-C. (certains remontent plus haut) à la fin de l'Empire unifié (392) et au-delà. Géographiquement, il y eut des cités grecques depuis Alexandrie d'Arachosie (Kandahar) en Afghanistan (et même plus loin vers l'est, mais il n'en reste pas de traces) jusqu'aux côtes méditerranéennes d'Espagne (Emporion-Ampurias), depuis Ptolémaïs en Haute-Égypte jusqu'à Olbia aux bouches du Dniepr.

Un paradoxe vaut d'être signalé : si l'on excepte l'oraison funèbre de Périclès dans l'œuvre de Thucydide, on ne possède pas de traités théoriques de la démocratie véritable. Protagoras, qui fut peut-être le seul grand théoricien démocrate, n'est connu que par les allusions de Platon. Les théoriciens du ive siècle, Platon plus encore qu'Aristote, tout en poussant jusqu'à ses conséquences les plus extrêmes l'idéal de la cité une et souveraine, se préoccupent d'assurer la souveraineté réelle à d'autres qu'aux citoyens : dieux, rois, philosophes, collèges de prêtres. Ainsi procédera l'époque hellénistique. Sous sa forme la plus haute et la plus neuve la cité grecque n'est connue que masquée.

Au vrai, la cité grecque, dès qu'elle est constituée comme forme politique, ne cesse d'être en crise. Dès le milieu du viie siècle, la plupart des villes importantes sont déchirées par des conflits internes qui opposent tantôt les « nobles » et le peuple, tantôt les grandes familles entre elles. Tyrans et législateurs interviennent et, pour un temps, établissent un équilibre provisoire. À ces contradictions s'ajoutent les rivalités entre États voisins, qui ne cessent de guerroyer : dans la Grèce pré-classique, la paix n'est qu'un bref intermède entre les campagnes militaires ; la cité victorieuse n'attend de sa victoire qu'un autre avantage à conquérir ; la vaincue, déjà, prépare la revanche.

Cependant, tout se passe comme si le début du ve siècle coïncidait avec une radicalisation de cette situation critique ; et comme si, du coup, les formes culturelles capables de réfléchir sur celle-ci, de l'exprimer clairement, d'explorer d'éventuelles solutions, parvenaient à définir leur statut. Deux événements semblent, ici, déterminants : l'instauration à Athènes d'un régime dont le caractère démocratique s'affirme de plus en plus nettement, une démocratie qui n'est plus comprise comme « pouvoir du peuple », mais comme isonomie (égalité devant la loi) et comme possibilité effective pour chaque homme libre de participer au pouvoir, désormais « au milieu » ; les guerres médiques, qui par deux fois secouent la Grèce, font apparaître concrètement ses divisions et, malgré tout, réveillent l'espoir d'une unité qui ferait du peuple d'Hellade une force invincible. La crise atteint à son point le plus haut : elle s'y maintient jusqu'en 338, jusqu'au moment où Philippe le Macédonien, à la tête de ses phalanges quasi barbares, règle autoritairement le problème.

Or, en moins d'un siècle et demi, de la première invasion perse (490) à la bataille de Chéronée (338) qui signe l'acte de décès de la cité, la pensée grecque invente, devant ce désordre historique, devant ces luttes sanglantes, un genre nouveau et positif, qui va se déposer dans la culture et y peser de tout son poids : la théorie politique. Celle-ci trouve sa voie d'accès privilégiée dans la constitution d'un type de discours, le récit historien, qui se veut délibérément prosaïque. Les deux grandes affaires du ve siècle, les deux conflits, la lutte victorieuse contre l'invasion barbare et la guerre du Péloponnèse (qui oppose la ligue dirigée par Athènes à Sparte et à ses alliés), suscitent des œuvres au sein desquelles commencent à s'articuler des concepts politiques. C'est du destin des sociétés humaines, se jouant loin des dieux et des héros, qu'il est question désormais : sans doute, la nécessité est encore là ; mais elle passe par l'activité des hommes, par les motivations individuelles ou collectives.

Histoire et organisation

Les origines

La cité s'est constituée dans un monde oriental soumis jusqu'alors à des monarchies centralisées et bureaucratiques intégrant sous la domination du souverain (roi-dieu ou roi-prêtre) la nature et les hommes. Toutefois, les Phéniciens semblent avoir tenté d'instaurer des formes politiques qui annoncent celles des Grecs, et dans les « cités » de Mésopotamie, placées souvent sous l'autorité d'un temple, auquel est parfois rattaché le palais, on voit se développer un monde des « portes », jouissant d'une certaine autonomie par rapport au palais et au temple, et un quartier des marchands (où habitent aussi des étrangers), lui aussi plus ou moins autonome.

