CHINELes régions chinoises

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Cérémonie de rétrocession de Hong Kong à la Chine

Cérémonie de rétrocession de Hong Kong à la Chine
Crédits : D. Martinez/ Getty

photographie

Jonque, Hong Kong

Jonque, Hong Kong
Crédits : F. Hall/ Photographer's Choice RR/ Getty

photographie

Relief karstique, Yunnan

Relief karstique, Yunnan
Crédits : Tony Waitham/ robertharding/ Getty Images

photographie


CapitalePékin
Langue officiellechinois mandarin
Unité monétaireyuan (ou renminbi, CNY)
Population1 390 691 000 (estim. 2018)
Superficie (km2)9 572 900

Au fil des siècles, la Chine impériale a étendu sa domination politique et militaire jusqu'au cœur de l'Asie centrale. Les territoires conquis, à l'exception de la république de Mongolie, indépendante depuis 1921, font aujourd'hui partie de la République populaire. La Chine s'étend en conséquence sur deux domaines géographiques entièrement différents : une portion de la haute Asie et de l'Asie centrale à l'ouest, et une portion de l'Asie extrême-orientale à l'est. Les rebords du plateau mongol, les très hautes montagnes de l'ouest du Sichuan et de l'ouest du Yunnan jalonnent la limite de deux Chines, l'une occidentale, l'autre orientale.

La Chine occidentale est une zone aride, sinon désertique : climat sec interdisant toute culture sans irrigation ; formes de relief sous la dépendance de la désagrégation mécanique et de l'érosion éolienne ; réseau hydrographique endoréique. Les très hautes montagnes l'emportent : Grand Himalaya, Transhimalaya, Kunlun, Nanshan, Tianshan, isolant de très hauts plateaux ou des bassins à peu près complètement fermés.

Ces immensités sont presque vides. Les populations han sont encore plus ou moins minoritaires et ces pays sont le domaine d'autres ethnies, pour la plupart pastorales. Trois unités géographiques s'individualisent très vigoureusement : la haute Asie chinoise, peuplée surtout de Tibétains ; l'Asie centrale chinoise, peuplée surtout de Ouïgours ; la Mongolie intérieure, où les Mongols ne sont plus majoritaires. Ces trois unités correspondent aux régions autonomes du Tibet, du Xinjiang et de la Mongolie, mais les divisions administratives ne coïncident pas exactement avec les réalités géographiques. La province du Qinghai est une portion du monde tibétain. La province du [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages




Écrit par :

  • : professeur des Universités, Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  CHINE  » est également traité dans :

CHINE - Cadre naturel

  • Écrit par 
  • Guy MENNESSIER, 
  • Thierry SANJUAN, 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 5 863 mots
  •  • 7 médias

La République populaire de Chine est un des plus grands États du monde (9 561 240 km2) et le plus peuplé (1 307 560 000 habitants à la fin de 2005, hors Hong Kong, Macao et Taïwan). À côté d'une immense majorité Han (ou chinoise proprement dite), la population comprend 54 nationalités minoritaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-cadre-naturel/

CHINE - Hommes et dynamiques territoriales

  • Écrit par 
  • Thierry SANJUAN
  •  • 9 791 mots
  •  • 5 médias

La Chine a choisi, dès la création de l'Empire au iiie siècle avant J.-C., une configuration politique d'unité pour répondre à l'immensité de son territoire. Identifiant son berceau historique à la moyenne vallée du fleuve Jaune, l'histoire officielle pose la Chine comme un foyer de civilisation central qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-hommes-et-dynamiques-territoriales/

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 675 mots
  •  • 50 médias

Comme les pays du bassin méditerranéen et de l'Europe, la Chine d'aujourd'hui est le point d'aboutissement d'une très longue évolution où les facteurs de continuité ne sont sans doute pas plus significatifs pour l'historien que ceux que l'on rencontre en Occident dans le domaine des institutions, du droit, des traditions culturelles et religieuses. C'est par étapes que les populations de langue et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-jusqu-en-1949/

CHINE, histoire, de 1949 à nos jours

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BÉJA, 
  • François GODEMENT
  •  • 19 149 mots
  •  • 14 médias

Un demi-siècle après la naissance dans la violence de la république populaire de Chine, le cours de l'histoire chinoise apparaît plus stable, mais non dépourvu d'interrogations multiples. Symbole de la plus grande révolution communiste survenue dans le Tiers Monde, et réceptacle de nombreux espoirs révolutionnaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-de-1949-a-nos-jours/

