Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GODARD JEAN-LUC (repères chronologiques)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par et

3 décembre 1930 Naissance de Jean-Luc Godard à Paris, d'une riche famille bourgeoise et protestante suisse. Il est élevé par sa mère au milieu des livres, et dans la religion protestante.

1948 Après des études dans un collège à Nyons en Suisse, puis au lycée Buffon à Paris, il passe son baccalauréat à Grenoble, et renonce à faire « maths-sup ».

1949 Prépare propédeutique et un certificat d'ethnologie à la Sorbonne, vite abandonnés.

1949-1950 Propose quelques articles, refusés, à La Revue du cinéma. Au Ciné-club du Quartier latin et à la Cinémathèque française de la rue de Messine, il se lie avec Jacques Doniol-Valcroze, Éric Rohmer, Jacques Rivette, François Truffaut. Écrit ses premiers articles dans La Gazette du cinéma, fondée par Éric Rohmer. Dans cette première phase de son activité critique, il utilise parfois le pseudonyme de Hans Lucas.

1951-1952 Pour échapper au service militaire, il opte pour la nationalité suisse.

1951 Publie ses premiers articles dans les Cahiers du cinéma.

1953 Joue dans Charlotte et son steak, court-métrage d'Éric Rohmer.

1954 Travaille sur la construction du barrage de la Grande Dixence, en Suisse, où il tourne son premier court-métrage, un documentaire intitulé Opération béton.

1955 Réalise en Suisse son premier court-métrage de fiction, Une femme coquette, d'après la nouvelle de Guy de Maupassant, Le Signe.

1955 Le cinéaste Marc Allégret, ami de ses parents, présente Godard au producteur Pierre Braunberger, qui lui refuse le scénario qu'il lui propose, mais le fait travailler au commentaire et au montage de documentaires animaliers. Le jeune Godard écrit également les dialogues de Pêcheurs d'Islande, de Pierre Schoendoerffer.

1957-1958 Godard tourne Charlotte et Véronique ou Tous les garçons s'appellent Patrick, sur un scénario d'Éric Rohmer, puis Charlotte et son Jules, produits par P. Braunberger.

1958 Toujours sur commande de P. Braunberger, Truffaut et Godard filment, avec deux acteurs, des inondations dans la région parisienne. Godard monte seul Une histoire d'eau et en écrit le commentaire.

1959 Tournage d'À bout de souffle, produit par Georges de Beauregard, avec Jean-Paul Belmondo et Jean Seberg, d'après un sujet développé autrefois par François Truffaut et Claude Chabrol. Le film connaît succès et scandale et devient un film culte pour une génération de cinéphiles.

1960À bout de souffle, prix Jean Vigo, prix de la mise en scène à Berlin, prix de la critique allemande.

Mai 1960 Tournage du Petit Soldat, avec Anna Karina. Ce portrait d'un déserteur qui travaille en Suisse pour l'OAS vaudra au film d'être interdit jusqu'en 1963.

3 mars 1961 Jean-Luc Godard épouse Anna Karina, qui jouera régulièrement dans ses films jusqu'en 1966.

1961 Tournage d'Une femme est une femme, prix spécial du Jury et prix de la meilleure actrice pour Anna Karina au festival de Berlin.

1962 Tournage de Vivre sa vie, avec Anna Karina, prix spécial du Jury et de la critique italienne à Venise, prix de la critique allemande.

31 mai 1963 Sortie des Carabiniers, scénario de Jean Gruault et Roberto Rossellini, d'après la pièce de Benjamino Joppolo. Échec public, éreintement critique.

Avril-juin 1963 Tournage du Mépris, importante production de Carlo Ponti et Georges de Beauregard, d'après le roman d'Alberto Moravia, avec Brigitte Bardot, Michel Piccoli et Fritz Lang.

1964 Godard tourne Bande à part et Une femme mariée.

1965 Tournage d'Alphaville, une étrange aventure de Lemmy Caution, avec Eddie Constantine. Ours d'or à Berlin, grand prix du festival de Trieste.

1965 Divorce de Jean-Luc Godard et d'Anna Karina.

3 novembre 1965 Sortie de Pierrot le fou, autre film-culte, d'après un roman de série noire de Lionel White, Obsession, avec Jean-Paul Belmondo et Anna Karina. Prix de la jeune critique en France.

