KUHN THOMAS (1922-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Thomas Kuhn, né en 1922 à Cincinnati (Ohio), formé en physique à l'université Harvard, professeur aux universités de Berkeley, de Princeton, puis au M.I.T., fut un des plus grands historiens des sciences américains. Il est notamment l'auteur de La Structure des révolutions scientifiques (1962), ouvrage dans lequel il introduit la notion de « paradigme » en histoire des sciences. Mais il s'est aussi voulu, de façon de plus en plus affirmée au cours de sa carrière, un philosophe des sciences à part entière, à la croisée des traditions dites analytique et continentale. Outre la modélisation des différentes phases historiques de toute révolution scientifique, il a cherché à formuler une théorie générale de la signification des concepts scientifiques en s'appuyant autant sur les théories de style analytique, dans la filiation de Willard van Quine, que sur les théories historicistes telles que le néo-kantisme et l'herméneutique.

L'écho que rencontra La Structure des révolutions scientifiques, qui se prolonge aujourd'hui, fut tel que l'on alla jusqu'à parler d'un « tournant historiciste » (historical turn) dans la philosophie des sciences anglo-saxonne, après le « tournant linguistique » opéré au début du xxe siècle, notamment par Carnap. L'image de la science proposée par Kuhn n'est pas celle d'une connaissance suivant un progrès linéaire, mais procédant au contraire par à-coups, par révolutions cycliques suivies de périodes de stabilité. Dès lors, elle n'apparaît plus tournée vers une représentation fidèle du réel, mais seulement vers davantage d'efficacité pragmatique dans la résolution des « énigmes » que forgent les scientifiques lorsqu'ils rendent compte de ce qu'ils se représentent comme étant le « réel ».

Thomas Kuhn

Photographie : Thomas Kuhn

Dans «La Structure des révolutions scientifiques» (1962), l'historien des sciences Thomas Kuhn va proposer de nouvelles pistes pour penser la science, et plus particulièrement pour quelles raisons les croyances scientifiques changent. 

Crédits : Bill Pierce/ The LIFE Images Collection/ Getty Images

Afficher

Histoire et philosophie des sciences

Thomas Kuhn se décrit lui-même comme un « physicien devenu historien pour des desseins philosophiques » (The Road since Structure, 2000). Plus exactement, dit-il en 1991, « bien que presque toute ma carrière ait été consacrée à l'histoire des sciences, j'ai commencé en tant que physicien théoricien avec un fort intérêt annexe pour la philosophie, et presque aucun pour l'histoire. Des buts philosophiques ont provoqué mon passage à l'histoire, et c'est à la philosophie que je suis revenu dans les dix ou quinze dernières années » (id.).

On peut tenter de résumer ainsi ses desseins : comprendre pourquoi et comment changent les croyances scientifiques, afin de déterminer dans quelle mesure on peut encore légitimement leur attribuer une portée objective, alors même qu'elles ne cessent de varier. Cette question engage effectivement deux types de démarches, historique et philosophique, que Kuhn considère comme distinctes mais complémentaires : schématiquement, l'approche historique devra décrire les processus effectifs de changement de croyance, alors que l'approche philosophique tentera d'évaluer la signification de ces changements au regard de l'ambition d'objectivité et de stabilité de la connaissance. Si cette double interrogation se révèle fructueuse chez Kuhn, c'est surtout parce qu'elle lui permet de mobiliser des outils intellectuels qui, selon lui, faisaient jusque-là défaut dans la tradition historique anglo-saxonne – à savoir ceux de la psychologie de la perception et de la tradition dite herméneutique (un terme qu'il ne commence toutefois à employer qu'à partir des années 1970).

Cette approche s'impose à lui lors d'une expérience « mémorable » au cours de l'été de 1947. Il termine alors sa thèse de physique à l'université Harvard et songe sérieusement à abandonner cette discipline pour s'engager dans un cursus de philosophie. James Conant, le charismatique président d'Harvard, lui demande alors de le seconder pour un cours d'introduction à l'histoire des sciences, dans lequel il s'agit de retracer l'histoire de la mécanique. C'est à cette occasion, raconte Kuhn dans la Préface à la Tension essentielle (1977), que s'accomplit en lui une révolution complète dans l'approche des œuvres scientifiques du passé. Alors que jusqu'ici la physique d'Aristote lui paraissait gravement insuffisante, voire absurde, à cause de sa propre habitude de penser dans le cadre de la science contemporaine, elle finit « brutalement » par lui paraître parfaitement sensée. Cela était devenu possible à partir du moment où il était parvenu à voir le mouvement comme Aristote le voyait lui-même, c'est-à-dire, pour schématiser, comme un type de changement global et qualitatif dans les objets, et non plus comme Newton, c'est-à-dire comme un phénomène purement quantitatif. Au prix d'une modification globale de la façon de percevoir le monde, il était donc possible de retrouver la cohérence propre, la signification et la valeur intrinsèques de théories prétendument caduques.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure de lettres et sciences humaines, agrégé de philosophie, enseignant à l'université de Paris-I

Classification

Autres références

«  KUHN THOMAS (1922-1996)  » est également traité dans :

