WEI YUAN (1794-1856)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu d'une famille de lettrés du Hunan, docteur en 1844, il se lie dès 1814 avec Liu Fenglu et Gong Zizhen, adoptant leur interprétation d'un confucianisme évolutionniste, interprétation fondée sur le commentaire de Gongyang, dont il fait la justification philosophique de ses préoccupations réformistes. Il analyse les causes de la crise intérieure de l'Empire, réunissant les écrits politiques et économiques de ses contemporains les plus originaux, et propose lui-même des mesures pour améliorer le rendement du tribut en riz et celui de la gabelle, et des plans de lutte contre l'inondation, qu'il applique avec succès comme sous-préfet au Jiangsu (1849-1854). C'est sur le problème des relations avec l'Occident qu'il apporte sa contribution majeure. Il se fait l'historien des expériences militaires de la Chine sur ses frontières de terre et de mer, notamment sous les Mongols et les Qing. Il participe à la lutte contre les Anglais en 1840-1842 et rédige en 1842 le Mémoire illustré sur les pays d'outre-mer (Haiguo tuzhi). Cet ouvrage, publié en 1844, réédité et augmenté en 1847 et 1852, propose une politique concrète de défense : emprunter les techniques étrangères et opposer les unes aux autres les nations qui attaquent la Chine, selon le vieux principe qui consistait à « maîtriser les Barbares par les Barbares ». Par sa description détaillée et critique des pays étrangers, il joue un rôle important dans la découverte intellectuelle de l'Occident, non seulement auprès de tous les lettrés et fonctionnaires chinois jusqu'à la fin du xixe siècle, mais au Japon, où son œuvre, traduite dès 1854-1856, inspire les réformateurs de l'ère Meiji.

—  Marianne BASTID

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

Chine – Canada. Condamnation à mort d’un deuxième Canadien pour trafic de drogue. 30 avril 2019

Pour la deuxième fois de l’année, un tribunal chinois condamne à mort un Canadien, identifié sous le nom de « Fan Wei », pour trafic de drogue, pour des faits commis dans la ville de Taishan (Guangdong) en 2012. La ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland qualifie […] Lire la suite

Taïwan – Chine. Manifestation d’indépendantistes. 20-25 octobre 2018

, le ministre chinois de la Défense, le général Wei Fenghe, déclare que « si quelqu’un tentait de séparer Taïwan de la Chine, l’armée chinoise prendrait nécessairement des mesures fermes, quoi qu’il en coûte ». […] Lire la suite

Chine. Libération du dissident Wang Dan. 19 avril 1998

Le dissident Wang Dan, porte-parole des étudiants lors du « printemps de Pékin » de 1989, condamné en octobre 1996 à onze ans de prison pour conspiration contre l'État, est libéré et expulsé vers les États-Unis pour « raisons médicales », tout comme l'avait été Wei Jingsheng, en novembre 1997. Cette libération intervient deux mois avant la visite en Chine du président Clinton. […] Lire la suite

Chine. Libération du dissident Wei Jingsheng. 16 novembre 1997

Les autorités libèrent, pour raison « médicale », Wei Jingsheng, haute figure de la dissidence au régime communiste. Celui-ci avait été condamné à quinze ans de prison en mars 1979 pour avoir dénoncé le « despotisme » de Deng Xiaoping, puis de nouveau à quatorze années d'enfermement en décembre […] Lire la suite

Chine. Condamnation du dissident Wei Jingsheng. 13 décembre 1995

Le dissident Wei Jingsheng, qui milite en faveur de la démocratie, est condamné à quatorze ans de prison pour avoir tenté de « renverser le gouvernement ». Arrêté par la police en avril 1994, il n'a fait l'objet d'une procédure judiciaire qu'en novembre 1995. Le jugement suscite les protestations […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marianne BASTID, « WEI YUAN (1794-1856) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/wei/