GARREL PHILIPPE (1948- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils du comédien Maurice Garrel, Philippe Garrel est né en 1948 à Paris. Il réalise son premier court-métrage à seize ans (Les Enfants désaccordés, 1964). Un couple adolescent fait une fugue, puis se dispute, à l'image des parents. Le thème originel du cinéma de Garrel, la séparation, est déjà présent. Dans le couple d'abord. Entre l'enfant et le corps de la mère. Puis avec la famille. Enfin avec la société. Anémone (pour la télévision, 1966) comme Marie pour mémoire (1967) peuvent passer pour des portraits d'une jeunesse prise entre un romantisme affecté et désespéré et les contraintes de la société, celle-ci étant figurée par Maurice Garrel, qui incarnera cette figure paternelle dans nombre des films suivants. Mais le propos de la première période du cinéma de Garrel est à la fois plus intime et plus universel. La « scène primitive » garrélienne (la séparation des parents) se prolonge dans la quête de l'enfant qui rôde autour du couple parental à la recherche de son origine : sa naissance (Le Révélateur, 1968) ou cette blessure affective qu'évoque le titre d'un autre film, La Cicatrice intérieure (1970-1971). Authentique héritier de la nouvelle vague dans cette mise en œuvre d'un « cinéma à la première personne » qu'annonçait Truffaut, Philippe Garrel l'est aussi dans le domaine économique. Sans prôner un cinéma de la pauvreté, il adapte toujours les fins aux moyens, le sujet et son traitement esthétique comme les investissements aux recettes potentielles. Introspection et économie draconienne limitent alors l'audience de ce cinéma pourtant fort éloigné de l'abstraction formelle et intellectuelle du courant expérimental. Cette matière première ultrasensible est traitée en termes également sensibles mais strictement cinématographiques à travers le phénomène chimique de la « révélation ». La pellicule, plus que le dispositif du tournage cinématographique – pourtant fréquemment présent, de La Concentration (1968) à Elle a passé tant d'heures sous les sunlights (1984) –, est la matière première du cinéma de Garrel. Le s [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification


Autres références

«  GARREL PHILIPPE (1948- )  » est également traité dans :

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le cinéma français »  : […] Dans l'espace occidental, il est le seul concurrent sérieux de son homologue américain. Le soutien étatique et le dynamisme de la production fondée sur la relation privilégiée avec la chaîne de télévision Canal Plus (qui s'est imposée comme le grand argentier du cinéma français) n'expliquent cependant pas tout. Si dans d'autres domaines la France […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_9064

PARDO FRÉDÉRIC (1944-2005)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 184 mots

Peintre français. Petit-fils d'un antiquaire, fils d'un galeriste (et filleul de Sartre), Frédéric Pardo, tôt familier du Louvre, s'y imprègne de l'art des primitifs flamands, des maîtres du Grand Siècle, des symbolistes et des préraphaélites. Initié à la tempera, il pratique cette technique patiente et rare sous l'effet d'hallucinogènes, produisa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-pardo/#i_9064

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « GARREL PHILIPPE (1948- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-garrel/