1967 Participe au[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis
  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Pour citer cet article

Encyclopædia Universalis et Joël MAGNY. GODARD JEAN-LUC - (repères chronologiques) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 15/09/2022

Autres références

  • HISTOIRE(S) DU CINÉMA (J.-L. Godard)

    • Écrit par
    • 1 186 mots

    Les méchantes langues diront sans doute qu'à presque soixante-dix ans Jean-Luc Godard avait enfin réussi, avec la publication de ses Histoire(s) du cinéma (Gallimard-Gaumont, 1998), à entrer dans la prestigieuse collection « blanche ». Elles n'auront pas tout à fait tort dans la mesure où l'édition...

  • JEAN-LUC GODARD (exposition)

    • Écrit par
    • 1 396 mots

    L'exposition qui s'est tenue à Paris au Centre Georges-Pompidou, du 11 mai au 14 août 2006, – Voyage (s) en utopie, Jean-Luc Godard, 1946-2006, à la recherche d'un théorème perdu – affiche ses ambitions : mettre en espace, en quelque sorte, les Histoire(s) du cinéma, l'œuvre-somme...

  • JEAN-LUC GODARD. RÉTROSPECTIVE

    • Écrit par
    • 1 436 mots
    • 1 média

    Projeter une intégrale de Godard reste, en 2020, un geste de programmation exceptionnel, tant par sa rareté que par son ampleur. C’est la tâche à laquelle s’est attelée la Cinémathèque française du 8 janvier au 1er mars 2020. La précédente rétrospective intégrale avait eu lieu en 2006 au...

  • LE MÉPRIS (J.-L. Godard), en bref

    • Écrit par
    • 226 mots

    Jean-Luc Godard adapte un roman psychologique d'Alberto Moravia, Le Mépris (1954). La presse s'empare de l'événement. Non pas à cause de Moravia, mais parce que « l'enfant terrible de la Nouvelle Vague » tourne avec Brigitte Bardot, star devenue « mythe », à qui ...

  • LE MÉPRIS, film de Jean-Luc Godard

    • Écrit par
    • 1 101 mots

    Adapté du roman d'Alberto Moravia (Il Disprezzo, 1954), qui décrit la préparation du tournage de L'Odyssée d'Homère par un producteur italien et un réalisateur autrichien, le sixième long-métrage de Jean-Luc Godard – et son film le plus « classique » – ouvre sur une analyse personnelle...

  • NOTRE MUSIQUE (J.-L. Godard)

    • Écrit par
    • 874 mots

    Éloge de l'amour (2001), en dépit de ses grandes beautés, apparut comme une sorte de relâche dans l'inspiration godardienne, les précieuses confessions de l'auteur ne parvenant pas à masquer un désir décroissant de faire encore des films. Après avoir célébré « l'art du ...

  • BEAUREGARD GEORGES DE (1920-1984)

    • Écrit par
    • 674 mots

    La révolution technique et esthétique résumée dans l'expression « nouvelle vague », de 1959 à 1963, aurait eu lieu quels qu'en fussent les agents ou les vecteurs. Le producteur Georges de Beauregard lui a cependant imprimé un caractère original, en concentrant les individus et les formules autour...

  • BELMONDO JEAN-PAUL (1933-2021)

    • Écrit par et
    • 1 167 mots
    • 1 média
    ...de souffle. Belmondo interprétait déjà un pique-assiette cynique bousculant les conventions bourgeoises dans À double tour (Claude Chabrol, 1959) ; dans À bout de souffle, Jean-Luc Godard pousse à l'extrême de la provocation, de la désinvolture physique et morale le personnage de Michel Poiccard,...
  • CARAX LEOS (1960- )

    • Écrit par
    • 1 477 mots
    • 1 média
    ...Girl (1984), ne cache pas ses sources et ses références : en vrac, Cocteau, le Laughton de La Nuit du chasseur, Keaton, Philippe Garrel, et surtout Godard... Le titre de Boy Meets Girl (« un garçon rencontre une fille... »), qui rend compte de l’unique sujet du film, décliné à travers plusieurs couples,...
  • CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

    • Écrit par , et
    • 21 694 mots
    • 41 médias
    Jean-Luc Godard (1930-2022), comparable au cinéaste précédent pour sa frénésie de production, a effectué son « retour » au cinéma au tout début des années 1980, après avoir réalisé un certain nombre de films militants. De Passion (1982) à Allemagne 90 neuf zéro (1991), cette décennie...
  • Afficher les 21 références