ALLÉGRET MARC (1900-1973)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Bâle d'un père pasteur, Marc Allégret (probable modèle d'Olivier dans Les Faux-Monnayeurs) doit à l'amitié de Gide de faire ses premières armes au cinéma, avec Voyage au Congo (1927). Il acquiert ensuite auprès de Robert Florey son bagage de technicien et entame en 1930 une carrière prolifique qui oscille entre le tout-venant commercial (La Dame de Malacca, 1937 ; En effeuillant la marguerite, 1957) et des adaptations littéraires plus ambitieuses (Julietta, 1953 ; L'Amant de lady Chatterley, 1955 ; Le Bal du comte d'Orgel, 1970). Au service des auteurs à succès, qu'ils s'appellent Marcel Achard, Noël Coward, Marcel Pagnol, Henry Bernstein, Hector Malot ou Louis Hémon, il apporte, pour le pire, une fadeur distinguée, pour le meilleur la joliesse douce-amère perceptible dans Lac aux dames (1934) ou Félicie Nanteuil (1945).

Marc Allégret est aussi le révélateur des interprètes célèbres, qu'il s'agisse d'amateurs doués comme Gide, dont il trace un « portrait-souvenir » attachant (Avec André Gide, 1950), ou de ces « futures vedettes » (titre d'un film réalisé en 1955) qu'il a tenues sur les fonts baptismaux, tels Jean-Pierre Aumont, Simone Simon, Michèle Morgan, Brigitte Bardot. Sans oublier les apprentis comédiens – à l'écran comme dans la vie – d'Entrée des artistes (1938) son film le plus apprécié. À juste raison : flair de découvreur, charme de jeunesse, romantisme acide, dans ce « bal des débutants » Marc Allégret a su mettre le meilleur d'un talent éclectique et ténu.

Entrée des artistes, M. Allégret

Entrée des artistes, M. Allégret

photographie

La Française Odette Joyeux dans Entrée des artistes, un film de Marc Allégret évoquant le Conservatoire d'art dramatique, avec Louis Jouvet dans le rôle d'un professeur (1938). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Michel FLACON

Écrit par :

  • : professeur agrégé, critique de cinéma au journal Le Point

Classification


Autres références

«  ALLÉGRET MARC (1900-1973)  » est également traité dans :

MORGAN MICHÈLE (1920-2016)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 931 mots
  •  • 2 médias

« Avec ces yeux-là, vous devez voyager beaucoup et en embarquer pas mal », lui aurait dit Jean Gabin après le bout d'essai exigé par Marcel Carné pour Le Quai des brumes (1938), prélude à la plus fameuse réplique du film et de l'histoire du cinéma : « T'as de beaux yeux, tu sais ! », due à Jacques Prévert. Sur le conseil de Gabin qui a remarqué «  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michele-morgan/#i_97533

Pour citer l’article

Michel FLACON, « ALLÉGRET MARC - (1900-1973) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marc-allegret/