OST

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme (en latin hostis) désignant le service militaire féodal dont les dépenses sont à la charge du vassal. L'ost est dû par tout vassal à son seigneur. À l'origine illimité, il est réduit ensuite à quarante jours par an ; parfois restreint à une zone proche du territoire occupé par le fief, il est évalué en nombre d'hommes armés, qui varie suivant l'importance du fief. Les villes y ont été assujetties, parce que toutes proviennent du démembrement d'un fief dont elles amoindrissent la capacité économique : or le fief reste à défendre. Si les clercs, les filles et les veuves, les malades et les vieillards en sont exemptés, ils doivent toutefois verser une somme d'argent en vue d'apporter leur propre contribution à la défense de leur fief. Avec le développement des techniques militaires et l'extension des conflits au niveau national (guerre de Cent Ans), le service de l'ost est apparu comme dépassé dès le xve siècle, les barons pouvant se retirer avec leurs troupes au milieu d'une campagne si leur temps était accompli. Il est remplacé par le paiement d'une somme, forfaitaire, qui sert au roi à payer des mercenaires et à entretenir une armée de métier.

—  Anne BEN KHEMIS

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur à la Bibliothèque nationale de Tunis

Classification


Autres références

«  OST  » est également traité dans :

BAN & ARRIÈRE-BAN

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 126 mots

Dans le système féodal, les vassaux, ou titulaires de fiefs, doivent au seigneur, donc au roi en particulier, un temps de service militaire, le service d'ost : ils forment le ban. En cas de grand péril, les seigneurs procèdent à la levée en masse de tous les hommes, vassaux et paysans : c'est l'arrière-ban, service sans limitation de durée. Dès la fin du Moyen Âge, il devient possible pour chaque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ban-et-arriere-ban/#i_3854

CAPÉTIENS (987-1498)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 8 058 mots

Dans le chapitre « Le domaine royal »  : […] La base territoriale et économique de la puissance des premiers Capétiens, c'est le domaine royal. Au sens strict, le domaine royal est composé d'un ensemble de biens matériels (châteaux, terres, moulins), de droits et de redevances, de vassaux directs et de rapports privilégiés avec certains évêchés, monastères et églises ; mais, comme ces ressources sont surtout concentrées dans certaines régio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/capetiens/#i_3854

CHARLEMAGNE (742-814)

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 4 704 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le roi des Francs »  : […] Le gouvernement du roi des Francs s'exerçant essentiellement sur des hommes (et non point sur la terre), Charlemagne tint à se les attacher par le serment de fidélité qu'il exigea à trois reprises (789, 793, 802), parce qu'il le considérait comme un remède aux défectuosités que présentait l'administration du royaume. Il tenta cependant d'améliorer la pratique et d'abord de résoudre le problème ess […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charlemagne/#i_3854

CONNÉTABLE

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 387 mots

Étymologiquement, comte de l'écurie ( comes stabuli ), officier domestique de la cour royale des Carolingiens. Placé, à l'origine, sous l'autorité du sénéchal, le connétable a charge de la cavalerie, dont l'importance ne cesse de croître à partir du milieu du viii e  siècle. Dans l'armée féodale ( ost ), le service militaire étant la conséquence d'une obligation personnelle, née du lien personnel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/connetable/#i_3854

Pour citer l’article

Anne BEN KHEMIS, « OST », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ost/