BACHELARD GASTON (1884-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une exploration de l’imaginaire

Il reste que cette voie de la philosophie des sciences, qui a pris part aux controverses les plus fondamentales avant 1950, ne comble pas Bachelard. Encouragé par des collègues comme Gaston Roupnel, historien des campagnes françaises, à l’université de Dijon, il ne parvient plus à négliger dans son travail académique ce qui l'habite et l'anime en profondeur : l'imagination rêveuse au contact de la nature, les œuvres artistiques, surtout poétiques.

Naît alors une seconde œuvre. Souvent rangée du côté des sciences littéraires, elle se révèle une défense et illustration de la face nocturne de l'homme, qui ne se réduit pas aux rêves de la nuit. Elle nous fait descendre vers l'inconscient, vers la mort, mais aussi vers les forces de vie, de joie, de surexistence, au point de faire entrer dans notre solitude première le cosmos tout entier. Gaston Bachelard ne double pas seulement son travail de philosophie scientifique d’une philosophie de la création artistique et de sa réception. Il livre à travers les expériences de l'imaginaire des éléments, formes et mouvements, une méditation sur l’existence, la vie et la mort, l'enfance et la mémoire, le travail et le repos, le masculin et le féminin, mais aussi sur l'être et le non-être, le fini et l'infini, jetant ainsi les linéaments d'une métaphysique concrète, qui n'est pas sans rapport avec celles d'un Bergson, d'un Sartre ou d'un Heidegger.

Avant de s’adonner à ce projet d’une exploration complémentaire de l’imagination poétique exclue de la science, Bachelard a rencontré la question de la temporalité, largement développée par Bergson. Déjà, l’expérience du langage poétique l’incite à s’opposer à la primauté de la durée bergsonienne en posant la réalité de l’instant discontinu. L’enquête sur le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BACHELARD GASTON (1884-1962)  » est également traité dans :

LA POÉTIQUE DE LA RÊVERIE, Gaston Bachelard - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 789 mots
  •  • 1 média

L'œuvre de Gaston Bachelard (1884-1962) apparaît double, et bien des commentateurs ont interrogé cette duplicité. Philosophe et historien des sciences, il mène au nom du « concept » une guerre sans merci à « l'imagination » et n'a de cesse de marquer (par exemple dans La Formation de l'esprit scientifique, 1938) la rupture entre « connaissance commune » et « connaissance scient […] Lire la suite

APPRENTISSAGE PROFOND ou DEEP LEARNING

  • Écrit par 
  • Jean-Gabriel GANASCIA
  •  • 2 649 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Limites de l’apprentissage profond »  : […] En dépit des succès impressionnants qu’ils enregistrent et des bouleversements sociaux qu’ils induisent – via les applications qui en sont faites et qui permettent de remplacer beaucoup d’activités routinières –, ces techniques souffrent d’un certain nombre de limitations qui en restreignent les potentialités. Les premières limitations tiennent à la grande quantité d’exemples nécessaires pour obte […] Lire la suite

COBRA, mouvement artistique

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 2 422 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Trajectoires et rencontres »  : […] Mouvement éminemment nomade et décentré, Cobra vivra de rencontres entre les cultures et les expériences respectives de ses membres. Le poète Dotremont, qui fut d'abord en contact avec Raoul Ubac et les surréalistes belges, gagne Paris en 1940. Il y rencontre Gaston Bachelard et collabore, à partir de 1941, à La Main à plume , revue clandestine animée par Noël Arnaud, avec lequel il fondera, en 19 […] Lire la suite

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La critique des thèmes, de la conscience et des profondeurs »  : […] Aux études historiques, qu'il ne juge pas inutiles mais dont il déplore le caractère statique, Albert Thibaudet, marqué par Bergson, veut substituer une analyse du mouvement de la création, par une méthode intuitive et métaphorique. Avec Charles Du Bos, cette mobilité critique devient une soumission métaphysique, voire une communion mystique. Enfin, les critiques de l'école dite de Genève – Alber […] Lire la suite

EAUX SYMBOLISME DES

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 4 077 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'eau baptismale ou lustrale »  : […] Une troisième orientation peut alors s'amorcer dans le symbolisme aquatique : celle de la purification, de l'eau baptismale ou lustrale. Nous saisissons là sur le vif cette logique si particulière du symbole où une image suscite une autre image qui peut jusqu'à un certain point contester la première tout en prolongeant une part importante de son sens. C'est ainsi que la méditation de l'archétype […] Lire la suite

ÉPISTÉMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 13 082 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Qu'est-ce qu'un « état de la science » à un moment donné ? »  : […] Il semble tout d'abord qu'un état de la science consiste en la somme, à une époque donnée, de certains savoirs. Cette notion purement additive ne peut guère satisfaire l'observateur de la science aux époques modernes. Elle pouvait être retenue sans doute pour les époques plus anciennes de l'histoire de la connaissance. Et n'est-ce pas précisément le Moyen Âge qui, en Europe, a inventé les Somme […] Lire la suite

ERREUR

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 4 867 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'erreur dans les théories physiques »  : […] Très schématiquement, on attribue deux objets aux théories physiques : expliquer la réalité ou représenter les phénomènes, c'est-à-dire des effets observables. Pour Pierre Duhem, au début du xx e siècle, « une théorie physique n'est pas une explication. C'est un système de propositions mathématiques, déduites d'un petit nombre de principes, qui ont pour but de représenter aussi simplement, aussi […] Lire la suite

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorie et expérience »  : […] Le programme empiriste logique d'une réduction du langage de la science à des données observables rencontre des limites analogues. Alors que le positivisme classique (celui de Comte et de Mill) entendait réduire la science à l'énoncé de « lois des phénomènes », le positivisme viennois reformule le problème dans un cadre linguistique. Selon le célèbre « critère de signification » des Viennois, s […] Lire la suite

EXPÉRIENCE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 9 791 mots

Dans le chapitre « La naissance de l’expérimentation »  : […] Pour quelles raisons les Grecs n’ont-ils pas inventé les sciences de la nature, qui ne verront le jour qu’à la Renaissance , alors qu’ils disposaient d’un arsenal conceptuel très suffisant pour forger une physique mathématique ? C’est probablement parce qu’ils considéraient que notre planète était plutôt chaotique, et que seul le ciel était mathématisable. Ils ont donc posé les bases de l’astrono […] Lire la suite

FEU SYMBOLISME DU

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 3 497 mots
  •  • 1 média

La réflexion sur le symbolisme du feu a été décisive pour les travaux de la poétique, de la symbologie et même de l'épistémologie contemporaine. Par son ouvrage, paru juste avant la guerre, La Psychanalyse du feu (1938), Gaston Bachelard esquissait pour la première fois une étude « refusant le plan historique » et se référant aux structures permanentes de la rêverie du feu. Dénonçant les valoris […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Jacques WUNENBURGER, « BACHELARD GASTON - (1884-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-bachelard/