GRAND CANAL, Chine

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les grands fleuves qui traversent le sous-continent chinois coulent d'ouest en est. Si l'idée de creuser des canaux faisant communiquer les différents drainages du nord au sud remonte à l'Antiquité, l'aménagement d'un boulevard fluvial continu date de la réunification de l'empire par les Sui : il répondait au besoin d'approvisionner la métropole et les frontières stratégiques, situées au nord, avec les surplus du Sud (principalement le bassin inférieur du Yangzi). Le canal des Sui se composait de plusieurs tronçons aménagés entre 584 et 610, dont certains reprenaient d'anciens tracés ou empruntaient des rivières naturelles. Une première section partait de Hangzhou au sud et rejoignait le Yangzi à Zhenjiang ; un autre joignait le Yangzi à la Huai ; un important tronçon de presque 1 000 kilomètres, le canal de Bian, se dirigeait vers le nord-ouest et rejoignait le fleuve Jaune non loin de Kaifeng. De là, une partie des transports remontait le fleuve Jaune jusqu'aux gorges de Sanmen, d'où un dernier tronçon, parallèle à la Wei, gagnait la capitale Chang'an au Shaanxi. Une autre branche, partant non loin de Kaifeng et reliant plusieurs rivières aménagées, se dirigeait au nord-est jusqu'à Tianjin et Pékin. L'ensemble est resté en service jusqu'au début du xiie siècle ; la section la plus chargée était le canal de Bian, qui sous les Song approvisionnait la capitale, Kaifeng, et auquel se rattachaient de nombreuses branches secondaires. Le repli des Song au sud marque la fin de cette première époque.

Les Mongols réunifient la Chine en 1280 et fixent leur capitale à Pékin. Le développement spectaculaire des forces productives au sud du Yangzi et les dévastations encourues par le Nord rendent plus nécessaire que jamais l'organ [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GRAND CANAL, Chine  » est également traité dans :

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 809 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un ensemble chinois, des bordures péninsulaires et insulaires »  : […] À l'inverse de l'Europe et du Proche-Orient, nulle Méditerranée n'a structuré l'Asie orientale. Ce sont les terres chinoises, à l'allure quasi continentale, qui polarisent un ensemble entouré d'espaces maritimes, péninsulaires et insulaires. Deux cents kilomètres environ séparent la Corée et le Japon, mais huit cents kilomètres éloignent Shanghai et Fukuoka. Longtemps agitées par les flots ou par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-geographie-humaine-et-regionale-dynamiques-regionales/#i_46873

CHINE - Hommes et dynamiques territoriales

  • Écrit par 
  • Thierry SANJUAN
  •  • 9 791 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le territoire, un produit de l'histoire »  : […] Le territoire de la Chine se donne, dans l'histoire officielle, comme l'extension d'un monde chinois qui trouve son foyer originel dans le bassin moyen du fleuve Jaune dès le II e  millénaire avant J.-C. Plus largement, la Chine se veut le foyer de civilisation de l'Asie orientale dans la mesure où elle était elle-même l'ensemble du monde, « tout ce qui était sous le cie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-hommes-et-dynamiques-territoriales/#i_46873

CHINE - Les régions chinoises

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 11 735 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Grande Plaine de Chine du Nord »  : […] Édifiée par les apports des fleuves, essentiellement du fleuve Jaune, et des vents puissants du nord-ouest, à l'emplacement d'un vaste fossé tectonique, elle constitue l'une des plus grandes surfaces de remblaiement du monde. On peut y distinguer trois ensembles : au nord le bassin du Haihe ; au centre la vaste plaine du bas fleuve Jaune ; et au sud le bassin de la Huai. Des alluvions riches en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-les-regions-chinoises/#i_46873

HANGZHOU [HANG-TCHEOU]

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 1 026 mots
  •  • 2 médias

Capitale de la province chinoise du Zhejiang, la ville (6,6 millions d'habitants en 2006) est située au fond de l'estuaire du Qiantangjiang sur une bande alluviale qui s'est édifiée à l'entrée d'une ancienne baie, peut-être aux environs du début de notre ère. Elle est encadrée par le célèbre lac de l'Ouest et, au sud-est, par le fleuve Qiantang (ou Zhejiang). Elle n'est pas de fondation ancienne : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hangzhou-hang-tcheou/#i_46873

KAIFENG [K'AI-FONG]

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 1 015 mots

Située dans la province chinoise du Henan, au cœur de la grande plaine du Nord et sur la rive sud du fleuve Jaune, Kaifeng (alors appelée Daliang) connaît sa première période de gloire à l'époque des Royaumes combattants : le roi Hui de Wei (qui règne de ~ 370 à ~ 335) y attire les penseurs les plus renommés, tel Mencius, et en fait pour un temps la capitale intellectuelle de la Chine. La ville re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kaifeng-k-ai-fong/#i_46873

Pour citer l’article

Pierre-Étienne WILL, « GRAND CANAL, Chine », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/grand-canal-chine/