FOIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

 Le foie biliaire

L'une des principales fonctions de l'appareil hépato-biliaire est de produire (sécrétion) et d'évacuer (excrétion) la bile, liquide des plus complexes, dont la composition est une véritable gageure physico-chimique, qui élimine des déchets inutiles, voire nuisibles à l'organisme, mais liquide cependant indispensable, tant pour assurer une digestion correcte et une absorption suffisante des aliments que pour perpétuer sa propre production. La sécrétion de la bile met en jeu des mécanismes compliqués, et son excrétion dépend d'une régularisation neuro-hormonale complexe.

L'« arbre biliaire » naît des canalicules, simples cavités délimitées par deux hépatocytes contigus ; elles forment au sein du lobule un réseau, drainé dans l'espace porte par des canaux biliaires intrahépatiques ; ces canaux biliaires intrahépatiques sont l'un des éléments constitutifs de la triade portale.

Par confluence, les canaux biliaires deviennent de plus en plus gros et forment, en définitive, deux branches principales, droite et gauche, drainant chacune le lobe hépatique correspondant. Elles émergent de la masse hépatique pour se réunir et constituer le canal hépatique (fig. 4), première partie de la voie biliaire principale. Par adjonction du canal cystique, provenant de la vésicule biliaire, le canal hépatique devient le cholédoque. Ce dernier se termine dans le duodénum, par l'intermédiaire d'un système sphinctérien complexe dont la régulation est délicate. Dans sa portion préterminale, le cholédoque a traversé la tête du pancréas ; il peut être obstrué, dans ce trajet, par toute prolifération tumorale du pancréas.

La vésicule est un sac placé en dérivation sur la voie biliaire. Un important appareil musculaire explique sa contractilité ; le grand développement et la différenciation de sa couche muqueuse sont liés à sa fonction de réabsorption.

Composition de la bile

Le volume de bile excrété est de 300 à 700 cm3/24 h et peut atteindre 1 litre. On classe les substances excrétées dans la bile en deux catégories : celles de la « classe A » (sodium, chlore, potassium, glucose, cholestérol) y sont à une concentration voisine de celle du sang : on pourrait donc penser que leur excrétion se fait par une simple filtration, mais il semble bien que leur élimination nécessite un travail physiologique. Les substances de la « classe B » sont dans la bile à une concentration bien supérieure à celle du plasma ; pour les éliminer, le foie a dû fournir un travail considérable de concentration et de sécrétion qui met en œuvre ses aptitudes à capter ces substances dans le sang circulant, à les stocker et les concentrer au sein des cellules hépatiques, à en changer les caractères physico-chimiques par conjugaison, et à les excréter dans le canalicule biliaire qui les déversera dans l'intestin. Font partie de la « classe B » les sels biliaires, la bilirubine, des hormones et des produits étrangers à l'organisme que le foie se charge ainsi d'inactiver (cf. détoxication) et d'éliminer : médicaments tels que les antibiotiques, colorants tels que le rose bengale ou la bromesulfonephtaléine (B.S.P.).

Bile

Tableau : Bile

Composition de la bile. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Deux de ces substances ont une importance particulière et méritent qu'on s'y attarde : les sels biliaires (ou acides biliaires) et la bilirubine.

Les sels biliaires

Les sels biliaires sont des produits d'oxydation du cholestérol dont ils possèdent le noyau stérolique : la transformation de cholestérol en sels biliaires dans l'hépatocyte est une des voies métaboliques par lesquelles l'organisme combat l'hypercholestérolémie. Une fois formés, les sels biliaires sont conjugués avec le glycocolle ou avec la taurine, ce qui permet leur excrétion. Ce sont les sels biliaires qui, pense-t-on, entretiennent la sécrétion de la bile. En effet, au cours de leur excrétion, ils entraînent hors des cellules du foie, par leur pouvoir osmotique, une certaine quantité d'eau, qui servira de solvant aux autres substances secondairement évacuées dans la bile : il y a proportionnalité entre la sécrétion des sels biliaires et le débit de la bile. Par ailleurs, un mécanisme particulier permet l'économie et la réutilisation de la plus grande partie des sels biliaires : parvenus à l'intestin, ils y sont constamment réabsorbés en un « cycle entéro-hépatique ». Lorsque la bile est dérivée (par fistule biliaire externe), leur synthèse fait l'objet d'un accroissement compensateur qui peut atteindre douze fois la normale ; mais, lorsqu'on injecte da [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 24 pages

