PETRUCCIANI MICHEL (1962-1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'homme force le respect et l'admiration. Atteint dès sa naissance par une ostéogenèse imparfaite – plus communément appelée maladie de Lobstein ou maladie des os de verre – qui stoppe très vite sa croissance et fragilise jusqu'à les briser chacun de ses os, Michel Petrucciani s'est jeté dans la musique pour y noyer la souffrance. Outre une renommée planétaire auprès d'un très vaste public, le piano lui a procuré de grandes joies, les seules qui puissent un instant effacer les difformités physiques, la douleur et ces échasses spéciales qu'il lui fallait chausser pour atteindre les pédales de son instrument. Il a été porté par la musique comme il l'était par ses amis pour entrer en scène.

Michel Petrucciani

Photographie : Michel Petrucciani

Pour Michel Petrucciani, le plaisir de jouer était le plus grand des bonheurs. 

Crédits : Stephane Klein/ Sygma/ Getty Images

Afficher

Michel Petrucciani naît le 28 décembre 1962 à Orange, dans le Vaucluse. En dépit des ravages de la maladie, il étudie dès l'âge de quatre ans le piano classique, auquel il consacre huit ans de son enfance. Très vite, cependant, il se tourne vers le jazz et, vers douze ans, se produit en trio avec son père Antoine à la guitare et l'un de ses frères, Louis, à la contrebasse. Les grands de la profession – Kenny Clarke, qui le remarque en 1977, Clark Terry, qui l'entend jouer avec Bernard Lubat dans l'orchestre d'Alain Brunet en 1978 – ne résistent pas longtemps à l'envie de jouer avec lui.

En 1980, Michel Petrucciani enregistre Flash (Bingow Records), avec Aldo Romano, Mike Zwerin, André Jaume, Bernard Lubat et Louis Petrucciani. L'année suivante, il grave un album avec Aldo Romano (batterie) et Jean-François Jenny-Clark (contrebasse), Michel Petrucciani Trio (Owl Records, 1981). Il part en 1982 pour la Californie, où il se fixe à Big Sur, là où s'était retiré Henry Miller, pour lequel il éprouve une grande admiration. Il va désormais partager son temps entre l'Amérique, où il signera en 1985 un contrat avec la firme discographique Blue Note, et la France, où il enregistrera pour Dreyfus. Sur son insistance, Charles Lloyd accepte de revenir sur scène ; le saxophoniste l'appellera souvent dans son nouveau quartette et ils se produisent en particulier au festival de Montreux en 1982 (Live in Montreux 1982, Elektra, 1983). Avec lui, mais aussi en duo avec Lee Konitz en 1981-1982 (Toot Sweet, Owl Records, 1982), Michel Petrucciani multiplie les tournées mondiales et les rencontres avec de fortes personnalités comme Gary Peacock et Roy Haynes – avec lesquels il joue en trio piano, contrebasse, batterie, une formation qu'il affectionne –, Freddie Hubbard, Joe Henderson, Ron Carter, Charlie Haden, Jack DeJohnette, Bob Brookmeyer... Il enregistre en duo avec Eddy Louiss (Conférence de presse, Dreyfus, 2 vol., 1994 et 1995), en quartette avec Stéphane Grappelli (Flamingo, Dreyfus, 1996), Didier Lockwood... Les concerts et les récompenses – notamment trois victoires de la musique en 1984, 1988 et 1994 – s'accumulent dans une bien courte carrière. On gardera le souvenir de sa participation au festival de Montreux 1985 en trio avec Jim Hall et Wayne Shorter (Power of Three, Blue Note, 1987), ainsi que celui de son ultime performance, le 19 décembre 1998, au Vatican, en présence du pape Jean-Paul II. En solo, citons Promenade with Duke (Blue Note, 1993), Au Théâtre des Champs-Élysées (Dreyfus, 1997) et Solo Live (Dreyfus, 1998). Une foudroyante infection pulmonaire l'emporte le 6 janvier 1999, à New York.

L'extrême popularité de Michel Petrucciani tient à la simplicité et à la lisibilité d'un jeu où les audaces sont rares. Son tempérament lyrique et impétueux utilise essentiellement, en alternant délicatesse de toucher et puissance des attaques, l'amplitude dynamique de l'instrument. Son éventail rythmique et harmonique reste toutefois étroit, son swing parfois hésitant et son imagination musicale sou [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PETRUCCIANI MICHEL (1962-1999)  » est également traité dans :

Chloé Meets Gershwin, PETRUCCIANI (Michel)

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 338 mots

Né en 1962 dans une famille de musiciens, le jeune Michel Petrucciani a une révélation en voyant à la télévision jouer Duke Ellington. Fortement influencé par Bill Evans et Herbie Hancock, il tente, à partir de 1982, une carrière américaine. Il réactive la carrière du saxophoniste Charles Lloyd, puis joue avec Roy Haynes, Gary Peacock, Charlie Haden ou Jim Hall. Michel Petrucciani est le premier F […] Lire la suite

JAZZ

  • Écrit par 
  • Philippe CARLES, 
  • Jean-Louis CHAUTEMPS, 
  • Michel-Claude JALARD, 
  • Eugène LLEDO
  • , Universalis
  •  • 11 000 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Un jazz français »  : […] L'apparition d'une musique improvisée affiliée au jazz, mais possédant des spécificités européennes, correspond à l'éclosion, avant la Seconde Guerre mondiale, d'un génie manouche qui va bouleverser l'approche de son instrument : Django Reinhardt, sans doute le guitariste le plus important de l'histoire du jazz avec Charlie Christian, a en effet su assimiler les éléments afro-américains en y ajout […] Lire la suite

JAZZ, France

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 1 033 mots

Dans le chapitre « Un jazz français »  : […] L'apparition d'une musique improvisée affiliée au jazz, mais possédant des spécificités européennes, correspond à l'éclosion, avant la Seconde Guerre mondiale, d'un génie manouche qui va bouleverser l'approche de son instrument : Django Reinhardt, sans doute le guitariste le plus important de l'histoire du jazz avec Charlie Christian, a en effet su assimiler les éléments afro-américains en y ajou […] Lire la suite

PEACOCK GARY (1935-2020)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 789 mots

Héritier de Scott LaFaro, le contrebassiste Gary Peacock a traversé toutes les humeurs du jazz moderne, avec la même souple élégance. Avec aussi cette pointe de détachement qui lui fera, à plusieurs reprises, délaisser la musique pour la pratique de la philosophie zen, de la macrobiotique, de la biologie ou de la méditation. Renonçant à enfermer son instrument dans la stricte formulation du tempo […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « PETRUCCIANI MICHEL - (1962-1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-petrucciani/