Les Grecs de l'époque classique ont eu une conception essentiellement logique de la cité. Ils découvraient dans Homère l'existence d'une royauté qui avait presque partout disparu (la double monarchie de Sparte est l'exception la plus notable) ou n'était plus qu'une magistrature annuelle (Athènes), et montraient comment s'étaient succédé royauté, aristocratie de cavaliers, aristocratie d'hoplites, démocraties (souvent précédées de tyrannies). Ou bien encore ils exposaient (Aristote) comment la famille se groupe en villages, les villages en cités, les cités en peuples. Ils n'ont pas cessé d'opposer le citoyen grec, ne devant obéissance qu'aux lois, au sujet ou à l'esclave du monarque oriental ou aux non-civilisés, comme les Cyclopes d'Homère (fin du viiie siècle av. J.-C.) : « Chez eux pas d'assemblées [agorai] où l'on porte le conseil, pas de règlements, ils habitent au haut des monts ou au fond des cavernes et chacun, sans tenir compte d'autrui, règle la vie de sa femme et de ses enfants » (Odyssée, IX, 112-115). Ils ont toutefois totalement ignoré que leurs institutions monarchiques étaient très proches de celles de l'Orient ancien, ce qu'a précisément montré l'archéologie et, tout récemment (1933), le déchiffrement des tablettes écrites en linéaire B de Cnossos, Mycènes, Py [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Acropole, Athènes

Acropole, Athènes
Crédits : George Grigoriou/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Agora d'Athènes (reconstitution)

Agora d'Athènes (reconstitution)
Crédits : American School of Classical Studies at Athens

photographie

Aristophane – Athènes

Aristophane – Athènes
Crédits : Bettmann/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, professeur de philosophie à l'université de Paris-VIII-Saint-Denis
  • : directeur d'études émérite, École des hautes études en sciences sociales, Paris

Classification

Autres références

«  GRÈCE ANTIQUE  » est également traité dans :

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grèce antique jusqu'à Constantin

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 11 756 mots
  •  • 6 médias

Rien ne semblait a priori destiner la péninsule grecque à être le centre d'une des plus brillantes civilisations de l'histoire, de la première surtout qui sut poser les problèmes auxquels l'homme n'a pas encore fini de chercher des réponses. Le pays est en effet aride, le relief compartimenté, le climat rude l'hiver, chaud l'été. Peu de grandes plaines, sauf dans le Nord (Macédoine, Thessalie). Ai […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La colonisation grecque

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 2 793 mots
  •  • 1 média

Les Grecs qui s'étaient établis dans la péninsule des Balkans au début du IIe millénaire commencèrent à émigrer dans le bassin de la Méditerranée à partir du viiie siècle avant J.-C. Ce mouvement de colonisation devait avoir des conséquences extrêmement importantes sur l'évolution des […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grande-Grèce

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 3 358 mots

Le nom de Grande-Grèce apparaît pour la première fois dans l'œuvre de l'historien Polybe. Mais il est probable que les Grecs l'employèrent dès une époque plus ancienne pour désigner la partie méridionale de la péninsule italienne, où, depuis le milieu du viiie siècle, les Grecs venus du continent avaient établi d […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - L'homme grec

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE
  •  • 8 576 mots

La civilisation occidentale est fondée sur un petit nombre de principes qui donnent à la vie humaine son sens et sa valeur. Ces principes ont été formulés en Occident, pour la première fois et de façon définitive, par des Grecs. C'est ce qu'il importe de rappeler : après un demi-siècle de terribles vicissitudes, et alors que l'homme occidental est attaqué de toutes parts, il n'est peut-être pas ma […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 054 mots
  •  • 8 médias

Les caractères dominants de la religion grecque apparaissent d'emblée : il s'agit d'un polythéisme qui s'est enrichi par l'adjonction progressive de nouvelles divinités ; les dieux sont conçus sous forme anthropomorphisée, encore que les traces de vieux cultes animistes de la pierre, de la plante, de l'animal soient […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Joseph MOGENET, 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 8 251 mots
  •  • 2 médias

Si abondante qu'elle soit par les œuvres conservées, si étendue qu'elle ait été dans le temps, puisqu'elle s'étale du viiie siècle avant J.-C. au vie siècle de notre ère, la littérature grecque ancienne s'est concentrée essentiellement – à une exception majeure près, celle d'Homère – sur une courte périod […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Théâtre et musique

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • François JOUAN
  •  • 5 725 mots
  •  • 2 médias

Parmi les créations les plus remarquables de la Grèce figure celle du genre théâtral, tragique et comique. Les premiers, les Grecs ont imaginé de produire devant le peuple assemblé, dans un dialogue réglé, des acteurs incarnant des héros des anciens mythes ou de simples hommes de la société contemporaine et de les int […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Urbanisme et architecture

  • Écrit par 
  • Roland MARTIN
  •  • 4 725 mots
  •  • 7 médias

Symbole des mouvements de colonisation qui amenèrent, au viiie siècle avant notre ère, l'installation des Grecs en Sicile et en Italie méridionale, les villes grecques de Sicile illustrent encore, par l'ampleur et la beauté de leurs ruines, par la qualité de leurs œuvr […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce

  • Écrit par 
  • Pierre DEVAMBEZ, 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 18 521 mots
  •  • 26 médias

Le sort de l'art grec à partir de la fin de l'Antiquité est des plus étranges. C'est un art qui n'est connu directement que depuis peu, et dont pourtant on n'a cessé des siècles durant de se recommander, qu'on s'est efforcé d'imiter, qu'on a de confiance admiré. Cette admiration remontait aux temps les plus anciens : il était à peine né que déjà les riches Étru […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Fonctions de l'image

  • Écrit par 
  • François LISSARRAGUE
  •  • 4 759 mots
  •  • 1 média

On a pu décrire la civilisation grecque comme une civilisation de la parole politique, et bien des auteurs, en particulier Platon, insistent sur la primauté du logos, de la parole vivante, opposée à l'écrit, inerte, et à l'image, muette. Mais la Grèce est en même temps à nos yeux, et déjà aux yeux des Romains qui l'ont conquise, la terre de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François CHÂTELET, Pierre VIDAL-NAQUET, « GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La cité grecque », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-la-cite-grecque/