FÉMINISMEFrance : du M.L.F. à la parité

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La parité, les étapes d'une réforme

Le projet a reçu, de fait, une impulsion décisive de la part des institutions européennes. L'idée de parité a pris son essor à partir de ces instances internationales, moins marquées par la concurrence pour le pouvoir, dotées d'une solide expertise comparative et de politiques publiques prenant en compte les femmes.

Une première phase, d'expertise, s'ouvrait en 1989, avec la présentation par la philosophe Élisabeth Sledziewski, lors d'un séminaire au Conseil de l'Europe, du concept de « démocratie paritaire ». Elle y attaquait l'universalisme abstrait du droit politique démocratique au nom de la différence des sexes : prétendument sans genre, expliquait-elle, ce droit est toujours décliné au masculin, ce qui aboutit à un « apartheid » de fait contre les femmes, exclues du dêmos gouvernant. La démocratie devrait, pour cesser d'opérer ce déni, prendre appui sur une conception « réaliste » de l'universalité où le peuple citoyen serait pris en compte « dans son identité duelle », c'est-à-dire, sexuée. Politiquement, il s'agit d'opérer un partage de la souveraineté démocratique entre les hommes et les femmes, et, pour cela, d'assurer la composition paritaire des instances du débat et de la décision démocratique, ce qu'une loi, dotée d'une assise constitutionnelle, devrait garantir.

À partir de 1991, la Commission européenne mit en place un réseau d'experts international, « femmes dans la prise de décision », dans le cadre du troisième programme pour l'égalité des chances entre hommes et femmes. En novembre 1992, ce réseau européen organisait une conférence sur les femmes dans les processus de décision dont l'acte final, la Déclaration d'Athènes, recommandait l'adoption de la « parité dans la représentation et l'administration des nations ». Françoise Gaspard publiait en France un ouvrage, inspiré de cette nouvelle expertise, proposant la parité comme nouvel horizon du féminisme et de l'égalité, tandis que deux associations pour la parité étaient créées, par Yvette Roudy (Parité) et par Antoinette Fouque (Parité 2000).

S'ouvrait alors une deuxième phase, de diffusion, qui ancrait l'idée de parité dans le débat public national : colloque de l'association Choisir le 4 juin 1993 à l'U.N.E.S.C.O. sur le thème « La Démocratie pour les femmes, un pouvoir à partager », publication du « Manifeste des 577 » pour une démocratie paritaire dans Le Monde du 10 novembre 1993, proposition par Gisèle Halimi d'un référendum sur la question. La parité devenait un enjeu électoral repris, avec plus ou moins de conviction, par quelques listes et partis. Aux élections européennes de 1994, pour lesquelles l'Union recommandait de viser « l'équilibre femmes-hommes », plusieurs listes étaient quasi paritaires. On moqua alors la liste « chabadabada » conduite par Michel Rocard. En 1995, alors même que Jacques Chirac déclarait faire davantage confiance aux mœurs qu'à la loi, Alain Juppé, alors Premier ministre, créait l'Observatoire de la parité.

C'est bien au cours de cette phase d'élaboration que l'idée de parité fut questionnée, reprise et retravaillée, en somme mise en mouvement par des femmes qui, précisément parce qu'elles avaient déjà posé, dans le feu de l'action, la question de leur identité « différente », étaient particulièrement intéressées par un travail approfondi sur une notion qui redistribuait quelque peu les cartes conceptuelles du féminisme français. Comment, en effet, être à la fois féministe universaliste ou égalitariste (c'est-à-dire croire à l'universalisme de l'humanité une, dont la notion de parité impliquait justement la critique) et paritaire, s'interrogeait Françoise Colin, saisie par le doute ? Par ailleurs, Antoinette Fouque se demandait si le nombre suffirait à changer une politique dont l'universalisme avait toujours été pensé, sur le modèle implicite de « l'Un », sans les femmes : ne convenait-il pas de défendre, en outre, une parité « qualitative », c'est-à-dire impliquant des femmes déterminées à agir pour les femmes en tant que femmes ? Ces questions, et d'autres encore, avaient été au cœur du séminaire de réflexion organisé en 1994-199 [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FÉMINISME  » est également traité dans :

FÉMINISME - Histoire du féminisme

  • Écrit par 
  • Geneviève FRAISSE
  •  • 3 472 mots
  •  • 2 médias

Le féminisme est une notion à la fois trop générale et trop complexe pour qu'on puisse évaluer son contenu, ses objectifs, ses argumentations, son importance historique, avant d'avoir posé la question du terme lui-même.Apparu au xixe siècle et attribué, à tort semble-t-il, à la pensée utopique de Fourier, on le trouve sous la plume d'Alexandre Dumas f […] Lire la suite