Médias de l’article

Tissu hépatique

Tissu hépatique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Hépatocyte

Hépatocyte
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tests d'exploration fonctionnelle

Tests d'exploration fonctionnelle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Virus hépatotropes

Virus hépatotropes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en médecine, ancien chef de clinique à la faculté de médecine de Paris
  • : professeur à la faculté de médecine de Paris
  • : docteur en médecine, ancien chef de clinique, médecin consultant de l'hôpital Saint-Antoine, Paris

Classification

Autres références

«  FOIE  » est également traité dans :

ABDOMEN

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 6 346 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La pathologie traumatique »  : […] L'abdomen, insuffisamment protégé par sa paroi musculaire, est exposé à différentes agressions, qui provoquent soit des contusions, soit des plaies. a) Les contusions de l'abdomen atteignent de préférence les organes parenchymateux, et, par ordre de fréquence décroissante, la rate, le foie, les reins, le pancréas. La rupture traumatique de la rate peut succéder à un traumatisme localisé, du type […] Lire la suite

ADÉNYLIQUE CYCLIQUE ACIDE ou ADÉNOSINE MONOPHOSPHATE CYCLIQUE (AMP cyclique)

  • Écrit par 
  • Paolo TRUFFA-BACHI
  •  • 482 mots

En 1956, l'Américain E. W. Sutherland et ses collaborateurs découvrent un facteur thermostable indispensable à l'activation, par l'adrénaline, de la phosphorylase du tissu hépatique. La caractérisation chimique de la substance montre qu'il s'agit d'un nucléotide : l'adénosine 3′,5′-monophosphate cyclique. L'AMP cyclique a été depuis mis en évidence chez toutes les espèces animales, chez les bactér […] Lire la suite

ADRÉNALINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Physiologie »  : […] Le rôle respectif des différents types de récepteurs adrénergiques dans les effets tissulaires intégrés des catécholamines est parfois difficile à élucider. En effet, ces récepteurs transmettent le plus souvent des messages divergents et modulent de manière opposée l'activité de la cellule cible. Dans beaucoup de systèmes expérimentaux, le type d'effet observé dépend de la concentration en adréna […] Lire la suite

ALCOOLISME

  • Écrit par 
  • Marie CHOQUET, 
  • Michel CRAPLET, 
  • Henri PÉQUIGNOT, 
  • Alain RIGAUD, 
  • Jean TRÉMOLIÈRES
  •  • 10 034 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Lésions viscérales de l'alcoolisme chronique »  : […] Leurs liens avec l'intoxication alcoolique, souvent difficiles à préciser, sont d'ordre statistique, et la filiation des lésions n'est guère aisée à mettre en évidence et à expliquer de manière détaillée. Nous limitant aux cas les plus fréquents, et aux faits les plus indiscutables, nous insisterons sur deux ordres d'atteintes : les neuropathies et la cirrhose du foie. L' intoxication alcoolique c […] Lire la suite

ALDOSTÉRONE

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  •  • 1 642 mots

Dans le chapitre « Catabolisme et élimination »  : […] L' aldostérone est presque entièrement métabolisée au cours de la traversée hépatique, comme l'indique sa concentration quasi nulle dans la veine sus-hépatique. L'inefficacité de l'aldostérone administrée par voie orale illustre sa métabolisation complète lors d'un seul passage hépatique. La clearance métabolique de l'aldostérone, c'est-à-dire le volume plasmatique virtuel que le foie épure de l' […] Lire la suite

