KUHN THOMAS (1922-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Thomas Kuhn, né en 1922 à Cincinnati (Ohio), formé en physique à l'université Harvard, professeur aux universités de Berkeley, de Princeton, puis au M.I.T., fut un des plus grands historiens des sciences américains. Il est notamment l'auteur de La Structure des révolutions scientifiques (1962), ouvrage dans lequel il introduit la notion de « paradigme » en histoire des sciences. Mais il s'est aussi voulu, de façon de plus en plus affirmée au cours de sa carrière, un philosophe des sciences à part entière, à la croisée des traditions dites analytique et continentale. Outre la modélisation des différentes phases historiques de toute révolution scientifique, il a cherché à formuler une théorie générale de la signification des concepts scientifiques en s'appuyant autant sur les théories de style analytique, dans la filiation de Willard van Quine, que sur les théories historicistes telles que le néo-kantisme et l'herméneutique.

L'écho que rencontra La Structure des révolutions scientifiques, qui se prolonge aujourd'hui, fut tel que l'on alla jusqu'à parler d'un « tournant historiciste » (historical turn) dans la philosophie des sciences anglo-saxonne, après le « tournant linguistique » opéré au début du xxe siècle, notamment par Carnap. L'image de la science proposée par Kuhn n'est pas celle d'une connaissance suivant un progrès linéaire, mais procédant au contraire par à-coups, par révolutions cycliques suivies de périodes de stabilité. Dès lors, elle n'apparaît plus tournée vers une représentation fidèle du réel, mais seulement vers davantage d'efficacité pragmatique dans la résolution des « énigmes » que forgent les scientifiques lorsqu'ils rendent compte de ce qu'ils se représentent comme étant le « réel ».

Thomas Kuhn

Thomas Kuhn

photographie

Dans «La Structure des révolutions scientifiques» (1962), l'historien des sciences Thomas Kuhn va proposer de nouvelles pistes pour penser la science, et plus particulièrement pour quelles raisons les croyances scientifiques changent. 

Crédits : B. Pierce/ Time & Life Pictures/ Getty

Afficher

Histoire et philosophie des sciences

Thomas Kuhn se décrit lui-même comme un « physicien devenu historien pour des desseins philosophiques » (The Road since Structure, 2000). Plus exactement, dit-il en 1991, « bien que presque toute ma carrière ait été consacrée à l'hi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure de lettres et sciences humaines, agrégé de philosophie, enseignant à l'université de Paris-I

Classification


Autres références

«  KUHN THOMAS (1922-1996)  » est également traité dans :

APPRENTISSAGE PROFOND ou DEEP LEARNING

  • Écrit par 
  • Jean-Gabriel GANASCIA
  •  • 2 649 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Limites de l’apprentissage profond »  : […] à l’apprentissage supervisé qui tient au langage de description des exemples : celui-ci demeure figé et ne peut s’accroître automatiquement. Or, ce que le philosophe américain et historien des sciences Thomas Kuhn (1922-1996) appelle des « révolutions scientifiques », ou ce que le Français Gaston Bachelard (1884-1962) décrit comme des ruptures […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apprentissage-profond-deep-learning/#i_30573

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la théorie des idéologies à la sociologie de la connaissance »  : […] après la Seconde Guerre mondiale. Il ne reviendra à l'ordre du jour que lorsque Thomas Kuhn réactualisera certaines thèses de Fleck dans son ouvrage sur La Structure des révolutions scientifiques (1962), et lorsque des sociologues, de plus en plus critiques à l'égard d'une science au service de la guerre et des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/connaissance/#i_30573

ÉPISTÉMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 13 083 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Qu'est-ce qu'un « état de la science » à un moment donné ? »  : […] Ce sont justement ces résistances et ces inerties qui servent de point de départ à la thèse de Thomas Kuhn sur les « révolutions scientifiques » et sa conception des états stables de la science. La science, selon Kuhn, se stabilise à de certaines époques en se conformant à un « paradigme », qui en délimite le champ et les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epistemologie/#i_30573

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 286 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La vision scientifique du monde »  : […] qui se sont ensuite imposées dans ce domaine, en prenant clairement le parti d'un relativisme radical, en sont plus ou moins directement issues. C'est notamment le cas des idées exposées par Thomas Kuhn (1922-1996) dans La Structure des révolutions scientifiques. Bien que la source directe en soit davantage liée à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-philosophie/#i_30573

ETHNOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Patrick MENGET
  •  • 5 637 mots
  •  • 2 médias

reçue d'une accumulation orientée de découvertes et d'inventions qui culminerait dans l'état actuel de la science. Thomas Kuhn, en particulier, en proposant la notion de « paradigme » (1962), veut rompre avec une histoire qui sélectionne des précédents pour construire un présent ; et, que l'ethnologie soit ou non une science paradigmatique, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-histoire/#i_30573

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 133 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorie et expérience »  : […] positiviste entre termes théoriques et termes observationnels doit être abandonnée. Kuhn (1962) tire une conséquence extrême d'analyses de ce type : que chaque théorie scientifique porte avec elle des interprétations et des significations spécifiques des termes qu'elle avance, en sorte que ces termes n'ont aucune référence commune d'une théorie à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/experience/#i_30573

HEURISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHRÉTIEN-GONI
  •  • 8 416 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Heuristique générale ou la logique de la découverte »  : […] d'une psycho-(socio)logie de la découverte, qu'il refuse d'incorporer à sa théorie. Thomas Kuhn, lui, tout en s'essayant également à décrire le développement de la science, prend le parti de montrer que la science évolue par « changement de paradigme » – sans qu'on puisse parler véritablement de progrès –, changements dont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heuristique/#i_30573

INTUITION

  • Écrit par 
  • Noël MOULOUD
  •  • 6 568 mots

Dans le chapitre « L'intuition et le sens dans les perspectives actuelles de l'épistémologie »  : […] Ces perspectives ont été bien mises en lumière par les historiens des sciences qui, comme Kuhn ou comme Toulmin, insistent sur le pouvoir qu'exercent les « paradigmes », qui sont des complexes de conceptions, d'images et de pratiques, sur le devenir de la science. Le stock des intuitions dont dispose une collectivité de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intuition/#i_30573

ORGUE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 9 729 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre «  Les styles »  : […] Dans La Structure des révolutions scientifiques (1962), Thomas Kuhn présente l'histoire des sciences comme une succession de périodes, que séparent des crises. D'une période à la suivante s'opère un changement de paradigme, à savoir d'un ensemble de principes qui structurent, plus ou moins consciemment, la manière de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orgue/#i_30573

SCIENCES - Sociologie

  • Écrit par 
  • Yves GINGRAS
  •  • 5 539 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La sociologie des intérêts et l'étude des controverses »  : […] Pour la nouvelle génération de sociologues des sciences qui entre en scène au début des années 1970, l'ouvrage de Thomas Kuhn, La Structure des révolutions scientifiques, paru en 1962, servira de tremplin pour dépasser la sociologie mertonienne. En proposant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-sociologie/#i_30573

Voir aussi

Pour citer l’article

Alexis BIENVENU, « KUHN THOMAS - (1922-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-kuhn/