CHINE - Politique étrangère contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 7 617 mots
  •  • 6 médias

Depuis 1979, la diplomatie de la République populaire de Chine est au service des quatre objectifs majeurs suivants : le développement économique du pays, l'affirmation et la consolidation de son statut de grande puissance, la réunification de la nation chinoise et la survie du régime actuel. Ces objectifs peuvent sembler contradictoires, et le dernier – la stabilité du système politique dirigé pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-politique-etrangere-contemporaine/

CHINE - Économie

  • Écrit par 
  • Françoise LEMOINE, 
  • Thomas VENDRYES
  •  • 8 216 mots
  •  • 6 médias

À partir de la fin des années 1970, la Chine a fait de la modernisation de son économie une priorité qui l'a conduite à abandonner progressivement les principes de planification et d'autarcie en vigueur pendant la période maoïste et post-maoïste (1949-1978), pour faire place aux mécanismes de marché et s'ouvrir aux échanges internationaux. La transition est e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-economie/

CHINE - Droit

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 10 297 mots
  •  • 1 média

La Chine connaît une tradition juridique ancienne mais avant tout pénale. Ce n'est qu'à la fin du xixe siècle qu'elle a commencé à introduire le droit occidental et en particulier le modèle allemand. Bien que celui-ci ait servi de base à la codification engagée par Tchang Kaï-shek dans les années 1920-1930, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-droit/

CHINE - Politique religieuse

  • Écrit par 
  • Benoît VERMANDER
  •  • 6 092 mots
  •  • 1 média

La politique des réformes et de l'ouverture, engagée sous l'égide de Deng Xiaoping à partir de 1979, a permis et permet encore le spectaculaire développement économique de la Chine, et a fait de ce pays un acteur clé, si ce n'est l'acteur clé de la mondialisation. Fondée sur une ouverture économique, financière et internationale graduelle et ininterrompue, la montée en puissance de la Chine ne s'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-politique-religieuse/

Voir aussi

AMÉNAGEMENT FLUVIAL    RELIEF APPALACHIEN    BASSIN ROUGE    CATASTROPHES NATURELLES    CHANGBAISHAN [TCH'ANG-PAI-CHAN]    INDUSTRIE DU CHARBON    MINORITÉS ETHNIQUES EN CHINE    ÎLE DE CHONGMING    CLIMAT CONTINENTAL    CRUES    SYSTÈMES DE CULTURES agronomie    DALIAN [TA-LIEN] ou DAIREN    DATONG [TA-T'ONG]    ÉROSION    EXPLOITATION PÉTROLIÈRE    CLIMATS FROIDS    HAIHE [HAI-HO] fleuve    HAN rivière    HANKOU    HANYANG    HUAI [HOUAI] fleuve et bassin    HYDRO-ÉLECTRICITÉ    CULTURE INTENSIVE    IRRIGATION    JIANGNAN [KIANG-NAN]    LIAODONG [LEAO-TONG]    LIAOHE [LEAO-HO]    LIAOXI [LEAO-SI]    LIUJIA [LIEOU-KIA] BARRAGE DE    LŒSS    MUDANJIANG [MOU-TAN-KIANG]    NANCHANG [NAN-TCH'ANG]    NAVIGATION FLUVIALE    NUNJIANG [NOUEN-KIANG] ou NONNI    POLITIQUE INDUSTRIELLE    QINLING [TS'IN-LING] MONTS    RESSOURCES MINIÈRES    RIZICULTURE    SANJIANG [SAN-KIANG]    SHIJINGSHAN [CHE-KING-CHAN]    SONGHUAJIANG [SONG-HOUA-KIANG] ou SOUNGARI    STEPPE    TAÏGA ou FORÊT BORÉALE    TAIHANGSHAN [T'AI-HANG-CHAN]    TAIHU [T'AI-HOU]    TUMENJIANG [T'OU-MEN-KIANG]    WEI rivière    WUCHANG    WUTAISHAN [WOU-T'AI-CHAN]    XIANGJIANG [SIANG-KIANG]    XIJIANG [SI-KIANG]    XING'AN ou KHINGAN    YALUJIANG [YA-LOU-KIANG]    YANSHAN [YEN-CHAN]    Z.E.E.    ZHANGGUANGCAI [TCHANG-KOUANG-TS'AI]    ZHUJIANG [TCHOU-KIANG] ou RIVIÈRE DES PERLES

Pour citer l’article

Pierre TROLLIET, « CHINE - Les régions chinoises », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-les-regions-chinoises/