APPRENTISSAGE PROFOND ou DEEP LEARNING

  • Écrit par 
  • Jean-Gabriel GANASCIA
  •  • 2 649 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Limites de l’apprentissage profond »  : […] En dépit des succès impressionnants qu’ils enregistrent et des bouleversements sociaux qu’ils induisent – via les applications qui en sont faites et qui permettent de remplacer beaucoup d’activités routinières –, ces techniques souffrent d’un certain nombre de limitations qui en restreignent les potentialités. Les premières limitations tiennent à la grande quantité d’exemples nécessaires pour obte […] Lire la suite

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la théorie des idéologies à la sociologie de la connaissance »  : […] C'est le philosophe allemand Max Scheler qui propose les termes Wissensociologie et Soziologie des Wissens dans un ouvrage collectif paru en 1924, dont le programme inclut à la fois la détermination sociale de la vérité (ou de la connaissance du vrai) et de toutes les formes d'illusions sociologiquement conditionnées. Construisant à la fois sur les apports de la phénoménologie et sur ceux de la […] Lire la suite

ÉPISTÉMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 13 083 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Qu'est-ce qu'un « état de la science » à un moment donné ? »  : […] Il semble tout d'abord qu'un état de la science consiste en la somme, à une époque donnée, de certains savoirs. Cette notion purement additive ne peut guère satisfaire l'observateur de la science aux époques modernes. Elle pouvait être retenue sans doute pour les époques plus anciennes de l'histoire de la connaissance. Et n'est-ce pas précisément le Moyen Âge qui, en Europe, a inventé les Somme […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 286 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La vision scientifique du monde »  : […] L'histoire et l'horizon intellectuels américains restent néanmoins étroitement liés aux apports et aux influences qui ont fini par s'y fondre et s'y transformer. Les migrations, l'exil ont ce pouvoir de transcender les conditions qui leur donnent naissance en un nouvel élan dont les conséquences sont rarement prévisibles. La Seconde Guerre mondiale a vu de nombreux intellectuels – écrivains, arti […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Patrick MENGET
  •  • 5 637 mots
  •  • 2 médias

L'histoire de l'ethnologie est une tâche qui intéresse un nombre croissant d'ethnologues et d'historiens des sciences depuis les années 1960. Ce n'est pas tant, comme on l'a avancé avec quelque légèreté, que la raréfaction des objets traditionnels de l'ethnographie et les doutes épistémologiques sur le statut de la discipline aient amené un nombre croissant d'ethnologues à se pencher sur l'histoir […] Lire la suite

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 132 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorie et expérience »  : […] Le programme empiriste logique d'une réduction du langage de la science à des données observables rencontre des limites analogues. Alors que le positivisme classique (celui de Comte et de Mill) entendait réduire la science à l'énoncé de « lois des phénomènes », le positivisme viennois reformule le problème dans un cadre linguistique. Selon le célèbre « critère de signification » des Viennois, s […] Lire la suite

HEURISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHRÉTIEN-GONI
  •  • 8 416 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Heuristique générale ou la logique de la découverte »  : […] Toute épistémologie est tenue de décider de deux problèmes : comment la certitude peut-elle être atteinte dans la connaissance scientifique – problème que l'on a coutume d'indexer sous le titre de « problème des fondements » –, et comment la découverte est-elle possible, découverte qui s'insère dans un mouvement spécifique résumé dans le terme de « progrès ». C'est la réponse à cette seconde inte […] Lire la suite

INTUITION

  • Écrit par 
  • Noël MOULOUD
  •  • 6 568 mots

Dans le chapitre « L'intuition et le sens dans les perspectives actuelles de l'épistémologie »  : […] Ainsi l'idée de l'intuition apparaît comme une idée limite en ce qui concerne l'épistémologie. Lorsqu'on pose une intuition pure de l'objet, on se place en deçà ou au-delà des domaines que la connaissance peut expliciter. En deçà, lorsqu'on se reporte à la présence perceptive qui, comme l'a marqué Maurice Merleau-Ponty, nous fournirait une première image consistante du monde, exempte du mélange d […] Lire la suite

ORGUE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 9 731 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre «  Les styles »  : […] La sommaire description qui précède permet toutefois d'imaginer à quelle diversité de facture on peut aboutir dans la combinaison des éléments sonores énumérés. À la fin du Moyen Âge, le grand orgue « plein-jeu » formait un tout non décomposé, soit une immense fourniture. Henri Arnaut de Zwolle (mort en 1466) et Michael Praetorius (1571-1621) en donnent la description. Après l'invention du registr […] Lire la suite

SCIENCES - Sociologie

  • Écrit par 
  • Yves GINGRAS
  •  • 5 539 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La sociologie des intérêts et l'étude des controverses »  : […] Pour la nouvelle génération de sociologues des sciences qui entre en scène au début des années 1970, l'ouvrage de Thomas Kuhn , La Structure des révolutions scientifiques , paru en 1962, servira de tremplin pour dépasser la sociologie mertonienne. En proposant la notion de paradigme scientifique, expression assez vague et regroupant des composantes à la fois cognitives et sociales, Kuhn a ouvert […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alexis BIENVENU, « KUHN THOMAS - (1922-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-kuhn/