PEACOCK GARY (1935-2020)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Héritier de Scott LaFaro, le contrebassiste Gary Peacock a traversé toutes les humeurs du jazz moderne, avec la même souple élégance. Avec aussi cette pointe de détachement qui lui fera, à plusieurs reprises, délaisser la musique pour la pratique de la philosophie zen, de la macrobiotique, de la biologie ou de la méditation. Renonçant à enfermer son instrument dans la stricte formulation du tempo, il va lui donner un rôle décisif dans l’expression mélodique. Cet improvisateur inspiré apporte sa créativité et sa délicatesse au sein même des tumultes du free jazz. Derrière la sobriété de son style se dissimulent une grande liberté rythmique, une fougue maîtrisée et un sens harmonique rare.

Gary Peacock naît le 12 mai 1935 à Burley, dans l’État américain de l’Idaho. Dès l’école, il apprend le piano et la batterie, s’intéresse au rock and roll puis au swing et au be-bop. Il se produit dans des orchestres locaux et étudie quelques mois au Wesley College of Music de Los Angeles, avec l’ambition de devenir musicien professionnel. Pendant son service militaire en république fédérale d’Allemagne (RFA), il se fait entendre au sein de plusieurs petites formations, jouant du piano et du bugle avant de s’essayer à la contrebasse, instrument qui désormais sera le sien. Démobilisé, il reste quelque temps en RFA et accompagne Hans Koller, Attila Zoller, Albert Mangelsdorff, Tony Scott, Bud Shank ainsi que le chanteur Gary Crosby. De retour aux États-Unis en 1958, Gary Peacock se rend en Californie où le jazz West Coast fait rage. Il y fréquente notamment Paul Horn, Terry Gibbs, Shorty Rogers, Don Ellis, Art Pepper, mais aussi le sitariste indien Ravi Shankar.

En 1960, Gary Peacock épouse la chanteuse et pianiste Annette Coleman dont les compositions, comme celles de Carla Bley, auront une profonde influence sur la musique de cette génération. À New York en 1962, il se lance dans l’aventure du free jazz et intègre le trio de Paul Bley, ce qui ne l’empêche nullement de participer à diverses formations animées par Jimmy Giuffre, Roland Kirk, Sonny Rollins, George Russell, Bill Evans, Roswell Rudd, Steve Lacy et Archie Shepp. Sans aucun égard pour les frontières esthétiques, il côtoie Albert Ayler (avec qui il fait une tournée en Europe), Sunny Murray, Don Cherry, Gil Evans, Miles Davis (avec qui il collaborera jusqu’en 1966), Tony Williams, John Gilmore et Jack DeJohnette. Il séjourne au Japon et enregistre, avec quelques complices comme Hiroshi Murakami et Masabumi Kikuchi, ses premiers disques en trio sous son nom : Eastward (1970), Voices (1971). Suit, de 1972 à 1976, une période où il semble se détourner de la scène et des micros pour se consacrer à l’enseignement à Seattle. Il y revient grâce à Paul Bley qui l’appelle pour une vaste tournée au Japon et en Europe. De nouveaux partenaires le sollicitent : Bill Connors, Ralph Towner, Jerry Granelli, Jay Clayton, Julian Priester. Au cours des années 1980, Gary Peacock devient surtout, avec Jack DeJohnette, un des piliers du Standards Trio de Keith Jarrett, formation qui relit avec audace et modernité les standards de la musique américaine. On y reconnaît l'âpreté d'une sonorité, le goût pour les notes qui vibrent longuement et la discrétion d'un vibrato qui sont sa signature. En 1994, le contrebassiste se produit encore en quartette avec Tim Hagans, Vic Juris et Jan Garbarek. Gary Peacock meurt à son domicile, dans l’État de New York, le 5 septembre 2020.

Une importante discographie – près de quatre-vingt-dix albums – retrace, de 1954 à 2019, tout [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PEACOCK GARY (1935-2020)  » est également traité dans :

BLEY PAUL (1932-2016)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 515 mots

Le free jazz est souvent identifié aux débordements d'une violence sonore incontrôlée. Il peut aussi s'incarner, de manière inattendue, dans une liberté poétique qui s'exprime à mi-voix et s'ouvre à la méditation. Telle fut la voie singulière choisie par le pianiste, synthétisiste et compositeur canadien Paul Bley. Paul Hyman Bley naît à Montréal le 10 novembre 1932. Il commence très jeune à tra […] Lire la suite

DEJOHNETTE JACK (1942- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 800 mots

Au delà des nombreuses facettes d'un talent multiforme qui s'exprime aussi bien par le chant et aux percussions que sur les claviers, s'affirme la haute stature de l'un des rares batteurs qui s'inscrive dans la grande lignée des maîtres de l'instrument. À contre-courant de la tendance à la simplification du jeu qui s'instaure à la fin du xx e  siècle, Jack DeJohnette incarne toute la richesse d'un […] Lire la suite

JARRETT KEITH (1945- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 746 mots

Pianiste, compositeur et chef d'orchestre, l'Américain Keith Jarrett est considéré comme l'un des musiciens de jazz les plus originaux et prolifiques de la fin du xx e  siècle. Il est également un grand pianiste classique. Keith Jarrett naît le 8 mai 1945, à Allentown, en Pennsylvanie. Enfant prodige, il commence à étudier le piano dès l'âge de trois ans, donne son premier récital quatre ans plus […] Lire la suite

PETRUCCIANI MICHEL (1962-1999)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 734 mots

L'homme force le respect et l'admiration. Atteint dès sa naissance par une ostéogenèse imparfaite – plus communément appelée maladie de Lobstein ou maladie des os de verre – qui stoppe très vite sa croissance et fragilise jusqu'à les briser chacun de ses os, Michel Petrucciani s'est jeté dans la musique pour y noyer la souffrance. Outre une renommée planétaire auprès d'un très vaste public, le pi […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « PEACOCK GARY - (1935-2020) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gary-peacock/