VIGO JEAN (1905-1934)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vigo a une place à part dans le cinéma français comme dans le cinéma mondial. Son œuvre ne compte que quatre films ; trois heures et demie suffisent pour la voir en entier. Ni cette brièveté ni la légende noire qui s'est longtemps attachée à la personne et aux films d'un cinéaste réputé « maudit » n'occultent l'évidence : celle d'un génie singulier. Avant lui, le cinéma français avait certes connu des auteurs. Mais un Abel Gance, un René Clair, un Jean Renoir imposaient leur marque à leurs films ; ils ne les constituaient pas de leur propre substance. Ces films étaient d'eux ; ils n'étaient pas eux. Vigo a créé une œuvre « à la première personne », lourde du poids d'une vie qui se fait. Avec lui, pour la première fois, l'« écriture » devient au cinéma ce qu'elle est dans toute expérience artistique véritable : le seul moyen pour le poète de se situer dans le monde, de surmonter sa vie. C'est en ce sens qu'on doit entendre ce jugement d'abord assez bizarre que divers critiques – dont Elie Faure – ont porté sur Vigo, disant qu'il est un cinéaste né.

Une vie difficile

La formule, très contestée, qui veut qu'il ait été le Rimbaud du cinéma n'est point pourtant si trompeuse dès lors qu'on sait que Jean Vigo n'a ni dénoncé ni renié l'activité poétique, la mort seule ayant tronqué son élan créateur. Lui aussi, voyant et révolté, pur et intransigeant, agressif et généreux, mettant sa vie dans ses films, n'aura eu besoin que de deux ans pour s'inventer un langage sans pareil et imposer sa vision : réaliste, féerique, insurgée. Mais Vigo a évolué très consciemment de l'anarchisme à la révolution. Chez lui, les « Illuminations » viennent donc, comme il est logique, après « Une saison en enfer ».

Né à Paris, fils du militant anarchiste (puis, à partir de 1912, socialiste) Miguel Almereyda qu'il allait visiter dans ses nombreuses prisons, Vigo est orphelin à douze ans : son père a été trouvé étranglé dans la cellule où l'avait conduit l'affaire du Bonn [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VIGO JEAN (1905-1934)  » est également traité dans :

L'ATALANTE, film de Jean Vigo

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 912 mots

L'Atalante est un film mythique. C'est le seul long-métrage d'un jeune réalisateur qui meurt à la fin du tournage et dont l'œuvre totale ne dépasse pas trois heures. C'est l'un des deux ou trois plus beaux films français des années 1930 et l'un des premiers chefs-d'œuvre du cinéma parlant. C'est aussi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-atalante-jean-vigo/#i_11792

L'ATALANTE (J. Vigo), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 232 mots

D'abord remonté par les producteurs et affublé d'une rengaine à la mode, « Le Chaland qui passe », qui lui donne provisoirement son titre, L'Atalante de Jean Vigo (1905-1934) n'est pas seulement le sommet de l'œuvre trop rare et trop fugace du « Rimbaud du cinéma », comme on l'a surnommé. Le film marque sin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-atalante/#i_11792

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le cinéma, art populaire »  : […] Lorsque les premières démonstrations de cinéma sonore ont lieu à Paris, en 1927 et 1928 , l'avant-garde appartient déjà au passé. Les hommes qui vont faire le cinéma de demain sont peu ou pas du tout connus. Ils vont aborder le parlant sans préjugés. Ils s'appellent Luis Buñuel, Jean Vigo, Jean Cocteau, Jean Renoir. Eisenstein vient faire des conf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_11792

FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS, 
  • René PRÉDAL
  •  • 11 179 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La vague des réalismes »  : […] Deux lignes de crête s'imposent au-dessus de ce tout-venant. La première est née du mariage réputé impur du cinéma et du théâtre, qu'ont réussi parallèlement Sacha Guitry (1885-1957) et Marcel Pagnol (1895-1974). Le premier a construit ses films ( Le Roman d'un tricheur en 1936, Les Perles de la couronne en 1937) sur une parole brillante (sa voix) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-le-cinema/#i_11792

Voir aussi

Pour citer l’article

Barthélémy AMENGUAL, « VIGO JEAN - (1905-1934) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-vigo/