AMIBIASE

  • Écrit par 
  • Robert DURIEZ, 
  • Yves GOLVAN
  •  • 1 647 mots

Dans le chapitre « Localisations extra-intestinales »  : […] L'amibiase ne lèse pas que l'intestin ; le foie et plus rarement le poumon peuvent être touchés. C'est ainsi que l' hépatite amibienne représente la complication majeure de l'amibiase intestinale : l'amibe hématophage peut franchir la paroi colique, passer dans le sang veineux et envahir le foie pour y déterminer : – une hépatite amibienne non suppurée, avec gros foie douloureux et fébrile, curabl […] Lire la suite

ANDERSEN MALADIE D'

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 191 mots

La maladie d'Andersen, également appelée glycogénose de type IV, est une maladie héréditaire du métabolisme très rare liée au déficit en amylo-1 :4,1 :6-transglucosidase, enzyme clé de la synthèse du glycogène. Ce déficit entraîne la production excessive d'une forme anormale de glycogène, l'amylopectine, qui s'accumule dans les tissus, en particulier le foie et le muscle cardiaque. Les enfants at […] Lire la suite

BERNARD CLAUDE (1813-1878)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 4 110 mots

Dans le chapitre «  La fonction glycogénique du foie »  : […] C'est pour sa thèse de doctorat ès sciences naturelles (soutenue en 1863) que Claude Bernard effectua les recherches débouchant sur la découverte de la fonction glycogénique du foie. Persuadé par ses propres travaux que le sang n'était pas le milieu où se déroulaient les « oxydations respiratoires », il se mit à la recherche, à partir de 1850, des organes où se déroulaient ces oxydations. La prem […] Lire la suite

BILHARZIOSES ou SCHISTOSOMIASES

  • Écrit par 
  • Robert DURIEZ, 
  • Yves GOLVAN
  •  • 1 900 mots

Dans le chapitre « Clinique »  : […] Les manifestations pathologiques sont engendrées essentiellement par les œufs dont la présence déclenche une irritation locale. Chacun d'eux constitue un foyer inflammatoire. S'ensuivent ulcération, destruction tissulaire, fibrose ou rétraction cicatricielle source de complications. Ces œufs sont innombrables. Le pouvoir pathogène des Schistosoma demande cependant à être interprété. Dans bien des […] Lire la suite

BIO-INGÉNIERIE

  • Écrit par 
  • Chantal GUÉNIOT
  •  • 906 mots

Créer des organes en laboratoire... Depuis quelques années, ce scénario digne d'Aldous Huxley n'est plus une utopie : plusieurs personnes dans le monde vivent avec une trachée, une vessie ou un urètre bioartificiels. Mais façonner un organe plein vascularisé, comme le foie, se révèle beaucoup plus compliqué. Des chercheurs japonais viennent cependant de franchir un pas important en parvenant à c […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

7 janvier 2019 États-Unis. Interdiction de la vente de foie gras en Californie.

La Cour suprême valide la loi adoptée par la Californie en juillet 2004, qui interdit, au nom de la lutte contre la cruauté envers les animaux, la vente dans cet État de produits « issus du gavage d’une volaille dans le but d’agrandir son foie ». Entrée en vigueur en juillet 2012, cette loi avait été annulée par la justice fédérale en janvier 2015, puis validée en appel en septembre 2017, avant d’être l’objet d’un recours devant la plus haute juridiction du pays de la part de producteurs de foie gras. […] Lire la suite

12-27 janvier 1993 Allemagne. Libération contestée de l'ancien dirigeant est-allemand Erich Honecker

Âgé de quatre-vingts ans, l'ex-numéro un est-allemand souffre d'un cancer du foie qui serait, selon les médecins experts, en phase terminale. Extradé de Russie le 29 juillet 1992 et jugé depuis le 12 novembre suivant, Erich Honecker est accusé d'avoir ordonné de tirer sur les fugitifs qui tentaient de franchir la frontière entre les deux Allemagnes et d'avoir effectué des malversations au détriment de l'État est-allemand. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean ANDRE, Jacques CAROLI, Yves HECHT, « FOIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/foie/