FÉMINISME - Le féminisme des années 1970 dans l'édition et la littérature

  • Écrit par 
  • Brigitte LEGARS
  •  • 6 192 mots
  •  • 5 médias

On peut dater de l'année 1970 une transformation irréversible du rapport des femmes à la littérature. Jusqu'alors l'opinion commune considérait les femmes artistes comme des exceptions. On s'intéressait parfois aux « images de la femme » dans l'histoire des textes littéraires, mais on ignorait presque totalement la pratique des femmes écrivains. Femme image ou reflet d'un désir masculin, voilà ce […] Lire la suite

FÉMINISME - Les théories

  • Écrit par 
  • Françoise COLLIN
  •  • 2 724 mots
  •  • 3 médias

Ce qu'on désigne sous le terme « féminisme » est un mouvement complexe à la fois politique, social, culturel et intellectuel, qui s'est affirmé dans le dernier tiers du xxe siècle au sein de la culture occidentale (États-Unis et Europe) pour s'étendre ensuite, sous des formes diverses, à toutes les régions […] Lire la suite

1848 ET L'ART (expositions)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 1 190 mots

Deux expositions qui se sont déroulées respectivement à Paris du 24 février au 31 mai 1998 au musée d'Orsay, 1848, La République et l'art vivant , et du 4 février au 30 mars 1998 à l'Assemblée nationale, Les Révolutions de 1848, l'Europe des images ont proposé une réflexion remarquable sur un épisode important des rapports entre art et politique. Contrairement à la révolution de 1830 à laquelle […] Lire la suite

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 528 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « 1970-1989 : dépolitisation et souci de soi »  : […] Les années 1970 marquent le début d'une ère nouvelle, qui coïncide avec la fin des « guerres de libération » dans le monde, l'échec de Mai-68, l'arrivée au pouvoir de la coalition socio-libérale en Allemagne de l'Ouest, la montée du terrorisme et la répression qui l'accompagna, et enfin la prise de conscience écologiste. Il s'agit alors pour la jeune génération de régler ses comptes avec les écriv […] Lire la suite

ALLEN PAULA GUNN (1939-2008)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 569 mots

Poétesse, romancière et essayiste américaine, Paula Gunn Allen mêle dans son œuvre les influences du féminisme et de ses racines amérindiennes. Paula Gunn Allen, née Paula Marie Francis le 24 octobre 1939 à Albuquerque, au Nouveau-Mexique, est la fille d'un Américain d'origine libanaise et d'une métisse qui compte des ancêtres Laguna, Sioux et Écossais. La jeune femme abandonne l'université pou […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Du naturalisme au néoréalisme »  : […] C'est à une version acide de la traditionnelle comédie de mœurs ( comedy of manners ) que Londres réserve un nombre important de scènes. David Hare, revenu au théâtre bourgeois après un début de carrière dans le fringe , calque son théâtre-document sur une esthétique presque cinématographique. Après une trilogie satirique qui prend pour cibles l'Église anglicane, la justice et le Parti travaillist […] Lire la suite

ANTHONY SUSAN B. (1820-1906)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 978 mots
  •  • 1 média

Pionnière du mouvement suffragiste aux États-Unis, Susan Anthony ouvrit la voie à l'adoption, en 1920, du dix-neuvième amendement à la Constitution américaine, octroyant le droit de vote aux femmes. Née le 15 février 1820 à Adams (Massachusetts), Susan Brownell Anthony est une enfant précoce élevée dans la tradition quaker. En 1839, la jeune Susan accepte un poste au séminaire quaker de New Roche […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  L’anthropologie postmoderne »  : […] Depuis les années 1980, la problématisation quasi généralisée des connaissances académiques a constitué un mouvement important dans les universités anglo-saxonnes. En dépit d'une très grande hétérogénéité interne, ce courant, qualifié de « postmoderne », considère dans l'ensemble que les théories sociales modernes, héritées des Lumières, reposent sur la fausse conviction que la connaissance des l […] Lire la suite

AUDÉ FRANÇOISE (1938-2005)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 172 mots

Critique de cinéma française. Enseignante, militante de la Fédération Jean-Vigo (mouvement des ciné-clubs), Françoise Audé – de son vrai nom Audugé – inaugure en 1968, dans les colonnes de la revue Jeune Cinéma , sa carrière de critique du septième art, avant d'entamer, en 1977, une longue et fructueuse collaboration avec Positif . Elle écrira pour d'autres revues et périodiques, dont Rouge , Le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Muriel ROUYER, « FÉMINISME - France : du M.L.F. à la parité », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/feminisme-france-du-m-l-f-a-la-parite/