UBAC RAOUL (1910-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au cours d'une conversation avec son ami Jean Bazaine, Raoul Ubac aurait dit : « Mon vieux, le jour où tu laisses passer ta photo dans un journal, quelque chose d'impur s'est installé en toi, définitivement. » Cet artiste au regard transparent, dont le visage auréolé de cheveux blancs rayonnait de bonté, exprimait ainsi l'essence même de sa quête artistique et de sa personnalité : ignorant les concessions aux modes du moment, en artisan patient et exigeant, Ubac a porté témoignage, tout au long d'une vie discrète, de la valeur morale du travail de l'artiste.

Issu d'une famille bourgeoise à la double origine allemande et belge, Raoul (ou Rolph) Ubac est né en 1910 à Malmédy, petite ville des Ardennes belges, à la limite de la zone francophone, dans une région de forêts et de rivières encaissées, dominées par les grands plateaux des Fagnes. Son enfance est marquée par cette double appartenance linguistique et géographique (la lumière, l'ombre). Jeune homme, son goût de la solitude et de la marche le pousse à explorer une grande partie de l'Europe ; en Dalmatie, frappé par les chaos rocheux de la côte, il s'exerce à des photos d'assemblages de pierres.

En 1928, lors d'un court séjour à Paris, il fait la connaissance du peintre constructiviste Otto Freundlich ; cette amitié aurait pu faire basculer son destin d'artiste, mais la leçon de ce courant de peinture portera ses fruits beaucoup plus tard, et c'est vers le surréalisme qu'il se tourne d'abord : le principe de libération des forces obscures que ce mouvement prônait lui paraît alors proche de sa propre démarche. Il participera à toutes les activités du groupe, et c'est dans la revue Minotaure qu'il fait paraître ses premiers travaux d'artiste : il explore toutes les possibilités de la photographie à travers divers procédés (solarisation, inversion, superposition, brûlage du négatif, etc.) visant à la disparition du sujet et à son absorption dans les fonds. Son œuvre photographique reste encore méconnue (exposition de trente-deux photographies, en 1995, à la galerie Bouquet et Lebon à Paris).

Pendant la guerre, Ubac s'éloigne du surréalisme et de sa recherche de l'insolite, jugée hors de circonstances. En 1946, il en prend définitivement congé en publiant, dans la revue Troisième Convoi, « La Beauté aveugle », qui répond en quelque sorte à la « Beauté convulsive » de Breton. Renonçant à la photographie qui, dit-il, « bute sur quelque chose d'impossible à transcender », il se met à peindre (des gouaches d'abord), et découvre par hasard les possibilités de l'ardoise, matériau rude, induisant « l'un des premiers gestes de l'homme, graver ». Cette rencontre fait véritablement naître Ubac à son art. Désormais son œuvre s'ordonne autour d'un dialogue entre ses peintures traitées comme des bas-reliefs (Ubac utilise un mortier de poudre d'ardoise mêlée à des résines synthétiques qu'il grave et ponce comme un matériau dur) et ses sculptures d'ardoise. Il expose plusieurs fois à l'étranger (en Allemagne et aux États-Unis) et bénéficie, en 1968, d'une rétrospective au Musée national d'art moderne de Paris ; la galerie Maeght le représentait en France depuis 1950 et a réalisé l'édition d'une monographie (1970) et de plusieurs catalogues.

Ubac a également bénéficié de plusieurs-commandes officielles qui lui ont permis de montrer la diversité de son talent : l'art mural (bas-relief pour la nouvelle buvette d'Évian, 1957, par exemple), vitraux (église d'Esy-sur-Eure, 1958-1959, etc.), tapisserie (faculté de pharmacie de Châtenay-Malabry, 1974, etc.), mosaïque (nouvelle école de Saint-Cyr, 1958, etc.).

Il fut enfin un dessinateur et un graveur hors de pair, comme en témoignent le nombre et la qualité des livres qu'il a illustrés pour ses amis poètes, en utilisant des techniques souvent originales comme l'impression directe sur la pierre d'ardoise. Assez paradoxalement, la diversité de ces pratiques fut mise au service d'une grande économie des thèmes qu'il traite selon le même schème, donnant à son œuvre tout entière le caractère d'une construction harmonique rigoureuse aux variations contrapuntiques. Homme de la campagne, Ubac a traité les thèmes agraires comme la charrue, la roue, les ornières des chemins, puis, à partir des années1960, les champs : Labour (résines sur toile, 1963), Le Champ abandonné (résines, 1967) — champs griffés de sillons où la lumière est retenue et s'oppose à l'ombre, s'écartant parfois pour laisser apparaître on ne sait quel relief poussé des profondeurs de la terre. Ce sont les mêmes incisions — comme des scarifications — qui dégagent les formes de ses « corps » et de ses « torses », autres grands thèmes d'Ubac, traités soit en peinture, soit en sculpture. L'artiste signale ainsi l'analogie profonde de toutes choses promises à l'anonymat de la matière qui laisse apparaître l'empreinte, la trace des objets qu'elle a fait naître : Un corps-un champ (résines, 1967), Torse (ardoise, 1961). Ces torses et ces corps appartiennent au monde des images premières et des archétypes ; Ubac les nomme aussi Stèles. Parfois encore couchées dans leur mortier de résines et de poudre d'ardoise (Deux Stèles, 1965), elles seront aussi « levées » (« Dolmens, menhirs, c'est contre vous finalement que nous butons [...] », a-t-il écrit). D'une densité extrême, parfois surmontées de têtes taillées comme des heaumes qui tourneraient leurs yeux vides vers le ciel dans une sorte d'effroi primitif, ces stèles des années 1970 (soit en résines sur une âme de bois, soit taillées dans l'ardoise ou le granit) placent l'œuvre d'Ubac dans une dimension atemporelle. Se définissant lui-même comme un « mystique athée », il s'est situé délibérément à contre-courant d'une époque narcissique et trop savante. Il a tenu jusqu'au bout la ligne de conduite qu'il s'était fixée en 1946 dans La Beauté aveugle : « Enlevez les décors. Éteignez les lumières. Nous jouerons sur une scène vide. »

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle d'histoire de l'art, journaliste, critique d'art

Classification

Pour citer l’article

Marie-Aline PRAT, « UBAC RAOUL - (1910-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/raoul-ubac/